C’est hockey ! C’est dingue !


C'est hockey ! C'est dingue !
Parfois, on doute. Oui, la FFL, c’est une remise en question permanente, on n’est jamais certains de la dévotion de nos sportifs. Et puis arrive l’équipe de France de hockey. OK, c’est du hockey (drôle), mais ça reste une des plus belles loses collectives nationales de l’histoire. Ces valeurs pour lesquelles nous nous battons chaque jour. Qu’on s’entende bien : les Britanniques sont nuls. Vraiment nuls.

C’était leur premier Mondial depuis 1994. Et avant ça, il fallait remonter à… 1962. Cette année, nos amis d’outre-Manche, trois patinoires au compteur sur tout le territoire, avaient perdu leurs six premiers matches. Cinq buts marqués, 38 encaissés (plus de six par match, donc). Lundi, perdus en Slovaquie, tout était réuni. Après six défaites pour nous aussi, c’était le match pour le maintien.

L’anonymat total, relégué sur un pauvre lien vidéo au fin fond du site de L’Equipe, qui ne fonctionne même pas dans le premier tiers… Les Bleus mènent quand même 3-0. Décevant, mais logique. Trop d’écart. Et puis, après avoir laissé remonter les Britishs à 3-3 sur des pucks intelligemment perdus, la France étouffe son adversaire en prolongation. Le consultant n’en revient pas : « Sans déconner… »

Avantage numérique, multiples face-à-face avec le gardien, on frôle la victoire. Mais la magie du sport opère à nouveau, défaite 4-3 en contre. Pour sa première année, Philippe Bozon ramène le pays en D2. On l’attendait depuis 2007. Nous retrouverons la Corée, la Roumanie ou la Hongrie. Les Britanniques hurlent :

Nous sommes des merdes et on le sait !

On vit un rêve éveillé. Merci.

Commentaires 0

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

C’est hockey ! C’est dingue !