JO 1988 – Hockey sur Glace | Et la France… créa la victoire à 0 point


Si les Jeux olympiques d’hiver 1968 ont été marqués par la performance odieusement exceptionnelle de Jean-Claude Killy au ski alpin, ceux de 1988 ont vite retrouvé les résultats escomptés. Une délégation française emmenée notamment par son immense équipe de hockey sur glace. Un exploit retentissant, encore 35 ans plus tard.

Les Jeux olympiques d’hiver 1988 sont organisés à Calgary, troisième ville du Canada et première ville du pays à accueillir des JO en hiver. Durant cette seizième édition hivernale, la France a littéralement tout raflé. Ne laissant que des miettes aux autres nations.

Publicité

Au total, pas moins de deux breloques décrochées sur les 138 mises en jeu. Et une onzième place finale au tableau des médailles. Mais si la délégation française réussit l’exploit de figurer dans le ventre mou, elle le doit en grande partie à son équipe de hockey sur glace. Une performance qui restera gravée dans les livres d’histoire de l’anti-win.

À lire aussi :   Hockey sur Glace - Un départ somptueux !

Une entrée en matière crossetillante

Le tournoi de hockey sur glace débute le 14 février. Un hasard pour certains. Une évidence pour d’autres. Car en ce jour de Saint-Valentin, les Bleus font leur entrée dans la compétition. Et quelle autre date pour déclarer sa flamme olympique à la lose ? Dès le premier match inaugural, les Tricolores se font balayer 13-2 par nos amis Suédois. Un accident de parcours pensez-vous ? Moins de 48 heures plus tard, les hockeyeurs tricolores viennent en personne vous lever le moindre doute. Une leçon scandinave en appelle une autre. La France est hachée menu 10-1 par les Finlandais. Quatre années de travail pour ça. Doux Jésus.

Vient alors ce troisième match de poules face à la Pologne. Loin de figurer parmi l’élite de la discipline, les Polonais vont tout de même infliger une troisième raclée en autant de matchs à nos Bleus : 6-2. Oui, mais voilà, les Jeux olympiques de Calgary vont être secoués par une annonce catastrophique ; le hockeyeur polonais Jaroslav Morawiecki est testé positif lors d’un contrôle antidopage. Verdict ? Le joueur est exclu de la compétition, et la Pologne perd sur tapis vert son match face à la France.

Publicité

La France est donc déclarée officiellement victorieuse sur le score de 2-0. Mais pas si vite. Si vous pensez à demi-mot que les Français vont bénéficier de cette victoire au niveau comptable, vous vous fourrez un palet dans l’œil. Car oui, comble de tout, cette pseudo – victoire ne leur apporte aucun point étant donné qu’il s’agit d’un forfait. Une victoire à 0 point, cela n’arrive pas tous les jours. La France, que voulez-vous.

À lire aussi :   Euro Hockey sur gazon | Un France-Allemagne comme on les aime

Le hockey français ramène le doublé du Canada

Sortis de cette agitation médiatico-sportive, les Tricolores vont très vite retrouver leur rythme de croisière qui a fait leur force depuis le début du tournoi. Les deux dernières rencontres sont un logique retour à la réalité : deux roustes 9-5 et 9-0 face au Canada et à la Suisse. Soit un 47-10 encaissé en l’espace de cinq matchs seulement. Ce qui fait de l’Équipe de France la pire défense et la pire attaque des JO. Un doublé retentissant. Ou comment réinventer une discipline.

À lire aussi :   Mondiaux Hockey sur gazon | L'entrée en matière parfaite des Français

La France termine avant-dernière au classement final, juste devant la Norvège. Mais vous l’aurez compris, sans ce diable de Jaroslav Morawiecki testé positif, c’était la place de lanterne rouge qui ouvrait grand les bras à nos Bleus.

Des Jeux olympiques presque parfaits, qui contrastent avec ceux de 1984, où les hockeyeurs français avaient magistralement brillé. Par leur absence.

À lire aussi :   Equipe de France de Hockey sur Glace | C'est hockey ! C'est dingue !