Play-offs NHL | Toronto Maple Leafs, le running choke continue


Toronto Maple Leafs défaite contre Montréal

Continentale. Historique. Inoubliable. On cherche encore les bons mots pour décrire l’humiliation que vient de subir la franchise NHL des Toronto Maple Leafs au 1er tour des play-offs NHL 2021. Premiers de leur Division Nord avec 35 victoires en 56 matchs, les Leafs ont réussi, pour la 8ème fois consécutive depuis 2004, à se liquéfier au moment de conclure. Retour sur la franchise qui incarne plus que jamais la Lose Outre-atlantique. 

Publicité

Fin de la saison régulière de NHL en Division Nord. Toronto trône au sommet d’une ligue qu’il a dominé dans son ensemble. Pendant ce temps, le Canadien de Montréal, avec 11 victoires de moins que Toronto, termine difficilement sa saison à la 4ème place, après 5 défaites de suite et sans la plupart de ses cadres, blessés. La confrontation s’annonce déséquilibrée et pour une fois, on verrait presque les Leafs être à la hauteur de leurs talents et gagner une série de play-offs, ce qui n’est pas arrivé depuis 2004 contre Ottawa.

Ah oui, les Leafs comptent aussi le meilleur buteur de la NHL, Auston Matthews, avec plus de 40 buts en 56 matchs. Bref, en Ontario, on y croit enfin, et c’est plutôt légitime.

Toronto espoirs
Traduction : « La disette des Leafs en Coupe Stanley s’arrêtera cette saison ». Hum hum.

Un contexte historique, idéal pour une lose d’anthologie

Maintenant, imaginez un PSG-OM en 1/4 de finale de Ligue des Champions. Ce Toronto-Montréal en playoffs, c’est du même acabit. 42 ans que les voisins rivaux ne se sont pas retrouvés en séries. Du côté de Toronto, on compte donc faire coup double : briser la série de défaite en playoffs et écraser le rival québécois, inoffensif voire parfois ridicule depuis plusieurs années.

Publicité

Avant cette confrontation très attendue entre les deux rivaux, il faut savoir que Toronto possède la plus longue série en cours d’une franchise sans victoire en Coupe Stanley. La dernière remonte à 1967 et vaut aux Leafs une réputation de losers qui concurrencerait presque celle du Canadien de Montréal (dernière coupe en 1993).

Cette réputation était pourtant en voie de s’évaporer chez les Leafs, avec la récente reconstruction de l’équipe qui a abouti sur la signature deux superstars de la NHL : Mitch Marner et Auston Matthews (meilleur buteur de la saison).

3-1 Toronto, comme prévu

La série commence par une victoire surprise des Canadiens, dans un match où les Leafs semble pourtant bien dans leur tête, à l’exception de celle du capitaine Tavares, frappée accidentellement par un genou lancé à pleine vitesse. Les Leafs perdent leur capitaine (qui a déjà retrouvé les patinoires depuis) mais gagnent les 3 matchs suivants de la série en totale domination, dont un blanchissage 4-0 lors du 4ème match. On arrive au moment intéressant : les matchs décisifs.

Les 7 dernières fois que les Leafs pouvaient mettre fin à une série en gagnant un match, ils l’ont perdu. Mais cette fois, on ne voit pas comment. Le Canadien est trop mauvais et les Leafs sont trop forts.

Dans le même genre de Lose :   Brian Joubert | Les putains de JO

Mieux que ça, le Canadien en est à son 22ème powerplay (avantage numérique) sans marquer. Soit presque un match entier. On ne voit pas comment cette équipe, dont la seule tactique consiste à balancer le puck devant le gardien et espérer qu’un ricochet le fasse rentre par chance, pourrait inquiéter les Leafs. Même à Montréal, on n’y croit plus.

L’écroulement

C’est alors que la magie du choke opèrera. Match 5 : les Canadiens mènent 3-0 mais les Leafs remontent en dernière période. Overtime. Montreal prend l’eau de toute part mais parvient à mettre le but. 3-2 Leafs dans la série. Match 6 : les Canadiens, pour la première fois devant leur public, mènent 2-0 mais les Leafs remontent en dernière période. Overtime. Encore. Cette fois, les Habs prennent une véritable marrée bleue, 10 tirs à 0 en overtime. Mais Carey Price arrête tout et Montréal arrache un match 7 sur une perte de puck des Leafs. Le hold-up est total, la tendance s’inverse.

Autant vous dire que du côté des supporters des Leafs, incapables de gagner un match 7 depuis presque 20 ans, la pression est maximale et le goût de l’humiliation se fait déjà sentir. Chez les feuilles d’érables, on ne comprend pas que le duo Marner-Matthews, qui tournait à près de 2 points par match en saison régulière, n’ait inscrit qu’un seul but sur la série. Abandonnés par leurs cadres, les Leafs semblent au bord de l’écroulement mental le plus total.

Et les supporters avaient raison. Ce qui devait arriver arriva. Hier, Montreal a battu Toronto 3-1 dans l’ultime match de cette série. C’est la deuxième fois que Montréal renverse un déficit de 3-1 dans une série face à une équipe qui comptabilisait +10 victoires qu’eux en saison, après Washington en 2010. Aucune équipe de NBA / NHL / MLB n’a réussi cela dans l’Histoire. Personne à Toronto, absolument personne n’avait vu ce comeback venir. La Lose a frappé Toronto, et elle frappé un grand coup.

Pour Toronto, c’est l’humiliation de trop. Celle du non-retour. Le pire série de défaites en matchs décisifs de play-offs est battue. 18 ans sans victoire. 53 sans coupe. Cette humiliation, c’est celle qui tamponne définitivement au fer forgé l’étiquette de Losers sur l’effectif des Leafs. Une marque qui sera très, très longue à faire partir.

Cette Lose, bien qu’elle n’ait rien de française, la FFL était obligée de vous la partager.