NHL Playoffs | L’exceptionnelle générosité des Canadiens de Montréal


Canadiens de Montréal - FFL
Source Image: Youtube NHL

De l’autre côté de l’Atlantique, un club qui a des racines communes avec notre nation brille : Les Canadiens de Montréal. Si son palmarès n’est clairement un de ceux qui nous font vibrer (24 Stanley Cups, record de la NHL), les Québécois se sont mis à une tradition qu’on aime beaucoup chez nous pour Roland Garros ou le Tour de France : décompter à chaque début de tournois le nombre d’années sans trophées. Depuis le match aux 3 buts d’Éric Desjardins en 1993, ils n’ont plus jamais goûté la victoire finale en NHL. 27 ans sans trophée.

L’espoir de la bulle

Face à la pandémie mondiale, la NHL a elle aussi dû trouver une solution de repli pour maintenir la compétition. Quand la NBA a recommencé avec des matchs de saison régulière, la NHL a créé un mini tournoi supplémentaire en amont des playoffs. Une aubaine pour les Habs, piètres 12e de leur conférence (sur 16 équipes), dont les supporters n’imaginaient plus qu’ils puissent obtenir une chance d’accéder au tournoi final.

Publicité

Dans le minitournoi d’accession, le Tricolore héritera de Pittsburgs Pinguins, l’équipe de la superstar Sidney Crosby et du redoutable Evgeni Malkin, dans un duel que beaucoup prévoient comme une correction. Et parce que la vie est faite de miracles, ils l’emporteront 3 matchs à 1.

Canadiens – Philadelphia Flyers : tout donner (même les buts)

Cette année, le Canadien est du genre à offrir. Le vin de glace étant une spécialité locale, les Habs maîtrisent avec aisance la vendange sur glace : 2ème équipe au nombre de tirs tentés par match, la formation de Claude Julien se classe 19e au nombre de buts marqués. Alors de toute façon, en arrivant face à l’équipe numéro 1 de l’Est, il n’y avait pas grand-chose à perdre. Après un premier match perdu  de peu 2-1, les Habs se rebiffent et vont infliger un cinglant 5-0 aux Flyers de Philadelphie.

Publicité

1 partout, et l’espoir grandit sur le Saint-Laurent. Le Tricolore joue physique, et peut compter sur l’éclosion tant attendue de ses jeunes Suzuki et Kotkaniemi pour enfin marquer des buts, pendant que la légende Carey Price atteint son meilleur niveau depuis des mois et empile son 17 match de play-off consécutif sans prendre plus de 3 buts. Le CH revit. Cet espoir est toutefois vite douché, avec 2 blanchissages consécutifs des Flyers 1-0 et 2-0 (pour vos soirées mondaines, un blanchissage, c’est quand vous gagnez sans encaisser de buts).

Le retour du CH

Mais lors du match 5, la tendance va s’inverser. 5-3 pour Montréal. Dans cette victoire, une petite sucrerie qui ne se voit pas dans les stats viendra annoncer le final grandiose du match 6. 2 des 3 buts de Philadelphie sont des « contre son camp » soit des déviations des Canadiens dans leurs propres buts. Comme au basket, la statistique n’existe pas, et le but va donc à celui qui amène le tir d’origine.

Au passage, le CH perdra son chouchou et héros du match Brendan Gallagher (Gally, pour les intimes) sur un coup de p*te de génie de Niskanen, qui sera suspendu pour un match, de quoi mettre les partisans du CH en tabarnak. Montréal est donc remonté à bloc et veut venger son héros, le match 6 s’annonce bouillant en titi.

Dans le même genre de Lose :   Equipe de France de Hockey sur Glace | C'est hockey ! C'est dingue !

Un dernier match d’anthologie

Alors, dans un nouveau match couperet, les Canadiens de Montréal feront tout pour mettre d’emblée la pression dans le match. Et cela sera chose faite, avec au bout de 30 secondes de jeu un but… contre son camp du capitaine Shea Weber, qui se mettra à lui-même un petit-pont-but. Geste technique 5 étoiles. À peine 5 minutes plus tard, alors que Carey Price allait s’emparer du palet, Artturi Lehkonen déviera juste ce qu’il faut pour inscrire le second but pour les Flyers.

Vous aurez peut-être compris la subtilité, Lehkonen est lui aussi un joueur de Montréal. Mais un jeune joueur des Habs ne veut pas de ce destin. Nick Suzuki s’en va réduire le score en milieu de la première période.

En seconde période, les Canadiens vont une nouvelle fois subir leur propre talent. Sur une contre attaque, Raffl envoie une praline sur le poteau. Pendant ce temps, Price et Chiarot se rentrent dedans. Personne ne comprend où est le palet. La réponse est : il a rebondi sur les patins de Carey Price. 3-1 Flyers.

La suite, un nouveau but de la pépite Suzuki qui portera le nombre de tirs des Habs à 33 contre 17 au cours de cette partie. Les Canadiens auront poussé 5 fois le palet dans les buts, et réussiront à perdre le match 3 buts à 2, et donc la série 4 matchs à 2.

Carey Price aura encaissé 11 buts en 6 matchs. 5 d’entre eux seront devié par un joueur des Canadiens. Pire encore, les Habs auront finalement marqué plus de buts que les Flyers sur toute cette série. La générosité, c’est le maître-mot des Canadiens de Montréal cette saison.

Sur une note positive, ils peuvent à présent nourrir de grands espoirs en s’appuyant sur des jeunes qui ont fait leur trou dans la bulle. Mais vous connaissez bien l’adage dorénavant: il n’y a rien de pire que l’espoir.