Play-offs NHL | La fabuleuse déroute des Oilers d’Edmonton


boutique FFL

Les Oilers d’Edmonton se sont fait éliminer des play-offs dans la nuit de lundi à mardi. Une sortie dans les règles de l’art, balayés 4-0 par les Winnipeg Jets. Net et sans bavure. Mais sur les 4 matches, le 3a retenu notre attention car les Oilers ont montré une faculté à se saborder qui nous a séduit, forcément.

Imaginez une équipe de football avec Messi et Ronaldo sur la même ligne d’attaque, mais avec la profondeur d’effectif de Dijon. Une équipe qui se ferait éliminer chaque année en 1/8 de finale de Ligue des Champions, alors qu’elle compte les deux meilleurs pointeurs du continent, dont le meilleur joueur des 20 dernières années (désolé les Crosby-fans). Enchantés, voici les Oilers.

Publicité

189 points (buts + assists) en moins de 60 matchs. C’est ce qu’ont produit ensemble Connor McDavid et Leon Draisaitl cette saison. Pour Connor McJesus comme on le surnomme sur le nouveau continent, on parle même de la meilleure saison d’un joueur de NHL depuis Mario Lemieux dans les années 1990. Bref, tout était réuni pour une saison de légende. Mais même avec ce rendement, les Huileux n’ont pas pu éviter la glissade en Playoffs.

Dans le même genre de Lose :   JO 1988 - Hockey sur Glace | Et la France... créa la victoire à 0 point

Retour sur cette série perdue avec panache 4-0, et plus particulièrement cette 3e rencontre, véritable ode au craquage mental.

45 minutes gâchées en l’espace de 3. Habile.

Lundi, on a longtemps cru que les Oilers allaient relancer la série en s’adjugeant le troisième match (ils étaient menés 2-0 dans la série). 4 buts à 1 en faveur d’Edmonton après 45 minutes passées sur la glace. Théoriquement, la victoire était dans la poche, même si tout va très vite en NHL. Comme c’est moins drôle quand il n’y pas de suspense, en 3 petites minutes, les Oilers ont décidé de pimenter un peu tout ça.

Publicité

52e minute : réduction du score de Winnipeg (4-2). 55e minute : Smith, le portier des Oilers repousse un lancer vers la crosse de Wheeler qui n’a plus qu’à pousser le palet au fond (4-3). Reprise du match dans la foulée, Morrissey récupère le palet pour les Jets et déclenche un tir longue distance qui finit sous le gant de Smith même pas 20 secondes plus tard sur l’engagement (6:30). Égalisation à 4 partout. Du beau boulot messieurs les Oilers.

On notera la tête de Ken Holland, DG des Oilers, à 6:46. L’image FFL de la soirée.

Mais ce n’est pas fini ! Qui dit égalité dit prolongations. Et autant aller jusqu’au bout de la lose. Les Huileux termineront de se savonner le planche et encaisseront le but en or 4-5. La tête de Connor McDavid à 8:39, qui contemple la nullité de son équipe en se rappelant qu’il a signé jusqu’en 2025, clôturera cette rencontre de la plus représentative des façons.

Menés 3-0, ils ne leur restaient plus qu’à perdre le 4e match pour finir la série (et la saison) en beauté. Ce qu’ils ont fait le lendemain.

5 fois champions de NHL sous l’ère de la légende Wayne Gretzky et véritable référence du Hockey dans les années 80-90, les Oilers espéraient, pour leur deuxième participation aux Play-offs depuis 2006, faire reparler leur histoire. Et bien non. La Lose semble à présent bien installée dans l’ADN d’Edmonton, et même Mc Jesus n’y fera pas de miracle.