Mahiedine Mekhissi | La célébration de la gloire


Mahledine Mekhissi Benabbad - FFL
Mahledine Mekhissi Benabbad - 3000m Steeple - 14.08.2014 - Championnats d'Europe Zurich 2014
La bible de la Lose du sport français

Mahiedine Mekhissi est un porte-drapeau trop méconnu de la FFL. Et pour cause, avec trois médailles olympiques sur 3000m steeple, deux médailles mondiales et une domination indécente lors de tous les championnats d’Europe depuis 10 ans (cinq médailles d’or), ça devient extrêmement difficile d’intégrer nos rangs. Mais on a beau être le plus grand demi-fondeur français de tous les temps, il manque quelque chose. LE coup d’éclat qui peut vous faire passer un homme et un athlète dans une autre dimension. Le jeudi 14 août 2014, Mekhissi, trop fort pour perdre à la régulière, s’est offert le luxe unique de choisir sa lose dans un éclair de génie.

Course parfaite de Mekhissi, célébration exceptionnelle

Sans surprise aucune, il écrase le 3000m steeple des championnats d’Europe de Zurich. Après avoir marché pendant six tours, il n’accélère même pas dans la dernière boucle mais humilie quand même tous ses adversaires, relégués tels de sympathiques élèves de cour d’école face au prof d’EPS qui se la raconte devant les minettes. Oui mais voilà, c’était surfait, déjà vu et revu. Et Mekhissi vient de la terre du champagne. Au début de la dernière ligne droite, il enlève son maillot pour célébrer sa victoire à la manière d’un footballeur dans les années 90. Très vite, le grand sage Stéphane Diagana prépare la France, en direct sur France 2.

Publicité

“Patrick, c’est la première fois que je vois ça, prévient-il à l’attention du légendaire Patrick Montel, qui sent monter l’effroi. Je suis inquiet, normalement on doit porter la tenue du début à la fin. Je ne sais pas ce qu’il lui a pris.” Mekhissi, torse toujours nu (mais le dossard 14 sur le short, quand même) lance un “One two three, viva Mahiedine”. “Je suis super content, je remercie tous mes supporters sur Twitter et Facebook, mes parents, mes frères et soeurs, ma famille.” Yoann Kowal, qui ne sait pas encore qu’il deviendra champion d’Europe, est en admiration et demande sa femme en mariage sur la piste : “Finir derrière un grand champion comme lui, c’est un honneur.”

Dans le même genre de Lose :   Nelson Monfort | La mythique interview de Michael Johnson

Sauf qu’en effet, si au football ce geste vaut un carton jaune, en athlétisme ça entraîne une disqualification pure et simple. Après la réclamation posée par l’Espagne, initialement quatrième avec le bienheureux Angel Mullera. Et c’est bien au ballon rond que Mekhissi a songé, comme il le révèle une fois son élimination apprise. Pas à son Stade de Reims chéri, plutôt à un autre grand loser de l’époque en Ligue des champions :

Je ne suis pas comme les autres. C’est comme Zlatan Ibrahimovic, il n’y en a qu’un. Et Mekhissi il n’y en a qu’un, tout simplement.

Kowal, qui sait saluer la lose, refusera ensuite l’Espagnol à côté de lui pour la photo des médaillés.

Trois jours plus tard, Mekhissi survole le 1500m, pourtant pas sa spécialité. Sans rien enlever cette fois, et surtout pas le souvenir indélébile de ce jeudi soir passé à la postérité. Aucune victoire ne pourra effacer cette hargne de la défaite. Il y avait bien eu ces tentatives de violence sur Mehdi Baala, puis sur des mascottes (lors des championnats d’Europe 2010 et 2012) : « Je n’ai pas fait attention à ce que je faisais, j’étais euphorique. J’étais avec la mascotte après et elle n’a rien eu, elle a de la mousse. » Il fallait donc trouver un point de règlement plus dur. Ce soir-là Mahiedine, en laissant échapper ce titre avec un panache inégalable, c’est toi qui es devenu notre mascotte.

Publicité