FFL d’Or 2020 | #6 Claude, le Poulidor du confinement


Mars 2020. Le confinement commence à peine plus tard que la diffusion de Koh Lanta. La France se découvrit alors une idole au fur et à mesure que les vendredis soirs passaient. Non, ça n’est évidemment pas Nicolas Canteloup, mais bel et bien le Roi Claude. De masterclass en Masterclass jusqu’à l’échec final. Quand tout un pays t’idolâtre pour qu’au final tu ne gagnes pas, tu obtiens bien évidemment le surnom de Poulidor. Et qui dit Poulidor dit FFL d’Or automatique.

Dans le même genre de Lose :   Loser du Week-End : Benoit, Teheiura, Matt Colvin et... la FFL.

Un historique de panache, et d’échec

Pour ceux qui n’ont pas découvert Claude en 2020, le Putéolien était déjà un personnage bien charismatique. Chauffeur de taxi autodidacte, il nous ravira de son manque de tact lors de son Premier Koh Lanta. En point d’orgue, il fera partie du terrible BananeGate dévoilée de manière pas très Coubertine par Denis Brogniart lors d’un conseil. Lors de cette édition, il roulera sur la concurrence. 7 victoires individuelles sur les 12 possibles. Mais un échec final, il tombera des poteaux. Il sera tout de même choisi par Philippe, vainqueur de l’épreuve. Choix judicieux, vu que, pour Claude, seul son compère du BananeGate Kunlé lui donnera sa voix. Défaite 6-1, premier Set perdu pour Claude à Koh Lanta.

Publicité

Retour 2 ans plus tard, pour la revanche des Héros. Et bis repetita, il domine bon nombre d’épreuves, dont cette fois celle des poteaux. Mais bon, comme 2 ans plus tôt, il aura réussi à se mettre à dos l’ensemble de la tribu grâce à son tact aussi inexistant qu’un milieu parisien en Ligue des Champions. Résultat, 9-1 pour Bertrand.

Le palmarès de Claude en finale est donc de 2 votes pour contre 15 votes contre. Très solide

Une édition dantesque

Alors, presque 10 ans après la première édition, nous retrouvons un Claude assagi, en mission, prêt à prendre sur lui pour enfin se faire plus qu’un seul ami. Mais chassez le naturel, il revient au galop. À peine 10 jours d’aventure, et il voit son ami Teheiura se faire éliminer dans la tribu rouge qu’il a intégrée. Il va donc assez rapidement dézinguer Ahmad, aventurier stratège qui a pour principale qualité physique une incapacité à se mouvoir dans l’eau.

Bon, sur Terre ce n’est pas la folie non plus. Pas spécialement ravi d’appartenir à une tribu inapte à l’effort physique, Claude va petit à petit se détacher d’eux pour gagner son indépendance. Viendra par la suite un conseil d’ambassadeur absolument légendaire, où Moussa et Claude vont effectuer un GegenPressing sur le mental du pauvre Ahmad qui va s’effondrer, puis se prendre un Rap Contender de Delphine, victime du choix.

Publicité

La suite sera une nouvelle fois une masterclass de King Claudius. Alors que son seul rival Sam sautera pour une sombre histoire de flèches brisées, Claude verra la route royale s’ouvrir à lui. 6 victoires individuelles, une leçon de morale à Charlotte et un retour de bâton final sur Regis.

Mais viendra le moment terrible que la France redoutait. Après une orientation qui verra encore notre Francilien régaler, la France (pendant qu’Alexandra deviendra le premier abandon de l’histoire de l’orientation), les poteaux vont être fatals à Claude. Et cette fois, Naoil va choisir Inès et rafler les 100 000 euros.

Idole d’un peuple, recordman de victoire, zéro flamme éteinte et pourtant jamais vainqueur. Claude est définitivement le Poulidor de Koh Lanta. Et rien que pour ça, il mérite sa place chez nous.