FFL D’Or – Les oubliés


Ils auraient pu prétendre à entrer dans le top 10 tant convié des FFL D’Or, mais là aussi, ils ont échoué. Retour sur les principaux recalés de notre liste.

Romain Grosjean

Le principal absent de cette liste. Dans les commentaires de nos articles, des fans désespérés, incrédules voire en colère face à cette non-présence. La réponse est plutôt simple : il y avait meilleur que lui et, en toute franchise, sa saison n’est pas aussi FFL qu’on pourrait le croire. En premier lieu, il y a eu de la poisse, beaucoup de poisse. Une roue mal fixée à Melbourne, une voiture complètement pourrie… Ces éléments ne permettent pas de rentrer dans un top 10 des FFL D’Or. Cependant, il y a eu des instants de génie, sans contest. Déjà, une relation toujours exceptionnelle avec son coéquipier, et un magnifique crash en sortie de stand (en essais libres, malheureusement)

Publicité

Mais s’il ne mérite pas les honneurs des FFL D’Or, c’est parce qu’il fut cette saison la seule personne de son écurie à comprendre que les évolutions apportées à sa voiture étaient inutiles. Pire même, elles étaient contre-productives. Sous ses conseils, l’écurie a donc décidé de revenir à la configuration initiale qui s’est avérée plus performante. Et c’est probablement cela qui a fait que Romain a été prolongé une saison chez Haas.

L’équipe de France d’athlétisme

La délégation française doit être bien déçue. En effet, elle doit se demander ce qu’il nous fallait de plus pour qu’elle puisse faire partie du gratin de la lose. C’est vrai qu’ils ont envoyé du lourd en établissant le pire bilan tricolore aux championnats du monde depuis 1983. Un symbole de cette grande performance : Christophe Lemaitre qui se retire du 200 pour mettre toutes ses chances dans le relai. Il verra au loin Golitin et Vicaut s’emmêler les pinceaux et faire tomber le relai. Il courra donc exactement 0 mètre dans la semaine. Kevin Mayer, plus grande chance de médaille française, abandonnera lui sur blessure. Et n’oublions pas non plus le grand sketch de l’organisation, avec des départs de marathon pendant la nuit et un stade climatisé complètement hors du temps des préoccupations actuelles.

2 ombres au tableau, le marteau avec l’argent de Bigot et surtout le bronze de Martinot-Lagarde. La délégation avait mis toute ses chances de son côté, mais ils sont simplement tombés sur plus fort qu’eux.

L’équipe de France féminine de Handball

Tout d’abord, désolé pour nos licenciés, nous venons de prononcer le mot interdit. Le HANDBALL. Mais c’est pour la bonne cause. Nous pensions boycotter le Mondial qui, bien souvent, s’est avéré contraire aux valeurs de notre fédération. C’est sans compter l’entrée tonitruante de nos filles. Les championnes du monde en titre s’inclinent d’entrée face aux sud-Coréennes, puis font égalité face à une équipe du Brésil largement à leur portée. Et, après 2 succès face à l’Australie et l’Allemagne, elles rencontrent le Danemark pour un match décisif. Match perdu, vous vous en doutez bien. 18-20 et les tenantes du titre sont au tapis. Le Handball devra cependant montrer une certaine régularité pour obtenir nos faveurs.

Publicité

L’AS Monaco.

On va la faire courte, mais licencier deux fois un même entraîneur en une année civile, on crie au génie.

Les loups d’Angers

Nous avions raconté leur histoire rocambolesque en Espagne, mais sur le gong, ils auraient pu rentrer dans ce classement. En effet, suite à cette affaire, ils ont été exclus de la petite coupe d’Europe. Faire exprès de perdre pour se faire disqualifier ensuite, le SUA avait déjà réaliser l’exploit en Challenge Européen. Impossible n’est pas Français.

L’équipe de France masculine de BasketBall

Vous connaissez bien cette grande spécialité française. Faire un exploit tonitruant et loser comme il se doit juste derrière. Dans le jargon, on appelle ça une Virginie Razzano. Nos basketteurs français ont donc représenté à leur manière notre si belle nation. Un exploit face aux USA. Bien que ce n’était pas l’équipe A qui se soit présentée en Chine, les USA présentaient un effectif fourni. Mais au terme d’un dernier quart temps incroyable, les français s’envolaient vers les demis finales. Toute la planète basket rêvait d’une finale France Espagne. C’était oublier les argentins, qui, avec moins de talent que les américains mais beaucoup plus de grinta, faisaient déjouer nos français. Luis Scola, 58 ans, jouait avec nos intérieurs français avec des feintes de grand père. Résultat, une piquette de 14 points.

Cependant, difficile de mettre cette équipe dans un Top 10 des FFL D’Or, la faute à un exploit combiné avec une qualification aux JO.

 

Il manque encore des oubliés ? N’hésitez pas à nous les faire parvenir via la page contact!

 

FFL D’Or – Les oubliés