Blacklist n°7 | TFC, trois lettres à bannir du football


Le 9 novembre 2023, le TFC a décidé de déterrer la hache de guerre contre la Fédération Française de la Lose. Contre nous quoi. Et notre réponse ne pouvait passer que par une place au soleil dans notre Blacklist 2023.

Publicité

À lire aussi :   Ligue Europa | La victoire impardonnable du TFC contre Liverpool

Tout commence en 2022…

Pour comprendre la trahison perpétrée par le Téfécé, il faut remonter pour cela au début de l’année. La Coupe de France fait rage, à l’instar des Toulousains ; victoire 7-1 contre Lannion, 6-1 contre Rodez, 2-1 contre Annecy (les tombeurs de l’OM) et 5-1 en finale contre le FC Nantes de leur ancien coach tant aimé Antoine Kombouaré, vainqueur en titre.

À lire aussi :   Coupe de France | Les notes FFL de Nantes – Toulouse

Le TFC remporte son premier titre depuis… 1 an, et son sacre en Ligue 2. Certains clubs sont visiblement plus faciles à supporter que d’autres.

Publicité

Alors qu’on pensait assister à la saison de la confirmation sur les bords de la Garonne, patatra. Philippe Montanier est limogé. L’artisan de la montée en Liguain et de la victoire en Coupe de France est remercié. Nous aurions fait de même.

Malheureusement, même si Philippe n’est plus en état de nuire les Violets, son héritage reste. This is football heritage, comme dirait le Mou. Et cela passe notamment par la participation en Ligue Europa. Vous voyez peut-être où nous voulons en venir…

À lire aussi :   Coupe UEFA 1986 | Toulouse, la trahison avant l'humiliation

Les déplacements à Anfield se suivent et se ressemblent

Après un nul et une victoire contre l’Union Saint-Gilloise et Linz, les Toulousains se rendent à Anfield pour y affronter Liverpool. Si le traumatisme de 2007 ressurgit, les Violets ont bien l’intention de prendre leur revanche. Mal leur en a pris. Les hommes de Carles Martinez Novell se prennent un 5-1 en pleine poire. Avec en prime, le sublime loupé de Suazo. On ne s’en lasse pas.

Qui dit branlée à l’aller dit désir de vengeance au retour. Il y a 16 ans, le Téfécé avait été refroidi au Stadium par une frappe de Voronin sortie de nulle part. Oui, ce nom hante encore certains esprits, nous le savons. Alors le 9 novembre dernier, les Toulousains décident de laver cet affront, pour en créer un autre. À notre encontre cette fois-ci.

À lire aussi :   Espoirs | La double boulette délicieuse de Guillaume Restes

Le TFC nous cueille à froid

Le match n’a pas encore commencé, et pourtant les Toulousains frappent déjà fort. En effet, les supporters déploient un tifo révélateur sur l’ambition de cette soirée.

Bon, pour ce qui est de la réalisation, on repassera.

Sur la pelouse, les Violets sont tout aussi inspirés qu’en tribunes. Le premier hic de la soirée est à mettre à l’actif de Aron Dønnum. Le Norvégien profite d’une perte de balle de Tsimikas pour ouvrir le score. Ainsi que la brèche dans laquelle les Toulousains vont s’engouffrer. 1-0.

On sent bien que quelque chose ne tourne pas rond. Et Jurgen Klopp aussi. Le technicien décide d’agir en conséquence ; Alexander-Arnold, Szoboszlai et Salah entrent en jeu. Le Téfécé peut trembler, pense-t-on naïvement. Car ce sont bien les Reds qui subissent la loi toulousaine. Dallinga double la mise. 2-0. Vivement qu’un club anglais le recrute celui-là.

Les Toulousains ont clairement l’intention de dégrader notre image devant l’Europe entière. Alors les hommes de Carles Martinez Novell ne baissent pas d’intensité, comme ce devrait être la norme. Encore mieux, ils trouvent même l’énergie nécessaire pour marquer un 3e but par l’intermédiaire de Cristian Cásseres. Le Vénézuélien aurait pu être l’un des héros du jour côté TFC, si seulement il avait marqué dans les bonnes cages. En effet, Cristian envoie son épaule pour pousser le ballon au fond de ses propres filets. 2-1. L’Espoir renaît.

À lire aussi :   Ligue 1 – Toulouse entre dans la légende

Une fin de match complètement folle…

Alors qu’on entre dans le dernier quart d’heure, la partie va totalement basculer. Tout d’abord, Frank Magri n’a pas de meilleure idée que de refaire le break pour le Téfécé. 3-1. Un but catastrophique pour les deux camps ; Liverpool se fait larguer au score, et Toulouse pense que la victoire est acquise.

Pourtant, Toulouse devrait le savoir ; les scénarios des matchs de Coupe d’Europe sont souvent les mêmes pour les clubs français. Soit ils se prennent des gifles monumentales et ne s’en remettent jamais, soit ils mènent au score et se font rejoindre. Diogo Jota connaît ses classiques, et sème le doute dans l’esprit de tous les Violets à la 89e minute. 3-2. Puis la deuxième lame tombe juste derrière ; il y aura 7 minutes de bonheur en plus dans le temps additionnel. Rien que pour vous, les abonnés.

On arrive à cette fameuse 90+7e minute. Les Toulousains ont été honteusement héroïques durant tout le temps additionnel quand, sur un cafouillage dans la surface, Jarell Quansah égalise pour Liverpool. 3-3. Ladies & gentlemen, nous vous présentons la remontada sauce chocolatine.

Alors que nous jubilons debout sur notre canapé en slip Borat, la réalité nous rattrape. L’arbitre est appelé à la VAR pour analyser une possible main de Mac Allister en amont de l’action. But refusé. Un bol de tisane pour la FFL s’il vous plaît.

À lire aussi :   Ligue 1 – Toulouse si près du but…

… avant un exploit désastreux du TFC

Après le Napoli de Maradona en 1986, c’est le Liverpool de Mo Salah qui s’écroule au Stadium 37 ans plus tard. Dans la ville Rose, il y aura désormais un avant, et un après 9 novembre 2023. En même temps, voir le 14e de la Ligue des Talents taper le 2e de Premier League, cela n’arrive pas tous les jours. Ni tous les ans.

L’engouement populaire est tel que même la traditionnelle conférence d’après-match ne peut être tenue. La raison ? Il y a juste trop de bruit dans le stade. Pour que Jurgen Klopp s’en plaigne, c’est que les décibels devaient être inhumains ce soir-là.

Nous venons tout simplement de subir l’un des plus grands exploits de l’histoire du Toulouse Football Club. Notre thérapie post-traumatique peine à nous faire oublier.

À lire aussi :   TFC – Brest | Toulouse, une lose en 13 minutes chrono

Les raisons de notre choix

Les +

  • On a cru au retournement de situation improbable, et pourtant si français. Mais le contre-kems fut terrible.
  • Le TFC qui tape un sextuple vainqueur de la Ligue des Champions dans son jardin.

Les –

  • Il ne s’agit que d’un match de poule de Ligue Europa, redescendez un peu.
  • La 14e place des Toulousains dans la Farmers League n’est pas à jeter à la poubelle.
  • Le coach semble sur la sellette. Le renouveau?
Tom