Arsenal | Et Lens s’est fait chicoter…


Lens

D’ordinaire, quand nous parlons du Racing Club de Lens sur ce média, c’est très souvent, voire toujours en mal. Mais l’année 2023 nous réserve visiblement de belles surprises. 

À lire aussi :   Mais qu'est-ce que t'as foutu le RC Lens ??

Depuis de longs mois maintenant, le Racing Club de Lens fait partie des pires élèves de la FFL. Un jeu flamboyant porté sur l’attaque, un coach humble, une communication millimétrée et un public hors du commun. Bref, tout ceci serait merveilleux si la ville de Lens n’était pas basée à l’intérieur des frontières françaises.

Publicité

Enfin, ce regret s’est évaporé face à Arsenal. Le court déplacement jusqu’à Londres nous a fait oublier toutes les humiliations lensoises sous l’ère de Franck Haise. Une montée au paradis que nous allons vous conter avec plaisir.

À lire aussi :   2007 | Le jour où Lens a dit non à Lewandowski pour Akalé

Le résumé de la fessée lensoise

Tout débute dès la 13e minute de jeu. Tout seul dans la surface, Kai Havertz passe entre quatre défenseurs lensois stoïques pour ouvrir le score tranquillement. La passivité des Sang et Or aurait dû nous mettre la puce à l’oreille sur ce qui allait suivre.

Publicité

Puis à la 21e minute, c’est le début d’une symphonie en trois temps. Encore un level au-dessus. Une trilogie en six minutes.

1er temps : Saka et Jesus se retrouvent non pas au milieu de quatre, mais six joueurs lensois. Cela n’empêche pas le Brésilien de faire danser Danso et Samba. Un cours de danse devant 59 987 spectateurs.

2e temps : une perte de balle suivie d’un “arrêt” de Samba, ou nous devrions plutôt dire une poussette du ballon sur Saka qui ne peut éviter de marquer le troisième but dans les cages vides.

3e temps : une frappe enroulée de Martinelli qui vient dire bonjour au petit filet opposé de Samba. 4-0 au bout de 27 minutes de jeu. A titre de comparaison, Gibraltar avait résisté jusqu’à la 30e minute pour s’en prendre quatre. Le titre de plus belle passoire de l’année est encore en balance.

À lire aussi :   Gibraltar | L'humiliation historique de l'équipe de France

Lens raye de la carte le record lillois

Les Sang et Or étaient plutôt joueurs contre Arsenal. Si 4-0 est un score plutôt confortable pour rentrer aux vestiaires, les Lensois préfèrent en encaisser un cinquième. On ne sait jamais si l’envie de se taper une remontada en deuxième mi-temps leur avait traversé l’esprit, ce n’est désormais plus d’actualité. Et c’est très bien comme ça.

Ayant eu par le passé une importante colonie française, Arsenal se consacre à préserver le score en seconde période. Mais les Gunners ne peuvent rien face au coup de coude de Khusanov dans sa surface. Pénalty, 6-0. Dès lors, la même pensée traverse tous les esprits les plus charognards, tels que les nôtres. Il ne vous a sans doute pas échappé que la plus grosse valise de l’histoire de la Ligue des Champions est un 8-0. Allez, encore un petit effort pour entrer définitivement dans l’Histoire, amis nordistes.

Mais malheureusement, le RCL se lasse (trop vite?) de cette quête, et clôture le show à 6-0. Mais ne faisons pas les fines bouches, il s’agit tout de même de la plus grosse défaite d’un club français en Ligue des Champions. Et devinez à qui appartenait le précédent record ? Le LOSC, of course.

Et le plus beau dans tout ça ? Lens n’est toujours pas assuré de poursuivre sa campagne européenne. En effet, les Sang et Or devront obtenir leur ticket pour la Ligue Europa face… au spécialiste de la Ligue Europa en personne : le FC Séville.

Quel avenir radieux s’offre à Lens…

À lire aussi :   Ligue 2 2017 | La légendaire climatisation du RC Lens
Tom