Blacklist n°8 | Clarisse & Teddy, le yin et le yang de la win


Vainqueur du Paris Grand Slam en février dernier, 10 ans après son dernier sacre, Teddy Riner nous avait prévenus de son retour en (grande) forme. Mais jamais nous ne pensions que lui et Clarisse Agbegnenou allaient unir leurs forces pour mettre à mal la lose tricolore durant les Mondiaux. La double traîtrise n’a toujours pas été digérée. Une mauvaise nouvelle avant l’enchaînement des repas des fêtes de fin d’année.

Teddy Riner brise notre confiance

Historiquement, le judo ne fait pas partie des sports les plus populaires dans notre fédé. En effet, Teddy Riner n’a pas forcément aidé à réchauffer les relations entre la FFL et la FFJDA ; 2 titres olympiques en individuel, 10 fois champion du monde, 5 fois champion d’Europe et plus de 9 ans sans perdre le moindre duel de judo. 154 victoires consécutives pour être précis. Bref, l’ennemi public n° 1 si vous voulez notre avis.

Publicité

Mais ces dernières années, Teddy nous a donné quelques gages pour trouver un moyen de faire la paix. Non seulement il met fin à sa série hideuse contre le Japonais Kokoro Kageura, mais le lieu n’est pas choisi au hasard ; le Tournoi de Paris. La symbolique est respectée jusqu’au bout. Puis en 2021, Teddy se fait éliminer en quarts de finale aux Jeux de Tokyo, de quoi enterrer la hache de guerre avec effet immédiat. Riner quitte Tokyo avec une médaille de bronze et une médaille d’or par équipe. Mais on lui pardonne, vu à quoi il nous habituait par le passé.

Mais à peine le problème Riner solutionné, qu’un autre apparaît ; Clarisse Agbegnenou. La Rennaise devient double championne olympique à Tokyo, et se dresse comme le nouveau rempart à la FFL. Bon, fort heureusement, le combat n’est pas diffusé en direct. Non pas à cause des 8 heures de décalage horaire avec Tokyo, mais grâce à France Télévisions. Un allié de circonstance qui est le bienvenu.

Publicité

Le judo ne nous laisse aucune seconde de répit. On se croirait replonger sur les routes du Tour de France avec les attaques de Pierre Rolland.

Le judo en 2023, une saison cata pour notre fédé

Les Mondiaux ont lieu à Doha, et malheureusement pour nous, Clarisse Agbegnenou et Teddy Riner sont du voyage. Le mercredi, la première devient championne du monde pour la 6e fois de sa carrière en individuel. La sixième de trop à notre goût. Comme aux JO de Tokyo, Clarisse n’en fait qu’à sa tête, et prend le meilleur sur Andreja Leški dans la catégorie des -63 kg. La Bretonne jouit d’une telle suprématie dans sa catégorie qu’elle pourrait challenger les -70 kg sans soucis.

Mais nous n’avons même pas le temps de nous remettre de nos émotions, que Teddy Riner entre en lice dès le samedi. Ses matchs se suivent et se ressemblent ; sans encombre. Mais dès la demi-finale, les choses se corsent. Teddy affronte le numéro 1 mondial en personne, Temur Rakhimov. Jamais ces deux-là ne se sont affrontés en compétition. On promet l’enfer à Riner face à ce judoka du Tadjikistan. 26 ans seulement, en pleine forme physique, face à une bête rouillée. Et qui plus est c’est un gaucher. Bref, le duel ne devrait être qu’une formalité. Et c’est le cas. Riner remporte « l’opposition » en 28 secondes, le temps qu’il faut pour gagner sur ippon. Écœurés.

Puis en finale, c’est au tour du Russe Inal Tasoev de le défier. Vous connaissez la suite ; Teddy Riner remporte son 11e titre de champion du monde, six ans après son dernier. Un suspense verstappenien.

Ce qui nous vaut cette réflexion philosophique de Teddy Riner, à la suite de son 11e titre. On médite encore sur sa parole divine.

“Il faut s’arracher les couilles pour gagner” Teddy Riner, le 13 mai 2023

À lire aussi :   Mondiaux 2005 Judo | Frédérique Jossinet, Poulidor des tatamis

Puis l’espoir surgit de nulle part…

Teddy Riner et Clarisse Agbegnenou ont décidé de nous nuire devant le monde entier. La FFL s’est mangé un ippon en mondovision. Mais très vite, une lueur d’espoir surgit de cette noirceur. En effet, une erreur d’arbitrage fait polémique lors de la finale. On ne sait absolument pas pourquoi parce qu’on n’y comprend rien, mais on est d’accord avec cette analyse. Team mauvaise foi. La fédé internationale de judo déclare qu’un “score aurait pu être attribué pour la contre-attaque d’Inal Tasoev“. En effet, un harai-goshi du Russe n’a pas été comptabilisé. À deux doigts de lancer une pétition pour retirer le titre mondial de Teddy Riner, spécialité nationale de notre pays.

Trois semaines plus tard, le verdict tombe : Inal Tasoev est déclaré champion du monde. Autant vous dire qu’on sabre la bouteille de champomy dans nos locaux… mais on aurait été plus avisés de lire la phrase en entier ; Teddy Riner conserve quand même sa médaille d’or. Comme l’impression de s’être mangé un ko-uchi-gari en pleine poire. La chute est brutale.

À 234 jours des JO de Paris, le signal lancé est juste terrible.

À lire aussi :   Judo | Grand Slam Paris | La défaite sur un (coup de) fil de Priscilla Gneto

Les raisons de notre choix

Les +

  • Vivre dans un monde où Teddy Riner n’était pas ultra-dominateur était devenu une normalité. Le retour du bâton fait mal à la tête.
  • Le timing avec les JO de Paris est très pénalisant pour Clarisse et Teddy.

Les –

  • Un titre mondial entaché d’une erreur arbitrale pour Teddy Riner. Une lueur d’espoir pour les JO?
  • Seule lumière au tableau ; la 3e place de Clarisse Agbegnenou au Masters de Budapest. Une performance qui n’est pas à négliger tout de même.
Tom