Tour de France 2021 | Le récap’ FFL de la 12e étape


boutique FFL

Encore une bonne étape sieste sur ce Tour de France 2021. Mais pas de sprint massif à l’arrivée à Nîmes. Le peloton avait décidé de prendre sa deuxième journée-repos de la semaine. Mais ce n’est pas une raison pour zapper le récap de cette 12e étape.

Les coureurs ont été altruistes ce jeudi : pas besoin de retenir les téléspectateurs très longtemps. 20 kilomètres à peine et voilà l’échappée du jour formée. Place à la sieste, vous pouviez tranquillement revenir pour les 50 derniers kilomètres. Entre-temps, on a passé un après-midi aussi agité qu’un France-Danemark 2018.

Publicité

Un petit coup d’oeil sur l’échappée du jour quand même, juste avant d’aller pioncer. Point fort de celle-ci : un seul Français en son sein. Point faible : il s’agit de Julian Alaphilippe.

Un débat clivant

Le peloton est résigné, du coup, on s’ennuie ferme. À tel point qu’on parvient à se passionner pour le débat France Télé du jour, signé Nicolas Geay : comment prononcer le nom de Jonas Vingegaard, le maillot blanc du Tour ?

On s’efforçait de ne pas fermer l’oeil pour ne pas rater la bascule, quand soudain, les voix des commentateurs s’élèvent. Ça y est, quelque chose se passe ! Chute à l’arrière ? Attaque de Pierre Rolland ? Alaphilippe prend une pénalité-bidon ? Non… Juste Alexandre Pasteur qui voit Marion Rousse sur le côté de la route. Paroxysme de la journée.

Dans le même genre de Lose :   Tour de France 1988 | Le finish dans le parking de Philippe Bouvatier

Heureusement que Laurent Jalabert relevait le niveau en posant des questions existentielles.

Publicité

À un peu moins de 40 km de l’arrivée, l’échappée se disloque et quatre coureurs se détachent (Kung, Erviti, Sweeny, Politt). Les autres ne reviendront pas. Dommage, entre Alaphilippe et surtout le toujours chanceux Brent Van Moer, il y avait un vrai potentiel FFL dans ce groupe.

À 12 km de Nîmes, Nils Politt plaçait son attaque. Suffisant pour se débarrasser de ses concurrents et filer vers la victoire, sa première sur le Tour de France. Prends ça Cavendish !