Football – Équipe de France | Un 3e match ne se joue pas, il ennuie


Depuis l’arrivée de Didier Deschamps à la tête de la sélection, l’équipe de France s’est trouvée une nouvelle marque de fabrique lors des grandes compétitions: celle de faire un bon 0-0 bien soporifique lors du dernier match de poule d’un grand tournoi. 2014, 2016 et 2018, trois rencontres et trois scores nuls et vierges. Retour sur ces trois matches. (Attention petit disclaimer : le risque d’assoupissement est élevé.)

CDM 2014 – France vs Équateur

Publicité

Encore plus efficace que le chloroforme. À côté de ce match, la cérémonie des César est un parc d’attraction, croyez-nous. Dites-vous que dans le résumé vidéo de la FIFA, la première mi-temps de ce France-Équateur n’existe pas (aucune vanne). C’est dire l’activité des joueurs et l’intensité de la partie.

Avec leurs victoires sur le Honduras (3-0) et la Suisse (5-2), les Bleus sont déjà qualifiés pour la suite de la compétition et le match ne revêt que peu d’importance. Comme Deschamps est un homme de sentiment, il pense à ses remplaçants pour leur donner du temps de jeu. En revanche, il pense un peu moins aux supporters français venus au Maracanã. Ces derniers se retrouvent à admirer une équipe de France composée de Sagna à la place de Debuchy, Digne à la place d’Evra, Koscielny à la place de Varane, Schneiderlin à la place de Cabaye et Sissoko à la place de Valbuena. Par principe, Deschamps ne fera pas tout de même pas entrer Mavuba ou Cabella. Y a des limites quand même.

Dans le même genre de Lose :   EDF | Top 4 des matches-siestes depuis 2010

Euro 2016 – France vs Suisse

Aujourd’hui, les experts expliquent que l’équipe de France est montée en puissance au fil de la compétition. On ne vous le fait pas dire ! Après deux premiers matches aussi emballants qu’un Malte-Îles Féroé, les Bleus passent la seconde contre la Suisse lors de l’ultime match de poule de l’Euro 2016. Pour créer un déclic, Deschamps titularisent Cabaye, Sissoko et surtout Gignac. Déclic réussi ! Pour la première fois de l’Euro, l’équipe de France ne marque pas.

Publicité

Allez, on va la faire courte. Trois actions à retenir de ce match, pas plus :

  • Sommer qui nous fait croire à la boulette du tournoi sur une frappe de Pogba (0’46).
  • Rami qui est à deux doigts de scalper Mehmedi sur un ciseau (3’18). Fallait bien qu’il fasse une dinguerie dans le tournoi.
  • Et Payet qui dépose un coup-franc sur la tête de Sissoko (5’55).

La légende raconte qu’après la rencontre, l’UEFA a fait don de la cassette du match à l’Institut National du Sommeil.

CDM 2018 – France vs Danemark

Avant de remporter la compétition, les démons sélectionnés par Didier Deschamps nous ont tout de même emmené au bout de l’ennui. Encore une fois qualifiés pour les 8es avant ce dernier match de poule, les Bleus délivrent la prestation la plus lumineuse du tournoi. Comme à l’accoutumée, le sélectionneur fait tourner l’effectif. À tel point qu’il laisse au repos Lloris, son capitaine et gardien titulaire, pour donner une cape à Steve Mandanda. Lemar, Kimpembe et Sidibé se retrouvent eux aussi titulaires. Une composition au doux parfum de Ligue 1. Sans surprise, le match sera délicieusement horrible à regarder. Le coup de sifflet final sera un grand moment puisque tout le public communiera ensemble d’une même voix pour siffler les joueurs des deux équipes. C’est beau un stade à l’unisson.

La partie sera élue « pire match de la compétition » par à peu près toute la presse internationale. Il est là le vrai titre de la France en 2018. Pour le reste de la compétition, on avoue qu’on a un peu perdu le contrôle mais on a bien profité de ce France-Danemark pour s’envoyer la meilleure des siestes. Rien que pour ce match, ce n’est pas une étoile qu’on aurait dû ajouter au maillot, c’est une lune.

Si jamais l’envie vous prend de regarder le résumé de la rencontre, restez bien jusqu’au bout. La conclusion du commentateur belge est une pépite (2’00).