Premier League 2005 | Arsenal | Muscle ta passe Robert !


Pires Henry Passe pénalty

Un penalty se résume souvent à un duel entre le tireur et le gardien. Mais il arrive quelquefois qu’une tierce personne s’incorpore au scénario… Et fasse tout foirer. C’est ce qui est arrivé à Arsenal le 22 octobre 2005. Et qui était à la baguette ce jour-là ? Deux Frenchies, évidemment.

Remonter le temps vers la Premier League de 2005 est sacrément dépaysant. Le championnat anglais a tellement évolué depuis qu’on se prendrait presque pour des archéologues. Dans les fossiles que l’on dépoussière, on remarque la présence d’équipes aujourd’hui disparues de la circulation (Charlton, Middlesbrough, Portsmouth) mais aussi celle de dinosaures qui terrifiaient le football européen d’alors : Arsène Wenger à Arsenal ou Sir Alex Ferguson à Manchester United par exemple.

Publicité

Nous rangeons précautionneusement tout ça dans nos archives, à la rangée « Premier League 2005 ». Juste à côté d’un curieux document nommé « Pirès-Henry, le penalty de la maxi lose ». L’occasion pour nous de replonger dans ce merveilleux conte footballistique, chef d’œuvre du sport français et véritable best-seller outre-Manche.

Combinaison à la Française

Les moins de 16 ans ne vont peut-être pas nous croire mais en 2005, Arsenal faisait partie des grands clubs européens et jouait la gagne en Ligue des Champions. Notamment parce qu’il possède dans son effectif des joueurs un peu trop chauds.

En championnat anglais, il fait office d’épouvantail pour un grand nombre d’adversaires comme Manchester City par exemple. Club populaire qui n’a pas encore vu les thunes arriver construit de véritable « projet sportif » et joue le maintien. Ce 22 octobre, lors de la 10e journée, les deux équipes se rencontrent à Highbury. Un match à l’accent so French puisque 8 Français sont sur la pelouse au coup d’envoi (5 à Arsenal, 3 pour City). Parmi eux, deux Gunners vont retenir notre attention. Et grande surprise, Pascal Cygan n’en fera pas partie.

Publicité

À lire aussi :   [{{{site.name}}}] {{friend.name}} accepted your friendship request

L’hommage au plus grand

À l’heure de jeu, Robert Pirès ouvre la marque sur un penalty que Thierry Henry a obtenu. 1-0, tout va bien pour la bande à Wenger. C’est quelques minutes plus tard que l’histoire va s’écrire, lorsque Bergkamp obtient un second penalty pour les Gunners. Pirès s’empare de la balle pour de nouveau tirer. Sauf que le petit filou a préparé un plan machiavélique avec Thierry Henry. Les deux compères veulent jouer le penalty à deux pour surprendre le portier, que Pirès fasse une passe à Henry qui n’aurait plus qu’à inscrire un but facile. Comme s’il y avait besoin de ça pour tromper David James…

En gros, les Gunners veulent s’inspirer de Johan Cruyff et Jesper Olsen :

Il faut bien reconnaître le génie du regretté Johan Cruyff. Souvent imité, rarement égalé. Enfin bref, vous voyez l’idée, voici la réalisation : Pirès s’élance et caresse seulement le cuir du bout des crampons. Une passe pour son partenaire tellement puissante que le ballon ne sort même pas du point de penalty. Surpris, Henry ne peut pas reprendre le ballon. L’arbitre siffle finalement coup-franc en faveur de City et Robert Pirès se fait enguirlander par Danny Mills, défenseur citizen. Penalty d’anthologie. Le pire, c’est qu’il avait été travaillé à l’entraînement (avec les rôles inversés).

Malheureusement, Arsenal ne subira pas le coup de karma monstrueux que tout le monde attendait. Victoire finale 1-0, ce qui permettra à Pirès et Henry de mieux digérer le coup de génie qu’ils viennent de réaliser. Une conclusion finalement sympathique puisqu’elle a ensuite donné lieu à un chambrage de Thierry Henry effectué dans les règles de l’art, deux matches plus tard (visible à 0’22 de la vidéo ci-dessus). Mais surtout à d’excellentes interviews de fin de match signées Henry et Wenger.