Europa League 2014-2015 | Quand Lyon sortait de l’Europe


Jallet Lyon Astra Giurgiu 2014

Dans la longue histoire européenne de l’Olympique Lyonnais, les chokes sont nombreux. Pas autant que les humiliations pour le PSG, mais quand même. Il y avait eu Maribor en 1999, il y a eu l’APOEL Nicosie en 2012 et il y a eu l’Astra Giurgiu en 2014. Une autre entrée dans notre Panthéon de la Lose pour un barrage pour la Ligue Europa géré d’une main de maître par Hubert Fournier et ses joueurs. La grande époque de Lyon, c’est certain.

Été 2014 : l’Olympique Lyonnais vient de nommer Hubert Fournier à la tête de son équipe. Rapidement, le technicien doit faire ses preuves et passer les barrages de Ligue Europa contre les Roumains de l’Astra Giurgiu, puisque les Gones n’ont fini que 5e du championnat la saison précédente. Juste derrière les Verts. On ne veut pas rajouter d’huile sur le feu mais si tout ce qui va suivre existe et mérite un petit article, c’est en partie grâce à Saint-Etienne. Voilà, supporters lyonnais, maintenant que vous avez le sourire, on peut entrer dans le vif du sujet.

Publicité

Un effectif pas piqué des hannetons

Grâce à la magie du tirage au sort, Lyon se retrouve à devoir affronter l’Astra Giurgiu, club d’une petite ville roumaine située à la frontière bulgare. Fin août, on trouve mieux comme destination généralement mais bon, pour éviter de se cailler les miches en novembre du côté de Dnipro en Ukraine ou de Qarabag en Azerbaïdjan (comme le fera avec brio Saint-Etienne), les Lyonnais doivent passer par là. Conscient de l’enjeu, Hubert Fournier sort l’artillerie lourde pour le match aller à Gerland. Un trio d’attaque de feu : Lacazette, Yattarra, Bahlouli. Et surtout une défense de fer : Jallet, Koné, Rose et Tolisso à gauche. Tiens, un milieu central qui joue arrière gauche, ça nous rappelle bien quelque chose…

Bon, Corentin Tolisso est loin d’avoir été le pire sur le terrain ce soir-là face à Giurgiu qui jouait comme une équipe de District : tous derrière et on compte sur la vitesse de notre seul attaquant pour faire un truc. Le pire, c’est que ça a marché ! Il faut dire que Fatai, le buteur nigérian, a vu sa tâche être facilitée par un Lindsay Rose aussi ponctuel que le lapin d’Alice au pays des merveilles.

Dans le même genre de Lose :   Olympique Lyonnais | Le syndrome des 45 minutes a encore frappé

Pendant une mi-temps, on a bien cru que l’OL ne nous donnerait pas grand-chose à grignoter. Steed Malbranque, buteur sur une action plutôt jolie, nous enfonçait d’ailleurs au fond du canap’. Mais en 2014, Lyon maîtrisait déjà à la perfection le syndrome des 45 minutes : c’est-à-dire, ne jouer qu’une mi-temps sur deux. De retour du vestiaire, les Gones étaient transcendés et laissaient les Roumains dicter le jeu. Fatai égalisait, Rose se faisait expulser et Budescu trompait Lopes sur penalty : 2-1 pour l’Astra. Choke d’Hubert Fournier, choke de qualité.

Publicité

17 ans d’attente quand même

Au match retour, les Lyonnais doivent absolument gagner avec deux buts d’écart pour se qualifier. Pas impossible comme objectif mais quitte à loser, autant le faire bien et frôler du bout des doigts ce qui était visé. Victoire 0-1 grâce à un but de Jordan Ferri. Pour la première fois depuis 1996-1997, Lyon ne figure pas dans une compétition européenne. Après 17 ans d’attente, les fans pouvaient savourer.

Affiche football FFL Panthéon de la Lose
C’est tout naturellement que ce match de l’OL figure dans l’affiche du Panthéon de la Lose du foot français