Marathon de Patinage | Le finish extraordinaire de Elma de Vries


Alternative Eleven Cities 2017.

Si vous avez de célèbres marathons en tête comme celui de Paris ou de New York, il y a peu de chance que vous connaissiez le marathon de patinage Alternative Eleven Cities en Autriche. Et pour cause, il ne s’y passe généralement rien. Hormis en ce début de février 2017, où la patineuse Elma de Vries va donner une leçon de finish. À 10 mètres près.

L’Alternative Eleven Cities, ou Alternatieve Elfstedentocht pour les spécialistes, est une épreuve de marathon de patinage néerlandaise qui se déroule chaque année en Autriche. Historiquement aux Pays-Bas, une version alternative a été créée car elle n’est courue localement que les années où le lac est gelé. Sauf que ça n’est pas arrivé depuis 1997. Bref, rien qui va en premier abord, on vous le concède. Mais il s’agit tout de même d’un rendez-vous annuel dont les plus férus de patins à glace ne rateraient pour rien au monde. Et en février 2017, ce petit lieu paisible d’Autriche va très vite devenir the place to be.

Publicité

La course se déroule sur le non moins célèbre lac gelé Weissensee. Long de 12 km, les patineuses néerlandaises ont parcouru ce jour-là 200 km pour conclure la course. Et le finish de cette dernière est déjà entré dans les annales du sport.

Telle une course de vélo, des groupes se font et se défont afin de laisser place à des échappées. Et dans cet exercice, quatre patineuses parviennent à tirer leur épingle du jeu ; Ankie Ijsma, Lisa van der Geest, Anna Tauber et Elma de Vries. Le quatuor approche peu à peu de la ligne d’arrivée. Mais alors qu’on s’apprête à assister à un sprint final, Elma de Vries réussit à placer une attaque à 100 mètres de l’arrivée. Après 200 kilomètres de patinage. Dingue.

À lire aussi :   Blacklist #6 – Cizeron et Papadakis nous font patiner

Elma de Vries en tête après 199,995 km

Sa bonne forme du jour lui permet de creuser rapidement l’écart sur ses concurrentes. La Néerlandaise de 33 ans laisse littéralement sur place ses concurrentes. Mais Elma de Vries ne sait pas gagner sans panache. Alors qu’elle a course gagnée avec 20 mètres d’avance sur ses opposantes, elle continue d’impulser un rythme d’enfer en plaçant une nouvelle accélération. Mais c’était sans compter sur le fait qu’elle se fasse un croc-en-jambe toute seule comme une grande dans les ultimes mètres. Digne d’une carapace bleue.

Optimiste jusqu’au bout des ongles, Elma de Vries essaie tant bien que mal de rallier l’arrivée en glissant sur le ventre, comme dans nos meilleurs souvenirs d’Intervilles. Les spectateurs présents sur la ligne ne comprennent pas ce qui est en train de se passer ; la Néerlandaise est littéralement en train de pousser avec ses mains sur la glace pour se donner de l’élan. On croirait voir un pingouin sur la banquise. Certes pas académique, sa tactique n’en reste pas moins ingénieuse. Mais l’espoir n’est pas pour rien notre allié de choc. La patineuse échoue à seulement 10 mètres de l’arrivée. Le temps de se relever, ses trois concurrentes lui passent devant. Lisa van der Geest remporte la course, mais Elma de Vries est clairement l’héroïne de l’épreuve. Avec, en prime, la médaille en chocolat.

Publicité

Avec un si beau finish, nous étions obligés de vous le proposer sous tous ses angles.

On ne s’en lasse clairement pas.

« Je vois l’arche s’approcher, je me demande si je vais glisser assez loin, et non… 10 mètres trop courts après un parcours aussi long … » E. de Vries

S’effondrer à 10 mètres de l’arrivée après 8 heures d’effort, c’est la vie qu’a choisi de mener Elma de Vries.

À lire aussi :   Cross de Bretagne | Une seconde place genou à terre, drapeau breton à la main
Tom