Cross de Bretagne | Une seconde place genou à terre, drapeau breton à la main


Il y a des manières plus belles que d’autres de s’incliner dans un cross. Déjà, se faire dépasser sur la ligne, c’est quelque chose de grandiose. Mais, pour un Breton, le faire avec le drapeau régional à la main, c’est le petit plus qui rend la presqu’victoire encore plus emblématique. Direction Pontivy et l’hippodrome de Kernivinen pour un finish 100 % breton.

Attraper un drapeau breton, un réflexe local

C’est le Télégramme qui nous a permis de découvrir ce splendide finish digne des plus belles heures de notre histoire. Dans le froid breton, de nombreux cadets se sont lancés à l’assaut des 5350 m de course. Un groupe de 5 se forme rapidement en tête, et Étienne, coureur du club de Cima Pays d’Auray, s’échappe en solitaire quelques centaines de mètres avant la ligne. Seul Mathieu, du club de Trégueux-Langueux est en mesure de suivre son attaque, mais perd tout de même des mètres précieux au fur et à mesure des foulées du fuyard.

Publicité

Arrive donc le moment crucial, en plein effort, au rupteur, Étienne voit la ligne d’arrivée à l’horizon. Mais face à lui, un spectateur lui brandit un drapeau breton. Et vous ne le savez peut-être pas, il est interdit dans le Morbihan de refuser de hisser les couleurs noires et blanches si on vous le propose. Dans le rouge, Étienne s’empare donc du précieux étendard.

À lire aussi :   Blacklist #10 | Le triathlon Français - une tragédie collective

Problème — de taille —, ce passage  de témoin arrive en même temps que le dernier effort de son concurrent, Mathieu. À peine le drapeau récupéré, Étienne se retourne et sent directement le drame arriver. Son adversaire est en train de faire une Floria Gueï. Mètre après mètre foulée après foulée, il se rapproche inexorablement de lui. Alors il tente d’y mettre ses dernières forces, pas aidé par son nouvel équipement pas très aérodynamique.

La finalité sera terrible. Battu sur la ligne, alors que son adversaire prend bien le temps de stopper le chrono, il s’effondre dans la boue. Il s’effondre, certes, mais le drapeau à la main. La Bretagne, on l’aime avant la gagne.

Publicité

 

Le splendide sprint final arrive vers la 48e minute. 

 

@fededelalose Drapeau breton ou victoire, il faut choisir. 🤷‍♂️ #cross #bretagne #athletisme #breton #fail #presquevictoire #FFL #runing #celebration ♬ My Heart Will Go On (Love Theme from “Titanic”) – Céline Dion