Mondiaux Biathlon | Les Français écœurants comme d’habitude


Julia Simon

Pour ce premier jour des Mondiaux de biathlon à Nove Mesto, en République tchèque, le relais mixte était au programme. Et comme prévu, l’équipe de France s’est montrée particulièrement insupportable.

À lire aussi :   7e victoire consécutive du biathlon féminin, honte à elles.

Un relais masculin décevant pour le biathlon français

L’équipe de France n’a pas froid aux yeux ; le premier relayeur n’est autre qu’Eric Perrot, qui participe pour la toute première fois de sa carrière à des Championnats du monde. Si le Français nous donne des motifs d’espoir en piochant à deux reprises sur le tir couché, il ne se dégonfle pas malgré la pression, et donne le relais parmi le groupe de tête.

Publicité

Quentin Fillon-Maillet suit juste derrière, et si nous attendons de sa part une désillusion derrière la carabine, nous nous méprenons. Alors un ultime espoir voit le jour ; attendre qu’il se fasse reprendre sur les skis, comme à Antholz, et son 20/20 pour rien à l’arrivée. Mais cette fois-ci, les techniciens français ont savamment géré le fartage. Une win à tous les niveaux. Argh.

Le sacrifice de Justine Braisaz-Bouchet n’aura pas suffi

Justine Braisaz-Bouchet est la troisième relayeuse tricolore. La pression est grande sur les épaules de l’ex-leader du classement général. Mais Justine sait y faire. Dès le tir couché, la Française explose littéralement en vol, et offre un tour de pénalité inespéré à ses compatriotes. Mais comment avons-nous pu lui en vouloir en début de saison ?

Résultat, la France ressort en 5e position et compte 39 secondes de retard sur la tête de la course. Mais à partir de ce moment, c’est le début de la fin pour la FFL. Non seulement Braisaz-Bouchet revient comme une avalanche sur les leaders, mais elle profite en plus du craquage de l’Allemagne pour passer le relais en tête. Avec Justine, on souffle le brûlant et le glacial. Rarement nous avons vu une biathlète aussi lunatique sur ses skis.

Publicité

À lire aussi :   Biathlon | Justine Braisaz-Bouchet, la (quatrième) victoire de trop

Puis vient le tour de Julia Simon. La lauréate du Globe de cristal la saison passée ne laisse aucune chance à sa dauphine Tandrevold. Un 5/5 sur le couché, suivi d’un 5/5 sur le debout. 10/10 derrière la carabine : Simon est tout bonnement injuliable. La France remporte le relais avec pas moins de 45 secondes d’avance sur la Norvège, quadruple championne du monde en titre. La neige ne nous réussit clairement pas cette année.

Derrière, il est de notre devoir d’adresser une mention spéciale à la Suisse. A la lutte avec la Suède pour la médaille de bronze, les Suisses sortent du dernier tir avec 12 secondes d’avance sur les Scandinaves. On se dit alors que la breloque leur est promise, et bien non. Amy Baserga se fait littéralement manger sur les skis par Elvira Oeberg, et termine derrière la Suédoise.

En même temps, qui d’autre que la Suisse pour rafler la médaille en chocolat ?

À lire aussi :   Ski – Biathlon | Vivement le réchauffement climatique.
Tom