Euro 2008 | Quand Domenech faisait sa demande en mariage


Parce que le 17 juin est la journée anniversaire d’un des plus grands moments de l’équipe de France, on vous propose de remonter le temps jusqu’en 2008. À l’Euro, Raymond Domenech, alors sélectionneur des Bleus, avait étalé tout son talent de coach mais surtout de communicant.

Ah l’Euro 2008… Enfin Zidane n’est plus là. L’obscure parenthèse victorieuse des Bleus a pris fin avec la carrière internationale du meneur de jeu. La lose reprend enfin ses droits sur l’équipe nationale. Pour son retour dans le grand bain, l’équipe de France frappe fort avec un tournoi réussi, autant sur le plan sportif qu’extra-sportif. On n’est pas encore sur le niveau de Knysna 2010 mais c’est normal, les Français voulaient surtout éviter le claquage. 2008, c’était juste l’échauffement.

Publicité

Un potentiel tout de suite remarqué

Après un match d’ouverture contre la Roumanie (0-0) qui aurait mérité sa place dans notre top des matches les plus soporifiques, puis une formidable déroute contre les Pays-Bas (4-1), les Bleus affrontent l’Italie qui est dans la même m**** la même situation qu’eux (un nul, une défaite, obligation de gagner pour voir les quarts de finale) pour ce dernier match de poule.

Jusque-là, nous étions très satisfaits de nos petits poulains. D’autant plus que contre la Squadra Azzura, la bande à Domenech conclut avec éclat son Euro helvético-autrichien. Défaite 2-0 avec une première mi-temps de folie. Sortie sur blessure de Ribéry dès la 10e minute (Nasri le remplace) et carton rouge pour Abidal à la 25e pour une faute sur Luca Toni dans la surface. Penalty et ouverture du score s’ensuivent tandis que Nasri retourne faire banquette pour rééquilibrer la défense. Un match plein pour le Marseillais. Alors heureux ?

Le sens du timing

En deuxième période, les Bleus encaisseront un coup-franc de De Rossi (62e), ce qui scellera définitivement leur sort et la dernière place du groupe. Une situation qui ne plaît pas du tout au sélectionneur qui voit bien que son équipe est en train de lui voler la vedette. En interview d’après-match, alors que Jean-Philippe Doux l’interroge sur l’avenir et une démission envisagée, Raymond Domenech parvient pourtant à faire revenir toute la lumière sur lui, grâce à un geste technique d’anthologie.

Dans le même genre de Lose :   C1 – PSG Manchester City | La FFL reprend le contrôle.

J’ai qu’un seul projet, c’est d’épouser Estelle. Donc c’est aujourd’hui que je lui demande. Je sais que c’est difficile mais c’est dans ces moments-là qu’on a besoin de tout le monde et moi j’ai besoin d’elle.

Moment gênant pour toute la France, Jean-Philippe Doux parvient à peu près à le maîtriser. On n’ose imaginer ce qu’il se serait passé si c’était Paganelli qui avait tenu le micro ce soir-là.

Publicité

Tout comme pour ses joueurs, Domenech parvient à mettre sa compagne dans de parfaites dispositions pour son travail. Au moment de la demande, Estelle Denis était en direct à la présentation de 100% Mag sur M6. La réponse de l’intéressée ? Une non-réponse.

Donc si on récapitule, ça nous fait : encore une défaite contre l’Italie en grande compétition, une élimination de l’Euro avec un seul petit point glané contre l’ogre roumain et une demande en mariage ratée. Arrêtez-nous si on se trompe mais ça fait bien trois loses en un seul match, non ? Ah il est fort ce Raymond !

Le meilleur reste à venir

Et pour ce qui est de l’après Euro 2008, Raymond Domenech conservera son poste. Après tout, comment se séparer d’un si grand sélectionneur, expert en communication ? La réponse est claire : on ne peut pas. La FFF le laissera poursuivre son mandat pour qu’il puisse procéder à son chef d’œuvre lors de la Coupe du monde 2010, lettre en main. Pour l’éternité ça aussi.

Lucide, il avait annoncé la masterclass lors de la même interview en 2008.

Il y a de l’avenir, cette équipe a un vrai potentiel. Il y a de jeunes joueurs qui ont montré sur le terrain aujourd’hui qu’ils pouvaient prétendre à de grandes carrières et à faire de cette équipe de France une équipe solide et qui a de vrais projets pour l’avenir.

Et si vous aimez autant Raymond Domenech que nous, n’hésitez pas à aller lire notre best-of de ses meilleurs moments sur le banc du FC Nantes.