FFL d’Or 2021 | #5 Raymond Domenech, le retour du Roi.


En quittant l’année 2020, le FC nous offrait un superbe cadeau de fin d’année : l’arrivée de Raymond Domenech à la tête du FC Nantes, en remplacement de Christian Gourcuff. 10 ans après le feu d’artifice de Knysna, Raymond reprenait du service pour montrer au monde entier qu’il n’avait rien perdu de son talent. Mission accomplie.

Une entrée en non-fanfare.

Et pour commencer le spectacle, souvenez-vous. Une conférence de presse en mode Corneille : seul au monde. Un superbe cadeau de la famille Kita, qui préfère passer ses fêtes de 2020 au chaud plutôt que d’accompagner le nouveau coach canari et l’introduire chaleureusement dans son nouveau club. Pour son premier match, un poil d’espoir avec un 0-0 trouvé face à Rennes avec du gros football champagne. 27% de possession et un gros bus garé à l’arrière. Classique pour Domenech, vous nous direz.

Publicité

Mais le déclic que personne n’attendait n’est jamais venu. 7 petits matchs, 4 nuls, 3 défaites. Au-delà même du bilan comptable famélique, le président de l’UNECATEF nous a montré à quel point sa gouaille et sa fermeté sont des atouts indéniables pour emmener son équipe droit vers un échec parfait. Petite escapade parisienne à la place d’une réunion de crise avec les joueurs, un manque de fermeté qui étonnait les joueurs eux-mêmes et en finish, une mi-temps où il n’a rien dit pour laisser les joueurs gamberger entre eux. Aussi fonctionnel que la mi-temps mythique de France – Mexique quoi.

Dans le même genre de Lose :   Europa League 2016 | Quand Lille se faisait Qabalader

Les 46 jours de Domenech.

8 matchs sans victoire mais aussi sans fond de jeu. Des monumentales purges sans un quelconque esprit de rébellion des joueurs Nantais, qui doivent toujours autant halluciner que nous. Bref, le 11 février, les dirigeants nantais que l’on pense parfois hors-sol se rendent bien compte que tout ça ne va nulle part et que ça n’était peut-être pas une excellente idée. Sans déconner.

Remplacé par Kombouaré, qui fera une conférence de presse plutôt lunaire, Raymond Domenech observe de loin son successeur réussir à sauver le club nantais de la relégation. L’occasion de faire preuve d’humilité et de se dire que finalement, ça n’était pas une bonne chose de revenir sur un banc? Vous connaissez mal le bougre :

Je fais partie de ceux qui ont sauvé le FC Nantes aussi

Raymond Domenech.

Vous pouvez lui reprocher beaucoup de choses, mais niveau panache, il est inégalable. Le dernier match remporté par Domenech reste donc toujours officiellement le France Costa Rica le 26 mai 2010. Merci pour ce moment, Ray’.

Publicité

Cliquez ici pour revoir les meilleurs moments de la période Domenech à Nantes.