Tour de France 2021 | Le récap’ FFL de la soporifique 10e étape


La bible de la Lose du sport français

Les coureurs du Tour de France ont choisi de prolonger la journée de repos ce mardi. Il faut dire que l’étape entre Albertville et Valence était propice à la sieste. Un seul col répertorié (catégorie 4) et un sprint intermédiaire avant des derniers kilomètres plus trompeurs que palpitant. Bref, il fallait régler le réveil sur 17h00.

La stratégie à deux arrêts d’Arkéa

La première partie de l’étape a été marquée par la stratégie de l’équipe Arkéa-Samsic. Tandis que la plupart des formations avaient choisi de chausser les pneus durs pour aller jusqu’à Valence sans faire d’arrêt au stand, Nacer Bouhanni a été rappelé vers les paddocks par deux fois pour changer de vélo. Une stratégie à la Mercedes au GP d’Espagne 2021 mais sans la victoire au bout. Bouhanni finissant à la 4e place. Tellement Français.

Publicité

Seul Sonny Colbrelli est lui aussi passé dans les stands pour changer de vélo suite à une crevaison à 28 km du terme. Sans incidence pour le sprinter, son coéquipier est resté à moins d’une seconde devant lui pour qu’il puisse profiter du DRS et rapidement remonter vers le peloton.

Dans le même genre de Lose :   Tour de France 2021 : Faisons gagner Thibaut Pinot ! | Semaine 1

Un dispositif France Télé agressif

Mais pour voir ces derniers kilomètres, il a auparavant fallu batailler sec avec Morphée, qui avait à ses côtés, l’ensemble des commentateurs France Télévisions. Avec en chef de file, le plus redoutable de tous, Franck Ferrand, pour qui ces étapes de plaines sans grande action sont son terrain de jeu.

Au vu des nombreux silences distillés à l’antenne, Alexandre Pasteur et Laurent Jalabert avaient clairement reçu des consignes. Ou alors, eux aussi piquaient des micro siestes… Mais il fallait rester attentif pour la principale et unique difficulté de la journée. Le col de Couz ? Non, la bascule bien sûr !

Publicité

Une fois bien négociée, on pouvait aborder la dernière partie de l’après-midi. Heureusement, la course s’activait un peu. Les deux échappés du jour, Tosh Van der Sande et Hugo Houle, étaient repris et on assistait à un presque coup de bordure à l’approche de Valence. Un simple trompe l’œil puisque comme d’habitude Cavendish était emmené en première Pro dans le TGV de la Deceuninck Quick-step jusqu’à la ligne d’arrivée. Ce Tour de France est so 2009. Une chose est certaine, la journée de demain risque d’être différente avec un double Ventoux pas piqué des hannetons. Autant vous dire, la sieste sera beaucoup plus couteuse qu’aujourd’hui.