Championship 2013 | Le mémorable pénalty loupé d’Anthony Knockaert.


Anthony Knockhaert

Il y a des secondes plus importantes que d’autres dans le football. Et celles qui ont séparé la 96e de la 97e minute entre Watford et Leicester en play-offs de Championship 2013 resteront à jamais dans les annales. Et ce, principalement grâce au seul Français présent sur le terrain : Anthony Knockaert.

L’histoire complètement folle que nous allons vous conter débute le 15 mai 2004. Si les Gunners remportent le championnat et créent la légende des « Invincibles », dont l’influence francophone est beaucoup trop prononcée à notre goût, Leicester City participe lui à son dernier match de Premier League avant de filer directement en Championship. Les quatre saisons qui vont suivre vont être un pur cauchemar pour les Foxes, avec respectivement une 15e, 16e, 19e et 22e place en seconde division, synonyme de descente en League One.

Publicité

À lire aussi :   Division 1 1998 | Le FC Metz devient le premier club presqu'champion de France.

Mais les Renards, ces chenapans, ne se découragent pas ; ils remportent le championnat de troisième division dès l’année suivante, remontent en Championship et accèdent aux play-offs mais perdent finalement contre Cardiff. Il leur faut finalement attendre trois saisons pour pouvoir retrouver en 2013 le chemin des play-offs d’accession à la Premier League. Vous l’aurez compris, tout le peuple du Leicestershire est derrière son équipe, mais un fait de match phénoménal va marquer à jamais cette double confrontation.

Le résumé du match Watford – Leicester

Le King Power Stadium accueille la demi-finale aller des play-offs d’accession à la Premier League, et Leicester s’impose 1-0 à domicile devant son public. Les Foxes ont un pied en finale, mais avant de pouvoir rejoindre Wembley, ils doivent avant cela faire escale au Vicarage Road, stéréotype du bon vieux stade anglais avec ses sièges sur le bord de la pelouse et une toiture rentrante pour accentuer le boucan des supporters. Bref, toutes les conditions sont réunies pour vivre un grand come-back en ce dimanche 12 mai 2013.

Nigel Pearson, le coach de Leicester, compose son équipe en prenant soin de laisser sur le banc Harry Kane et Jamie Vardy. Il ne le sait pas encore, mais il possède pourtant deux attaquants qui vont marquer plus de 100 buts chacun en Premier League. Le flair de Nigel ne le trompe jamais. Dès le quart d’heure de jeu, les Hornets ouvrent le score devant leur public, avant que David Nugent n’égalise et ne fasse rasseoir gentiment les 20 877 supporters.

Publicité

Puis après l’heure de jeu, Matej Vydra signe un doublé pour Watford, renvoyant les deux équipes à égalité. L’arbitre Michael Oliver annonce 4 minutes de temps additionnel, et alors qu’il ne reste plus qu’une poignée de secondes à jouer, Anthony Knockaert parvient à obtenir un pénalty à la 90+4e minute. Les Foxes se voient déjà à Wembley, mais ce qui va suivre confirme le proverbe « ne jamais vendre la peau du renard avant de l’avoir tué« .

Knockaert, un raté pour l’éternité

Après avoir réalisé la première moitié du travail, Anthony Knockaert a la ferme intention de le terminer lui-même. Le natif de Roubaix pose le ballon au point de pénalty, croise le regard de Manuel Almunia et frappe plein axe. Il ne s’agit pas d’une panenka, mais bel et bien d’un pénalty foiré. Manque de bol pour lui, le mètre 93 du gardien espagnol n’aide en rien sa tentative particulièrement ratée, et l’ancien gardien des Gunners parvient à repousser du bout des orteils le pénalty. Knockaert se rue sur le ballon relâché par Almunia mais voit son second essai annihilé par un réflexe-manchette de Manu de toute beauté. Inoubliable.

Alors qu’on joue la 90+7e minute, Michael Oliver a la possibilité de mettre un terme à la partie et d’emmener les deux équipes en prolongations, mais l’arbitre se plaît bien sur cette pelouse imbibée de bière. L’Anglais laisse l’action se dérouler, le ballon est décalé sur le côté droit en direction de Forestieri. L’Italien centre au second poteau, Hogg remet le ballon de la tête en retrait pour son attaquant Deeney. Ou plutôt « Deeeeeeneeeeeeey » si l’on se tient à la version originale.

Une crucifixion filmée sous tous les angles.

Le buteur de Watford fracasse les filets d’une demi-volée surpuissante, puis enlève son maillot pour se jeter dans les bras des supporters. Vicarage Road est en transe, les fans envahissent le terrain et courent sans savoir où ils vont. Si Nigel Pearson reste stoïque, faisant ainsi honneur au légendaire flegme anglais et ce en toute situation, l’image contraste avec le bouillant Méditerranéen Gianfranco Zola qui tape un rush à l’autre bout du terrain pour finalement se vautrer avec panache sur la pelouse.

Malgré Deeney, Watford réussit à rater sa montée

Pendant ce temps, Anthony Knockaert est allongé sur le sol, inerte, immobile. Seulement 20 secondes se sont écoulées entre son pénalty manqué et le but rageur de Deeney. Knockaert aura tout de même offert aux fans des Foxes une presqu’alification en finale des play-offs de Championship. Mais le Français a tendance à voir le verre à moitié vide malheureusement.

« Je n’ai pas dormi pendant trois jours. J’ai vraiment eu du mal à m’en remettre pendant un bon mois. Je me disais : Pourquoi je n’ai pas laissé tirer quelqu’un d’autre ? » A. Knockaert

Pour le soulager, chaque année les fans de Watford ne manquent pas de lui souhaiter un merveilleux anniversaire, à leur manière.

Les Hornets sont littéralement sur un nuage, mais il est bien connu qu’en Angleterre ces derniers se vident très souvent de leurs gouttes de pluie qui finissent par s’écraser par terre. C’est un peu le parcours qu’a connu Watford, en chutant brutalement en finale de play-offs face à Crystal Palace sur le score de 1-0. Une fin de match historique pour finalement se frapper à nouveau une saison en Championship l’année suivante, et aux côtés des Foxes qui plus est.

Tout ça pour ça.