Coupe du Monde | England is coming home


Owen Farrell

Ce samedi soir, les Français devaient choisir entre la peste et le choléra. L’Angleterre ou l’Afrique du Sud, autant vous dire qu’aucun choix n’était possible. Mais come on Springboks tout de même.

À lire aussi :   Coupe du Monde | France – Afrique du Sud | Les notes FFL du match

Angleterre vs Afrique du Sud, ou la peste vs le choléra

Cette affiche ne pouvait pas plus mal tomber pour les supporters français. D’un côté l’Angleterre qui ravive la rivalité historique entre deux nations qui adorent se détester, deux frères ennemis séparés seulement par la Manche. Et dont la dualité a atteint un niveau unique le 11 mars dernier, quand le XV de France a infligé la plus lourde défaite de l’histoire aux Anglais dans leur jardin de Twickenham. Même pour la FFL qui était du voyage, il était difficile de ne pas savourer ce moment.

Publicité

À lire aussi :   Tournoi des 6 Nations | Angleterre – France | Les notes FFL du Crunch

La rivalité avec l’Afrique du Sud est elle toute récente. Vieille d’une semaine exactement. On ne va pas vous refaire toute l’histoire, mais c’est ce genre de match que tout un peuple attend, puristes comme rugbyx, car tous les ingrédients sont réunis pour un premier sacre à la maison. Le 98′ de l’Ovalie tricolore. Mais dès les quarts de finale, l’Espoir fait pschitt. Une défaite d’un point (28-29), une transformation contrée, des essais donnés aux Springboks, le tube “I will survive” lancé par le DJ dans le stade à 10 minutes du terme et un ballon arraché par les Sudafs à la sirène. Bref, vous l’aurez compris, ce 15 octobre 2023 restera davantage dans nos esprits que le 11 mars dernier.

À lire aussi :   France - Afrique du Sud | Retour sur une soirée de grand keeffe

Alors vous vous doutez bien que le timing de cet Angleterre – Afrique du Sud n’est pas le plus pertinent pour les natifs de France et de Navarre.

Publicité

En tout cas, pour ce qui est de saluer Ben O’Keeffe avant la rencontre, le choix est tout sauf cornélien cette fois. O’Keeffe, le seul homme capable d’unir la nation française à lui tout seul.

Le résumé du match

Si vous pensiez que les Sudafs allaient rouler sur les Anglais dès les premières minutes de la partie, vous avez dû ronger votre frein. 6-0 au bout de 10 minutes de jeu, et tous les opposants à la Perfide Albion sont en apnée. Le temps pour eux de se poser des questions existentielles.

Voyant que les Springboks évoluent à un niveau de Pro D2 en ce début de match, le XV de la Rose donne toutes les munitions nécessaires à leurs adversaires du soir. Un chambrage trop prononcé et des protestations envers l’arbitre pour 2 pénalités gratuites. 6-3. Le fair-play à l’anglaise. Mais côté sud-africain, il manque un petit déclic pour renverser la vapeur. Comme un homme au sifflet par exemple. On dit ça on dit rien.

Il n’y a pas à dire, voir l’Afrique du Sud jouer à un tel niveau ne peut qu’accroître encore plus le seum côté français. Et pourtant, Dieu sait que ce n’était pas facile de faire plus. Si les Sudafs vivent eux aussi une sale soirée, ce n’est rien comparé à celle de Manie Libbok. Le demi d’ouverture des Springboks n’a même pas le temps de rejoindre ses coéquipiers à la pause. Son sélectionneur le sort dès la 30e minute de jeu. Et pour cause, son jeu au pied est digne de celui de Uini Atonio. 12-6 à la pause pour l’Angleterre, l’occasion rêvée de poursuivre sa sieste durant 15 minutes.

L’Afrique du Sud, of course

La seconde période débute sur le même rythme que la première. Des en-avants en pagaille, des hors-jeux en veux-tu en voilà, et une palanquée de passes dans les chaussettes. Pour couronner le tout, Jamie George rate ses deux premiers lancers en touche, dont le deuxième est un véritable chef-d’œuvre. Une magnifique glissade de la main qui voit le ballon lui échapper. La touche se transforme en giga en-avant de 5 mètres. Le rugby qu’on aime.

Mais ce n’est rien comparé au drop à 45 mètres sur la gauche d’Owen Farrell. Sous la pluie, le joueur des Saracens envoie un drop qui rase les perches. Un coup de pied wilkinsonnien.

Malgré la pluie battante, les Sudafs inscrivent le premier essai de ce match par l’intermédiaire de Snyman. 2,06m qui foncent sur l’en-but anglais. C’est dans ces moments précis qu’on est bien content d’être devant notre télé. Puis à la 78e minute, alors que la mêlée anglaise “semble” prendre le dessus, Ben O’Keeffe siffle pénalité pour l’Afrique du Sud. Ce bon vieux Ben. Handre Pollard crucifie une nouvelle fois les Anglais, comme il y a 4 ans en finale. L’ex-Montpelliérain passe une pénalité décisive (16-15).

L’Angleterre vient de subir un 13-0 en l’espace de 10 minutes. Pour la seconde fois en une semaine, les Springboks viennent de gagner un match pour 1 point d’écart.

Les All Blacks sont prévenus.

À lire aussi :   Coupe du monde Rugby | Owen Farrell, la pénalité d’une vie
Tom