Meeting Herculis | Athlétisme | Monaco sait recevoir


Meeting Herculis Monaco

Faux-départ, cloche en avance, minimas en retard : clairement il y avait un problème de timing à Monaco vendredi lors du meeting d’athlétisme Herculis. Du coup, on a décidé de coller au concept et de vous faire ce récap’ de la soirée avec un peu de retard. Oh ça va, on n’est pas à trois jours près !

Être la meilleure n’est pas gagner

Le meeting débutait peut-être par la plus belle des aberrations de la soirée. Et promis, la FFL n’y est pour rien. Au concours du triple saut féminin, Yulimar Rojas survole comme souvent les débats pendant les 5 premiers sauts (15 m 12 contre 14 m 75 pour sa dauphine, Shanieka Ricketts). Sauf que depuis cette année, la Diamond League (le circuit mondial) a décidé de changer les règles de certains concours (lancers et sauts horizontaux).

Publicité

Après cinq essais, on retient seulement les trois premiers du classement et on remet tout à zéro. Le saut mesuré à 15 m 12 de la Vénézuélienne ne vaut donc plus rien. On départage ensuite les trois athlètes sur la seule et dernière tentative. 6e essai : Rojas s’élance et mord sa tentative, donc zéro. De son côté, Ricketts réalise un ″pauvre″ 14 m 29. C’est donc un saut à 14 m 29 qui permet à la Jamaïcaine de battre Yulimar Rojas, auteure de 15 m 12 ce soir-là. Bah ouais, logique.

Retirer l’essence même du sport et faire en sorte que le meilleur ne soit pas récompensé, même à la FFL, on n’aurait pas osé. Mais si ça nous fait des histoires à raconter, on valide hein !

Faux départ pour Vicaut

À l’année, Jimmy Vicaut s’entraîne aux États-Unis. Pour peaufiner sa préparation en vue des Jeux olympiques, le sprinter français est revenu au pays avec un objectif simple : courir. En toute logique FFL, il a donc fait faux-départ. Ce genre d’accident survient régulièrement en athlétisme, mais quand il n’y en a qu’un dans la soirée et que ça tombe sur un Frenchy, on ne peut pas s’empêcher d’avoir un petit rictus cruel.

Tout de suite après avoir reçu son carton rouge, Vicaut s’est dirigé vers les arbitres pour discuter. Oh ça y est, il va nous faire une Drummond 2003 à Paris. Dis-le Jimmy, dis-le : « I didn’t move ! I didn’t move ! » Allonge-toi sur la piste ! Fais-nous un scandale !

Publicité

Bah non. Vicaut a juste admis son faux-départ et a poliment demandé à pouvoir courir sans être intégré au classement officiel. Ce que les juges ont accepté. Tout de suite, la lose a moins de saveur. Vous pouvez malgré tout admirer le faux-départ à 0’25 de l’interview.

Dans le même genre de Lose :   Championnats d'Europe d'athlétisme par équipes | L’épatante 2nde journée des Français.

Et fausse arrivée pour Kigen

Il y a une histoire particulière entre la France et le 3 000 m steeple. Souvenez-vous Mahiedine Mekhissi et son maillot en 2014. Cette fois, pas de célébration torse nu mais un très joli couac de la part des jurys monégasques. Celui chargé de faire tinter la cloche à l’entame du dernier tour parvient à se tromper et à envoyer le signal un tour trop tôt aux athlètes. Tout le stade y croit (y compris celui qui menait la course, Benjamin Kigen), le Kenyan attaque dans la ligne droite opposée de son pseudo dernier tour, parti pour faire un gros coup. D’ailleurs, au commentaire sur Canal +, Joris Sabi ne s’y trompe pas.

Il va faire un gros temps Benjamin Kigen !

Environ 1 minute en dessous le record du monde quoi… Pourquoi pas après tout ?? Sauf qu’il reste encore 400 m quand Kigen pense en avoir terminé. Crucifié.

Kigen terminera 8e et le Français Djilali Bedrani prendra la 3e place de la course. Comme quoi, la FFL n’a pas du tout gagné dans cette affaire.

Fleury arrive après la bataille

Bon, on avoue, c’est une lose toute relative. Aurore Fleury a terminé le 1 500 m du meeting Herculis en 8e position (une Française aussi bien placée en demi-fond, c’est déjà rare) avec un chrono de 4’03″35 : une bonne claque à son ancien record (4’08″14). Le chrono requis pour les Jeux olympiques est fixé à 4’04″20. Donc officiellement, Fleury a réalisé les minimas et peut prétendre courir à Tokyo. Jusqu’ici, aucune lose nous direz-vous. Sauf que la fédération française d’athlétisme a communiqué sa liste d’athlètes sélectionnés il y a une dizaine de jours… Et Fleury n’y apparaît évidemment pas. On espère qu’elle s’est au moins excusée pour son retard.