Mais qu’est-ce que t’as foutu le RC Lens ??


Elye WAHI

Il y a des articles plus durs que d’autres à rédiger. Les yeux embrumés, l’esprit ailleurs. Cette soirée de retrouvailles à Bollaert entre le RC Lens et la Ligue des Champions devait être belle et cruelle, comme pour tout autre club français. Mais les Sang & Or ont fait n’importe quoi hier soir, sabotant des décennies de travail de sape dans la médiocrité.

Un exploit pour le RC Lens

Pour commencer, ne partons pas défaitistes. Le simple fait que tout le monde parle aujourd’hui d’exploit du RC Lens est une grande victoire pour notre fédération. Oui, nous avons ancré dans notre inconscient collectif que gagner un match de poules en Ligue des Champions contre un club qui ne l’avait pas joué depuis 2017 et qui ne l’a jamais remportée est un exploit. Ca vous classe un complexe d’infériorité.

Publicité

Mais bon, pour Lens, c’est aussi une autre histoire. La dernière fois qu’il y avait eu un match de Ligue des Champions dans la ville, c’était pour un coup pas très franc de Ryan Giggs. Mais bon, pas certain que chez les supporters locaux ça soit vu comme un mauvais souvenir. Les Sang et Or attendent ça depuis 21 ans. Surtout, ils ont toujours gardé une rancœur tenace contre les Gunners, et plus spécifiquement Lee Dixon. Et puis on parle d’un club à la lutte avec Metz en ce moment quand même. On est quoi là, de retour en 1998 ?

Le match de la honte

Car passé les présentations, place au terrain. Et c’est vraiment là que le bas blesse. Alors oui, l’ambiance de folie, le tifo, l’énergie populaire, on s’y était préparé. Mais le manque de complexe sur le terrain, et le fait d’avoir un plan de jeu qui a pour objectif de gagner un match de football, ça c’est INEXCUSABLE. Et pourtant, tout semblait vite rentrer dans l’ordre. Thomasson qui fait le mauvais geste technique, Gabriel Jesus qui ajuste Brice Samba.

À lire aussi :   Le CSC d'une justesse stratosphérique de Philadelphie

C’était un beau scénario, un peu d’espoir vite douché et on repart à la maison avec zéro point et un sentiment d’inachevé. On l’a vu des centaines de fois et dont on ne se lasse jamais.

Mais vient cette terrible 25e minute. On part quand même d’une relance bien infecte de Raya, mais la suite le sera encore plus. Interception de Machado, Wahi qui nous fait un contrôle inexplicable et Thomasson qui, au lieu d’envoyer un drop des familles, nous trouve la fenêtre d’Evry.

Publicité

La suite, vous la connaissez malheureusement trop bien. Ne passons pas trop de temps sur cet épisode douloureux. Une victoire, une communion et un club qui va dans le bon sens. Quand on voit les scènes de liesse à Lyon, Bordeaux ou Marseille, on ne comprend pas ce choix absurde qui va à l’encontre de nos valeurs cardinales.

Et maintenant, quoi ?

Le RC Lens est à présent face à un choix crucial concernant son avenir. Vont-ils continuer dans cette pente glissante et vertigineuse? Ce fayottage incessant pour conserver ce 5e indice UEFA? Tel un adolescent qui vient d’effectuer sa première fugue pour rentrer à 20h30, ils ont vécu le frisson de l’interdit, de l’outrecuidance face à l’autorité.

Revenez à la raison, découvrez-vous un nouveau Nilmar face au PSV Eindhoven. Ne basculez pas du côté sombre de la force. Accrochez-vous à la joie d’une qualification en Europa League. Ne sombrez pas dans l’ivresse de l’espoir. Bien trop de clubs s’y sont noyés et n’en sont jamais revenus.

 

Antoine