Ligue des Champions | Les notes FFL de Chakhtior – Monaco


La bible de la Lose du sport français

L’AS Monaco avait idéalement abordé les barrages de la Ligue des Champions en s’inclinant 1-0 à l’aller. Allaient-ils réitérer leur perf’ et jeter à la poubelle tous leurs efforts de la saison passée ? Voici les notes de leurs joueurs.

AS Monaco

Publicité

Nübel – 7

Première relance, touche. Manuel Neuer n’a qu’à bien se tenir en sélection.

Aguilar – 10

Rarement un pointu a fini si délicieusement dans les filets. Le but de la (dis)qualif.

Publicité

Sidibé – 6

N’a plus évolué à ce niveau depuis le titre de champion de France en 2017. Quatre ans pour retrouver de l’adresse dans ses centres. Work hard play hard.

Badiashile – 7

Ses relances dans les pieds des attaquants ukrainiens sont à montrer dans toutes les écoles de poussins de France.

Henrique – 2

Coupable de la deuxième passe décisive du match. On a attend clairement mieux de sa part ce soir.

Tchouaméni – Fofana – 7

Deux forces surnaturelles. Manquait plus que Fabregas au milieu de terrain pour rééquilibrer l’impact physique.

Dans le même genre de Lose :   Ligue 1 | Les notes FFL de Monaco - Lyon

Golovin – 9

Golovin c’est ce joueur qui a changé les réglages de la manette, passés en mode alternatif, et qui ne trouve plus la touche « tir ».

Volland – 8

À défaut d’avoir pesé en attaque, l’Allemand aura marqué de son empreinte dans le travail défensif. Et sur la cheville de Matvyenko également.

Ben Yedder – 2

Deux tirs, deux buts. Jusqu’à ce presqu’piqué du gros orteil qui redonne espoir à tout le peuple ukrainien. Et qui remet dans le match le Chakhtior.

Chakhtior

Pyatov – 9

37 ans, mais toujours la motiv’ pour réaliser des sorties de bulldozer dans les pieds de Ben Yedder.

Vitao – 3

À deux doigts d’offrir sur un plateau le coup du chapeau à Ben Yedder. Plus décisif que Volland sur le front de l’attaque monégasque.

Marlon – 8

Le sauvetage d’une vie. Comme dirait Pelé, Volland a marqué un but mais Marlon l’a arrêté.

Mudryk – 9

Il est passé d’une gueulante de son coach pour son mauvais choix de crampons au costume de héros sur le but de la victoire trois minutes plus tard. Mudryk ça gamberge pas.