Mondiaux Hockey sur gazon | L’entrée en matière parfaite des Français


Hockey sur gazon

En ce mois de janvier, les meilleures nations du hockey sur gazon se réunissent pour disputer la 15e édition de la Coupe du monde. Un tournoi organisé en Inde, où le hockey sur gazon est un véritable sport national. À un an de “ses” Jeux olympiques, la France a tenu à faire parler d’elle dès son entrée en lice. Et de quelle manière.

Depuis 1972, l’équipe de France de hockey sur gazon n’est plus parvenue à se qualifier pour les Jeux olympiques. Alors autant vous dire que les JO 2024 à domicile représentent un objectif XXL. Et pour se préparer au mieux, rien de tel qu’une grande performance à la Coupe du monde comme le rappelle Isabelle Jouin, présidente de la Fédération française de hockey.

Publicité

“La Coupe du monde 2023 en Inde est une des étapes dans la réussite sportive et sociétale des Jeux de Paris 2024 !” I. Jouin

Cependant, la poule de l’équipe de France n’est pas la plus simple. Outre l’Argentine, championne olympique en 2016, et l’Afrique du Sud, les Bleus doivent également se frotter à l’Australie. Qui n’est autre que la meilleure nation mondiale. Mais cela n’est pas du genre à intimider Frédéric Soyez, le sélectionneur de l’équipe de France.

“Face à l’Australie, le travail défensif va être primordial” F. Soyez, avant la rencontre

Frédéric n’imagine pas à quel point son analyse va s’avérer juste.

À lire aussi :   Euro Hockey sur gazon | Un France-Allemagne comme on les aime

Le résumé du match France – Australie

Pourtant, ce sont bien les Français qui se montrent les premiers en action. Dès les premières minutes de jeu, Etienne Tynevez profite d’une bévue de la défense australienne pour se présenter seul face au gardien. Mais sa frappe passe légèrement au-dessus du cadre. Etienne ne le sait pas encore, mais il vient de gaspiller la seule et unique chance des Bleus de faire la course en tête au tableau d’affichage.

Cinq minutes plus tard seulement, ce sont les Australiens qui ouvrent le score sur une déviation ingénieuse. Si vous voulez connaître la différence entre la 1ère nation mondiale de hockey sur gazon et l’équipe de France, vous l’avez sous vos yeux.

Publicité

Mais les Bleus ne se découragent pas, et veulent prouver qu’ils méritent bel et bien leur 12e rang au classement mondial. À trois reprises, les Tricolores négocient un penalty corner, à savoir une pénalité vous donnant une chance de marquer un but. Ils vont échouer trois fois consécutivement. Le french-flair version hockey sur gazon.

Bien entendu, comme dans 99,99% des cas, l’équipe qui ne convertit pas ses actions de but le paye direct derrière. Et la France ne va pas faire figure d’exception. Lors des 5 dernières minutes de la première mi-temps, les Australiens plantent trois buts aux Français. Il ne pouvait pas y avoir meilleur timing pour rentrer aux vestiaires, le sentiment du devoir accompli.

Le hockey sur gazon français se range dans nos rangs

On imagine qu’au retour des vestiaires, les Français vont montrer un tout autre visage. Après tout, ne sommes-nous pas le pays de la Révolution ? Que nenni. Le second acte débute comme le premier. L’Australie inscrit deux nouveaux buts en moins de dix minutes, permettant ainsi à Jeremy Hayward de signer le premier hat-trick de la compétition.

Juste derrière, une mini révolte surgit dans les rangs tricolores. Les Bleus sont à deux doigts de débloquer leur compteur, mais Charles Masson manque d’un chouïa le dernier geste. On respire de nouveau.

La fin du match n’est que la suite logique du reste de la rencontre. L’Australie marque deux nouveaux buts et porte le score à 8-0, score final. Oui, oui, vous avez bien lu.

 

Mais s’il y en a bien un qui n’est pas étonné par cette défaite, c’est Victor Charlet, le capitaine de l’équipe de France.

“On n’était pas venus pour battre l’Australie” V. Charlet

On comprend mieux maintenant.

À lire aussi :   JO 1988 - Hockey sur Glace | Et la France... créa la victoire à 0 point
Tom