Formule 1 | Les notes du Grand Prix des Pays-Bas


Carlos Sainz

Une semaine après le Grand Prix de Belgique, Ferrari avait l’occasion de se racheter. Si les stratégies ont plus ou moins tenu la route, ce sont cette fois les arrêts aux stands qui ont prouvé que l’écurie italienne était la plus prestigieuse de l’histoire. 

Formule 1 — GP des Pays-Bas — Les Notes

Alfa Roméo

Valtteri Bottas : 7

Valtteri n’a rien fait du week-end, hormis nous offrir une fin de course sublime avec son abandon sur la ligne d’arrivée.

Publicité

Guanyu Zhou : 8

La vitesse de la voie des stands de Zandvoort est l’une des plus lentes de la saison, à hauteur de 60 km/h. Pas assez vite pour Zhou, qui décide de se faire flasher pour excès de vitesse. Time is money, c’est bien connu.

Alpine

Esteban Ocon : 6

Le Normand rate la 8e place pour 2 petits dixièmes. Malgré la pénalité de 5 secondes de Sainz, Esteban franchit la ligne d’arrivée 5,2 secondes après. Rageant.

À lire aussi :   Formule 1 | Les fabuleuses 48 heures d'Alpine

Fernando Alonso : 3

Dès le 12e tour de course, Alpine fait rentrer Alonso aux stands pour lui faire chausser des pneus durs. Mauvaises langues, nous pensions que le Grand Prix de Hongrie ne leur avait pas suffi.

Publicité

Mais cette fois-ci, ce fut un bon choix. Au passage, il s’agit de la deuxième course consécutive que Ferrari offre une place à Alonso. Comme quoi, Ferrari n’a toujours pas fini d’avantager Alonso. #FernandoIsFasterThanYou

À lire aussi :   Formule 1 - Alpine | Qui pour remplacer Fernando Alonso ?

AlphaTauri

Pierre Gasly : 6

Onzième place finale pour le Français. La signature de son contrat chez Alpine se fait de plus en plus languir pour le Normand.

Yuki Tsunoda : 9

Nous tenons notre vainqueur du jour. Yuki pense que sa roue est mal fixée après son arrêt aux stands, immobilise sa voiture, détache sa ceinture et s’apprête à sortir de sa monoplace. Mais le Japonais est rappelé aux stands, toutes ses roues sont bel et bien fixées. Pour finalement abandonner trois virages après son arrêt. Difficile de faire plus pro.

Aston Martin

Sebastian Vettel : 7

Incroyable défense de Vettel sur Hamilton, de quoi lui rappeler ses grandes heures à la Scuderia. Manque de pot pour l’Allemand, il avait cette fois-ci le costume du retardataire.

Lance Stroll : 2

Le point de la 10e place lui revient. Un point, certes, mais qui lui fait accroître de 20% son total de points au classement.

Ferrari

Charles Leclerc : 4

Une course anonyme ponctuée par un podium. Comme quoi, il faut peut-être que Ferrari soit en retrait dans la course pour pouvoir monter sur le podium. Le monde à l’envers.

À lire aussi :   F1 2022 | Les 4 désastres stratégiques de Ferrari à mi-saison

Carlos Sainz : 10

Carlos pensait passer entre les gouttes de la maestria de Ferrari. Mais l’Espagnol a dû goûter une spécialité de la maison ; l’arrêt aux stands foiré. Il a fallu exactement 12,7 secondes aux mécaniciens de la Scuderia pour chausser les pneus neufs à Sainz. Le problème cette fois-ci ? Seulement trois pneus apportés sur la voiture de Carlos. Grazie Ferrari.

« Oh my God » C. Sainz

Sans oublier les 5 secondes de pénalité obtenues en sortant dangereusement des stands. Carlos passe de la 5e à la 8e place. Le tarif quand vous pilotez une Ferrari.

À lire aussi :   Formule 1 | Les 5 victoires jetées à la poubelle par la Scuderia Ferrari.

Haas

Kevin Magnussen : 7

Une sortie de piste dès le deuxième tour. Kevin ne manque jamais ses rendez-vous.

Mick Schumacher : 8

Comme Sainz, Mick connaît un arrêt aux stands prolongé. Ne jamais sous-estimer l’héritage de Ferrari dans la famille Schumacher.

McLaren

Daniel Ricciardo : 8

Une course sur la lancée de ses dernières performances. 17e place finale et une retraite qui arrive à grands pas.

Lando Norris : 5

Norris espérait doubler Alonso après la relance de la Safety Car. Mais l’Espagnol a élargi les épaules, et a ressorti sa célèbre défense à Imola face à Michael Schumacher. Impossible de le doubler dans ces cas-là, article 1 alinéa 2 des règles de la Formule 1.

Mercedes

Lewis Hamilton : 6

Hamilton se voyait remporter sa première course de la saison. En tête au moment de relancer après la safety car, le Britannique a conservé sa première place durant 3 secondes. Avant de se faire avaler par l’ogre Verstappen. Puis éjecter du podium. Voici les miettes que laisse Super Max à ses adversaires. Nos hommages à nos homologues néerlandais de la FNL.

George Russell : 4

Comme chaque week-end, Mister Consistency repart avec son lot de points hebdomadaires. On ne compte plus ses top 5 cette saison. En revanche, George prend soin de ne jamais franchir la ligne d’arrivée en première position. Un vrai gentleman.

Red Bull

Verstappen : 1

Pole position, victoire, meilleur tour en course. Le tout, devant son public. Et dire qu’il est né à quelques kilomètres seulement de la frontière française. Ouf.

Checo Perez : 7

Comme souvent depuis quelques courses, il y a eu un monde d’écart entre la performance de Perez et Verstappen. Le problème venait-il réellement de Pierre Gasly durant son passage à Red Bull ? Vous avez 4 heures.

Williams

Nicholas Latifi : 9

Le Canadien finit dernier parmi les pilotes ayant terminé la course. Nicholas ne perd jamais son objectif de vue, quel que soit le circuit, le pays ou bien même le continent sur lequel il se trouve.

Alexander Albon : 4

Douzième place finale pour lui. Comme l’impression que Latifi et Albon ne pratiquent pas le même sport.
À lire aussi :   Si une écurie de F1 était un club de foot ? Partie 1