Formule 1 | Les notes du Grand Prix de Belgique


Charles Leclerc

Le Grand Prix de Belgique nous avait laissés sur notre faim la saison passée. Cette année, la course a très bien débuté, et magnifiquement fini. Par contre, les 40 tours au milieu ont été interminables.

Formule 1 — GP de Belgique — Les Notes

Publicité

Alfa Roméo

Valtteri Bottas : 8

Pour la première fois depuis 2015, le Finlandais ne connaît pas le goût de la Q3. Ajoutez un abandon au premier tour, et vous obtenez un week-end parfait.

Guanyu Zhou : 7

Guanyu fait partie des six pilotes ayant composé le train DRS en fin de course. Existe-t-il plus frustrant dans l’histoire du sport que de faire partie de ce train de l’enfer ?

Alpine

Esteban Ocon : 2

Par deux fois, le Normand a doublé deux voitures en un seul dépassement. On ne sait pas vous, mais il serait temps que le Français retrouve Sergio Perez comme coéquipier pour nous envoyer ses meilleurs abandons.

À lire aussi :   Formule 1 | Les fabuleuses 48 heures d'Alpine

Fernando Alonso : 4

L’Espagnol parvient à banaliser les départs en boulet de canon. Fernando dépose Perez au départ, mais se fait tasser par Hamilton deux virages plus tard. Ce qui lui vaut de faire décoller Hamilton, mais aussi de lui adresser un commentaire tout mignon.

Publicité

À lire aussi :   Formule 1 - Alpine | Qui pour remplacer Fernando Alonso ?

AlphaTauri

Pierre Gasly : 8

Pour fêter son 100e Grand Prix en Formule 1, il ne pouvait y avoir qu’un incident technique sur sa voiture. Et ce, à quelques minutes avant le départ bien évidemment. Hâte de savoir ce qui va lui être réservé pour son 200e.

Yuki Tsunoda : 7

Malgré les six pilotes pénalisés pour cause de changement de pièces sur leur moteur, Yuki a tout bonnement refusé de laisser ce privilège à ses copains. Résultat, le Japonais s’élance bon dernier. Une question de principe voyez-vous.

Aston Martin

Sebastian Vettel : 4

Depuis qu’il a passé ses premières vacances estivales en tant que futur retraité, Sebastian a le smile. Et cela se voit sur la piste. Plus de spin, plus de déroute face à son coéquipier, mais une lutte acharnée pour finir dans le top 10. La retraite lui réussit si bien.

Lance Stroll : 8

Onzième. La place de l’idiot lui revient aujourd’hui.

Ferrari

Charles Leclerc : 10

Après un désastre stratégique en Hongrie, la Scuderia a trouvé la solution : demander à Leclerc les pneus qu’il veut chausser durant toute la course. Le responsable de la stratégie chez Ferrari est à deux doigts de créer un emploi fictif. Puis à l’avant-dernier tour, ce dernier est frappé d’une inspiration lunaire : faire rentrer Charles pour obtenir le point du meilleur temps en course. Mais c’était sans compter sur le problème de Ferrari pour effectuer un calcul mathématique tout simple. Résultat : Leclerc ressort derrière Alonso, double l’Espagnol dans le dernier tour et donc annihile toute chance de claquer des secteurs en violet.

À lire aussi :   F1 2022 | Les 4 désastres stratégiques de Ferrari à mi-saison

Mieux encore, Leclerc est pénalisé de 5 secondes après la course pour être allé trop vite dans les stands. Et termine finalement 6e, perdant une place au passage. Grazie mille, Ferrari.

Et comme si ça ne suffisait pas, Perez récupère la 2e place au classement des pilotes.

Carlos Sainz : 3

Le poleman par procuration a mené les 10 premiers tours, avant de voir Max Verstappen dans ses rétroviseurs au tour suivant, pourtant parti 14e. Il vaut mieux se mouiller la nuque dans ces cas-là. Une 3e place finale, le mieux que la Ferrari pouvait espérer aujourd’hui.

À lire aussi :   Formule 1 | Les 5 victoires jetées à la poubelle par la Scuderia Ferrari.

Haas

Kevin Magnussen : 5

Rarement vu une course si anonyme. À tel point que sa voiture n’est apparue qu’à une seule reprise à la télé : lors du tour de formation.

Mick Schumacher : 3

Un dépassement dans le Raidillon sur Nicholas Latifi, et une humiliation canadienne dans les règles. Merci au revoir.

McLaren

Daniel Ricciardo : 8

L’annonce de son éviction de McLaren lui a donné le tonus dont il avait besoin : une 15e position finale alors qu’il partait 7e. La fameuse remontada inversée.

Lando Norris : 4

Le Britannique fait partie de ces pilotes qui ont trifouillé leur moteur avant la course. Pour quel résultat ? Une honorable 12e place dans le ventre mou de la F1.

Mercedes

Lewis Hamilton : 9

Quatre. C’est le nombre de virages qu’a mis Lewis Hamilton pour saborder sa course. Un dépassement absolument pas maîtrisé sur Alonso, et un jump digne d’un rodéo. Lewis pilotait sa W13 ou un buggy cet après-midi ?

Mais dans la vie, il est toujours important de soigner sa sortie. Et Hamilton n’est pas le moins inspiré en la matière.

George Russell : 3

Parti en 5e position sur la grille, George termine la course à la 4e place. Mister Consistency a encore frappé.

Red Bull

Verstappen : 1

Le Néerlandais a décidé de martyriser tous ses concurrents ce week-end. Impérial en qualifications, auteur d’une domination sans partage en course. Autant de suspense dans cette course que pour le championnat.

Checo Perez : 5

Lors de son passage chez Red Bull, Alex Albon a déclaré : « Verstappen me donnait l’impression que je pilotais un bus !« . Peut-on en dire autant de Checo Perez aujourd’hui à Spa ? La question mérite d’être posée en tout cas.

Williams

Nicholas Latifi : 9

Un tête-à-queue au premier tour. Nicholas reprend les bases que nous lui connaissions.

Alexander Albon : 4

Le Thaïlandais hérite du dernier point de la course aujourd’hui. La comparaison avec Latifi commence à devenir délicieuse cette saison.
À lire aussi :   Si une écurie de F1 était un club de foot ? Partie 1