Formule 1 | Les fabuleuses 48 heures d’Alpine


Photo by Icon sport

En Formule 1, la silly season donne toujours lieu à des revirements de situation improbables au niveau des transferts. Un jeu de chaises musicales qui laisse toujours quelqu’un seul debout une fois que la musique s’arrête. Et cet été, l’écurie Alpine n’est pas près de s’asseoir.

Le Grand Prix de Hongrie a mis fin à la première partie de saison. Et si le tourniquet de Budapest offre souvent des courses soporifiques, cette édition 2022 a été majestueuse. En tête de liste, la stratégie Ferrari permettant à Charles Leclerc de passer de P1 à P6 grâce à l’utilisation des pneus hard. Un pur délice.

Publicité

D’autant plus que la Scuderia avait été prévenue du mauvais rendement de ces derniers, étant donné qu’une écurie avait déjà foiré sa stratégie en les chaussant : Alpine. Tiens, tiens. Il faut dire qu’en partant 5e et 6e, les pilotes Alpine avaient bon espoir de briller sur cette dernière course avant la trêve. Mais les voitures bleues finissent finalement en 8e et 9e position. Une petite déception sur la piste qui va très vite se poursuivre en coulisses.

À lire aussi :   [{{{site.name}}}] Verify your new email address

Acte I : Alonso fait tourner Alpine en bourrique

Dès le lendemain matin, c’est le drame.

Aston Martin annonce l’arrivée de Fernando Alonso. Une information très vite confirmée par le principal intéressé. Et nous verrons par la suite que ce détail a son importance. Le plus drôle dans tout ça, c’est que le directeur d’Alpine Otmar Szafnauer n’y a vu que du feu. À tel point qu’il a appris la nouvelle par le communiqué d’Aston Martin. Encore un coup tordu de ce vieux briscard espagnol.

Publicité

« J’ai bien posé la question, et il (Fernando Alonso) m’a répondu : “Non, non, je n’ai rien signé”. J’étais donc un peu surpris… » O. Szafnauer

Mieux encore, Fernando ne s’est pas contenté de lui mentir au sujet de son avenir en F1. Il a fait de même pour son lieu de vacances. Un peu plus ou un peu moins, on n’est plus à ça près.

« Depuis, je ne lui ai pas parlé, puisqu’il est sur un bateau, je crois, quelque part dans les îles grecques » O. Szafnauer

Le bateau en question.

Le principal désaccord est venu du fait qu’Alpine proposait à l’Espagnol un contrat d’une saison assorti d’une autre en option. Alors que Fernando espérait lui plusieurs saisons sans option. La graine qui a donné lieu à un épisode inoubliable. Et dire que deux jours seulement avant le Grand Prix de Hongrie, Alpine fêtait les 41 ans d’Alonso dans la joie et la bonne humeur. Une vidéo qui a plutôt mal vieilli.

À lire aussi :   [{{{site.name}}}] You have been promoted in the group: "{{group.name}}"

Acte II : La presqu’signature de Piastri

Malgré cette annonce inattendue, Alpine n’abdique pas. Et pour cause, les planètes semblent enfin s’aligner pour le jeune et talentueux Oscar Piastri. Membre du giron Alpine, l’Australien de 21 ans a été champion de F2 et F3 les deux dernières saisons. À chaque fois en étant rookie. Une performance effectuée par Lewis Hamilton et Charles Leclerc par le passé, à titre de comparaison. Le départ d’Alonso est donc une opportunité en or pour Oscar et Alpine. Dès le lendemain de l’officialisation d’Aston Martin pour Alonso, l’écurie française annonce que Piastri sera donc le nouveau pilote officiel pour la saison 2023.

Mais chez Alpine, les rêves n’existent pas. Leur joie est de courte durée. Elle dure exactement 1 heure et 49 minutes. C’est le temps qui sépare l’officialisation d’Alpine et le démenti de Piastri. Dans la légende.

Comprenez :

« Je comprends que, sans mon accord, Alpine a publié un communiqué de presse en fin d’après-midi indiquant que je piloterai pour eux l’année prochaine. C’est faux et je n’ai pas signé de contrat avec Alpine pour 2023. Je ne piloterai pas pour Alpine l’année prochaine. » O. Piastri

Les popcorns commencent à devenir introuvables en magasin.

Clairement, tout le monde est devant son PC à profiter du spectacle qu’Alpine et Piastri sont en train de nous offrir.

Acte III : Alpine ne lâche pas l’affaire

Car oui, après ce démenti majuscule, le monde de la F1 ne tarde pas à se joindre à la fête. Et de rajouter un peu plus de poids dans cette lose tricolore, visible désormais dans le monde entier. Alpine, on dirait ce gars en boîte qui se prend un râteau et qui voit tous ses potes en faire des caisses. La F1 n’est-elle pas devenue le plus bel étendard du savoir-faire français ?

Face à cette humiliation sur la place publique, Alpine décide de jouer la carte du « forcing ». Malgré le vent magistral d’Oscar Piastri, l’écurie française continue d’affirmer que la piste menant à l’Australien n’est pas entérinée.

« Nous pensons que notre déclaration est juridiquement correcte, mais nous n’avons rien d’autre à dire » Porte-parole d’Alpine

Vous la sentez venir vous aussi cette affaire interminable ? Netflix se frotte déjà les mains, et nous aussi. En attendant, cette annonce de Piastri vient de sceller l’avenir de son compatriote Daniel Ricciardo. En effet le pilote McLaren a de (très) grandes chances d’être remplacé par Piastri l’an prochain. Oscar n’a pas nexté Alpine (que) pour le kiff. Un baquet en Formule 1 ne se refuse que si vous en avez un de mieux dans le viseur. Règle de base. Et c’est celui de ce bon Daniel qui possède actuellement la place du con.

La question est maintenant la suivante. Après s’être pris un vent de l’espace, l’écurie Alpine va-t-elle rappeler son ex ? Voire ses ex ?

À lire aussi :   [{{{site.name}}}] Membership request for group "{{group.name}}" accepted
@fededelalose Merci pour ce moment Alpine 🤍🇫🇷 #F1 #Formula1 #Alpine ♬ Contract (feat. Iamsu) – GTA