Tour de France 2022 | Le récap’ FFL de la 5e étape


Jumbo Visma

Après quatre étapes plutôt calmes sur la Grande Boucle, hormis la célébration pleine de génie de Jasper Philipsen, le Tour prenait la route des pavés. Et une chose est sûre, elle n’est pas du goût de la Jumbo-Visma. La FFL était sur place, on vous en parle.

Seulement 24 heures après l’effusion de joie de Jasper Philipsen, en fait second de l’étape, le peloton empruntait pour la première fois du parcours des secteurs pavés. Et de bon matin, les pavés roubaisiens les attendaient de pied ferme. Tout comme nous. En effet pour l’occasion, la FFL était sur place à la la Porte du Hainaut, cœur de l’enfer du Nord.
On a au passage pu constater que cette étape était bien plus agréable à suivre sur un canapé que sur une selle. Il faut être sacrément dingo pour se lancer à pleine vitesse dessus.

Publicité

Le résumé de la course

À 96 kilomètres de l’arrivée, la première sensation secoue le Tour : le maillot jaune a les fesses à terre ! Wout Van Aert se relève difficilement. Un petit aperçu de ce qui attend la Jumbo-Visma aujourd’hui.


Alors que Van Aert retrouve le peloton dix kilomètres plus tard, le Belge est à deux doigts de retrouver son vieil ami le sol. Seul son sens de l’équilibre lui sauve la mise. Les poteaux de Koh-Lanta ? De l’eau pour Wout.

Publicité

À lire aussi :   Critérium du Dauphiné | Wout Van Aert, le plus Français des Belges.

Mais le maillot jaune ne vas pas être la seul victime de cette étape. Ben O’Connor, 4e du Tour de France l’année dernière, subit un problème mécanique au meilleur moment : juste avant le secteur des pavés. Le leader de la formation AG2R La Mondiale ne refera jamais la jonction, et termine l’épreuve à plus de 4 minutes du vainqueur. Si Van Aert connaît une étape des plus sereine, avec une chute au sol, l’autre favori Mathieu van der Poel fait l’élastique. Coup de bluff ou tout simplement pas de jus ? C’est la deuxième option qui va éclater aux yeux des téléspectateurs.


La minute dorée de Jumbo-Visma

À 33 kilomètres de la ligne d’arrivée, le Danois Jonas Vingegaard subit un problème et doit changer de machine avec un coéquipier. Malheureusement pour lui, c’est avec le double mètre de Nathan van Hooydonck. Jonas essaye de pédaler, mais impossible pour lui, la selle est beaucoup trop haute. Vingegaard  est contraint de rouler en danseuse pour pouvoir avancer. Comique.

Bonne nouvelle pour le Danois, Steven Kruijswijk se laisse décrocher et lui passe son vélo en panique. Sans voir que la voiture de la Jumbo klaxonne derrière. Finalement, tous les coureurs décident de changer leur vélo qui n’est pas le leur. Les mots nous manquent devant un tel gag.

Et comme si la journée de la Jumbo-Visma n’était pas assez pourrie, Primoz Roglic chute à son tour et peine à se relever. Geraint Thomas et Caleb Ewan sont également de la partie. La cause ? Une botte de paille sur un rond-point. La France, et pas n’importe laquelle. Le Slovène se fait même distancer par le groupe Van Aert – Vingegaard. Le scénario FFL de la journée est décerné à Primoz, sans aucun doute. Le Slovène perd plus de 2 minutes sur son compatriote Pogacar.

À lire aussi :   Tour de France | Primož Roglič : Le jour où tout a basculé...

Pogacar et le suspense sur le Tour, ça fait deux

Alors que les spécialistes étaient sceptiques sur son niveau sur les pavés, Tadej Pogacar n’a pas fait les choses à moitié. Une impression brutale sur les secteurs pavés, quand tous ses concurrents ou presque ont mordu la poussière. Cependant, tous ses efforts ne lui font gagner que 13 secondes sur le groupe de Van Aert, Vingegaard et Yates. Toussa pour ça.

Malgré tous les rebondissements au sujet des leaders, l’échappée de cette étape parvient à aller au bout. Powless lance le sprint en premier à 1 kilomètre de l’arrivée, avant d’être repris par Edvald Boasson Hagen 500 mètres plus tard. Lui-même repris par Van Der Hoorn à 200 mètres de la ligne. Et vous devinez quoi ? Le Néerlandais se fait coiffer sur la ligne par Simon Clarke. Le principe des poupées russes a été respecté. D’un demi boyau.

On vous avait prévenu.

À lire aussi :   Tour de France | La somptueuse célébration de Jasper Philipsen, deuxième