Ski – Biathlon | Vivement le réchauffement climatique.


Quentin Fillon-Maillet remporte la poursuite à Kontiolahti.

Ce week-end, un ennemi silencieux nous a porté une estocade dont nous ne nous attendions pas : le ski français. Qu’il soit alpin ou en biathlon, trois skieurs ont décidé de nous faire bouffer de la neige : Romane Miradoli, Tessa Worley et l’inévitable Quentin Fillon-Maillet.

A peine sorti des Jeux Olympiques de Pékin, on pensait être épargné par les sports de neige. Que nenni. Le relâchement est visiblement impossible pour nous en cet hiver 2022 interminable. Pourtant Game of Thrones nous avait prévenu ; l’hiver sera long.

Publicité

Romane Miradoli

La révolte a débuté avec Romane Miradoli à Lenzerheide, en Suisse. La native de Haute-Savoie a fait déjouer tous les pronostics, y compris les nôtres. Le pire, c’est qu’on ne peut même pas dire que les principales favorites étaient absentes. Miradoli s’adjuge du super G devant l’Américaine Mikaela Shiffrin, sextuple championne du monde et détentrice de 73 victoires, et Lara Gut-Behrami qui n’est autre que la championne olympique en titre de la discipline.

Dis moi quelles skieuses tu as battu en manche de coupe du monde du super G, je te dirais qui tu es. A savoir une nouvelle adversaire de la FFL.

« J’ai encore du mal à y croire » R. Miradoli

Nous aussi, Romane. Dix-huit ans après la dernière victoire d’une skieuse française sur un super G, la pilule mettra du temps à passer.

Publicité

Tessa Worley

Après le premier planté de bâton subi dans notre dos par Romane Miradoli, on pensait que la fin de semaine allait quelque peu s’estomper. Mais visiblement la délégation française avait la vengeance au bout du ski ce week-end. Et c’est le slalom géant qui sera le second théâtre de notre lynchage. Double championne du monde de la discipline, Tessa Worley voulait tourner la page de ses Jeux Olympiques décevants. Alors la porte-drapeau des derniers JO n’a pas fait dans la dentelle.

Si sur le slalom géant chinois Tessa Worley n’avait pas réussi à terminer l’épreuve, après avoir pris une porte en pleine poire et terminé la tête dans la neige artificielle, la Française s’est rebellée en Suisse. A tel point qu’elle a terminé le géant devant les médaillées d’argent et d’or des derniers Jeux Olympiques. Un sursaut d’orgueil qu’on n’avait pas vu venir.

Toujours dans la course pour le petit globe de la spécialité, avec seulement 55 points de retard sur Sara Hector, Tessa n’oublie pas pour autant les bonnes vieilles traditions françaises.

« Être deuxième au classement, c’était déjà une belle satisfaction » T. Worley

Quentin Fillon-Maillet

Cinq médailles, dont deux en or. QFM nous avait laissé un goût d’inachevé lors des derniers Jeux Olympiques. Mais le Jurassien n’avait finalement pas terminé sa quête de destruction massive de la FFL. Après un sacre sur le sprint samedi, Fillon-Maillet a réalisé le doublé sur la poursuite le lendemain. Bien aidé par un 19/20 au tir qui semble être une anomalie dans le biathlon français actuel.

À lire aussi :   Biathlon - Relais | Le sabordage parfait des Françaises

Alors qu’il vient de remporter le petit globe de la poursuite, Quentin se rapproche à grands pas de son premier gros globe de cristal, seulement quatre ans après le dernier de Martin Fourcade.

« L’enchaînement de toutes ces victoires me fait vraiment plaisir » Q. Fillon-Maillet

T’es bien le seul, Quentin.