Mondiaux | Les Françaises nous réconcilient avec le biathlon


Justine Braisaz-Bouchet

Le biathlon est un sport qui se pratique sur la neige, et à la fin, ce sont les Françaises qui gagnent. Voici les conclusions que nous avons tiré la semaine passée. Après la victoire tricolore sur le relais mixte, le quadruplé historique sur le sprint et le titre de Julia Simon sur la poursuite, nous n’attendions plus rien de l’individuel. Et cela a peut-être été un choix gagnant.

À lire aussi :   Mondiaux Biathlon | Le quadruplé honteux des Françaises.

Trois Françaises à la lutte pour l’or, puis deux…

Julia Simon et Justine Braisaz-Bouchet s’élancent parmi les premières. Et comme vous pouvez vous en douter, les Françaises ne laissent aucune miette à leurs concurrentes. Genre vraiment aucune. Derrière la carabine, les trois filles font un sans-faute sur le tir couché, ce qui permet à Braisaz-Bouchet de posséder le meilleur temps après le premier tir, 13 secondes devant… Julia Simon. Écœurant.

Publicité

Mais à peine avons-nous le temps de digérer cette désillusion, qu’une autre Française pointe le bout de son nez : Lou Jeanmonnot. La native de Pontarlier réalise un 15/15 derrière la carabine, et parvient à prendre la tête de la course, 7 secondes devant Lisa Vittozzi. Mais que les supporters de Lou ne se réjouissent pas trop, Julia Simon reprend son dû dans la foulée avec un 15/15 elle aussi. Seule Justine Braisaz-Bouchet nous rend hommage en envoyant deux briques avec sa carabine, ajoutant deux minutes à son chrono. La Française est imitée par Ingrid Tandrevold, leader du classement général, qui explose sur le debout avec 3 fautes. La victoire semble plus que jamais se jouer entre Simon, Jeanmonnot et Vittozzi. Enfin, pense-t-on.

À lire aussi :   Mondiaux Biathlon | Les Français écœurants comme d'habitude

… puis une, puis aucune

Vanessa Voigt est la première biathlète à signer un 20/20 derrière la carabine. Pas très étonnant venant de la meilleure tireuse de la Coupe du monde. Mais l’Allemande n’est pas une fusée sur les skis. Dans le jargon, on dirait que “Vanessa, c’est pas Justine”. En parlant de Braisaz-Bouchet, malgré ses deux premières fautes, sa vitesse folle sur les skis lui permet de croire encore à une breloque. Pour cela, il n’y a plus le droit à l’erreur pour la native d’Albertville. Mais oubliez cet objectif, c’est une nouvelle balle qui part dans le ciel de Nove Mesto. Et une 7e place finale. Sans celle-là, une médaille lui était assurée autour du cou. Délicieux.

“Passer à côté de la médaille à une balle, ça frustre” Justine Braisaz-Bouchet

Puis Lisa Vittozzi se présente sur le pas de tir, ni vu ni connu, et régale elle aussi avec un 20/20. La pression est désormais sur les épaules de Jeanmonnot et Simon. Un dernier tir debout pour réaliser un doublé sur cet individuel. Et vous le savez, pression et France font toujours bon ménage. Une à une, les Françaises grillent chacune leur chance de viser l’or en commettant une faute. L’enjeu n’est désormais plus l’or, mais de décrocher au moins une médaille. On aime cette régression d’objectif.

Publicité

La suite est juste sublime. Lou Jeanmonnot franchit la ligne d’arrivée à la 3e place, rapidement éjectée du podium par sa compatriote Julia Simon, 2e. Elle-même rétrogradée à la 3e position après que Janina Hettich-Walz lui ait gentiment grillé la politesse. Dès lors, Julia Simon vacille entre le bronze et le chocolat. Mais aucune des concurrentes n’est en mesure d’enlever une 4e médaille mondiale pour Simon dans ces Mondiaux, après ses trois premiers titres. On se satisfait d’une médaille de bronze, certes, mais nous revenons de loin.

Pour Lou Jeanmonnot, ce sera finalement une 6e place et la cérémonie des fleurs. Ce dénouement nous sied plutôt bien.

À lire aussi :   Mondiaux Biathlon | Le troisième titre inadmissible de Julia Simon
Tom