Kings World Cup | La France de Nasri inflige une giga remontada aux Espagnols


Samir Nasri

L’équipe de France faisait son entrée dans la Kings World Cup face aux Espagnols du Pio FC. Premier match du tournoi, et déjà le plus zinzin.

La Kings World Cup, quésaco ?

La première édition de la Kings World Cup se déroule au Mexique. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, une question est sur toutes les lèvres : c’est quoi ce bordel ? La Kings World Cup est une compétition de football à 7 créée par Gérard Piqué, où des stars du foot (Aguero, Hazard, Totti) sont accompagnées de joueurs moins connus dans leurs équipes. Et la grande particularité de cette compétition provient aussi des règles n’importe nawak ; les buts comptent double dans les dernières minutes, des cartes surprises etc. Bref, le football 3.0 quoi.

L’entame de match parfaite des Bleus

Hier soir, l’équipe de France du streamer AmineMaTue, baptisée Foot2Rue, entrait en lice. Dans ce tournoi, les Bleus sont accompagnés par Jérémy Ménez Samir Nasri, mais pas Adil Rami, dont l’inscription a été effectuée trop tard. On sait reconnaître un travail français quand on en voit un. Pour leur entrée dans la compétition, les Tricolores sont opposés aux Espagnols du Pio FC. Un duel franco-espagnol qui, d’ordinaire, tourne très souvent en faveur de nos voisins pyrénéens. Et le début de match est parfaitement allé dans ce sens.

Si les joueurs souffrent très rapidement de la chaleur étouffante dans le gigantesque hangar, un “hamam” selon Amine, les Français voient leur problème rapidement solutionné. Il ne faut que 30 secondes de jeu seulement pour que le Pio FC ouvre le score et leur inflige une clim glaciale. Quand on suffoque sous la chaleur, on prend. Si la réaction des Bleus est attendue, c’est une leçon espagnole digne des cours LV2 du collège qui prend place. Les Ibères mènent 2-0, puis 3-0, ça Pique (lol). Vient alors le “penalty du président”, l’une des 538265 règles fantasques de cette compétition. Amine descend sur le terrain pour frapper le pénalty, mais assomme finalement Thomas Pesquet dans sa navette spatiale.

Puis 4-0 derrière pour les Espagnols, et tout ça en 10 minutes. En toute logique, des “Olé, olé, olé” fusent dans les tribunes. Le divertissement est total.

À lire aussi :   20km Marche | L'immense finish de Laura García-Caro

Oubliez la remontada, place à la remontée

Alors que l’équipe de France est menée 5-1 peu avant la mi-temps, on s’attend à ce que la chute soit sans fond. Mais en tant que meilleure gastronomie du monde, la France ne se prive pas pour cuisiner les Espagnols. Les Bleus infligent une remontada éclair au Pio FC et reviennent à 5-5. From 4-0 to 5-5, l’enchaînement est trop brutal pour nous.

Le match se termine sur un score de parité, vient alors l’heure de la fameuse loterie. Dans une séance où les quatre premiers tirs au but sont ratés, Jérémy Ménez puis Yanis Barka offrent une victoire inespérée aux Bleus. Les Espagnols du Pio FC sont noyés dans leur seum, foutue ligne édito qui nous empêche de célébrer.

Voir des Français infliger une remontada à des Espagnols, cela reviendrait à ce qu’ils nous apprennent comment faire des croissants. Le contre-kems est phénoménal.

“Petite blagounette, heureusement qu’il a pris des Marseillais avec lui parce que s’il n’y avait que des Parisiens, il n’y aurait jamais eu de remontada” Samir Nasri

On valide.

Tom