JO de Pekin 2022 | Le récap de midi du samedi 5 février


Photo by Icon sport

Fin de la première journée des Jeux Olympiques d’hiver de Pekin, Après le petit coup dur en biathlon, on a pu célébrer la première médaille en chocolat de cette olympiade pour un Français avec Benjamin Cavet.

Short Track 500m Femmes – Qualifications

Pas besoin d’attendre la finale pour que les Françaises se mettent à briller. Dès les séries, la délégation tricolore du Short Track féminin a frappé fort. Très fort. Lors du premier run, Tifany Huot Marchand réalise une performance dantesque dès le premier virage. Alors que le présentateur nous vante ses chances de médailles en arguant sur le statut de “rookies” de ses concurrentes, la Française nous offre une chute sur les fesses qui lui ruine d’emblée tout espoir de qualification en quarts de finale. Les quatre tours suivants à un demi-tour des concurrentes sont d’autant plus gênant.

Publicité

 

 

Mais Tifany ne va pas se sentir seule très longtemps. En effet Gwendoline Daudet ne parvient à aucun moment de la course de patiner à la hauteur de ses adversaires. Peut-être tentait-elle une Bradbury? Raté, ça sera une quatrième et dernière place pour elle aussi. Le Short Track est beaucoup trop sous-estimé en France. 

Publicité

 

Saut à ski – Finale 

La tradition en Slovénie c’est dorénavant le saut à ski. Les moins bons d’entre eux sont relégués en cyclisme pour aller se battre pour le maillot Jaune. Les Slovènes ne font que des impairs en trustant les 1ere, 3eme et 5ème place du générale. Côté Français, Julia Clair ne passe pas les qualifications alors que Joséphine Pagnier sort un saut qui la classe 7e des qualifications.

Mais pas d’ange gardien pour Joséphine, qui rate un peu son saut final. 11e au final.

Ski Freestyle bosses – Finale 

Comme beaucoup de disciplines aux JO, la finale du ski de bosses se décline en trois manches. Et dès la première, Sacha Theocharis a frôlé la catastrophe. Classé 11e, seuls les 12 premiers sont qualifiés pour la seconde manche. Autant dire qu’il avait les fesses serrées en regardant les runs des derniers concurrents.

Pour ce qui est de Benjamin Cavet, il s’agit davantage de la force tranquille. 6e de la première manche, et ce sont nos deux Français qui sont qualifiés pour la suite de la finale.

Mais dès le second run, les pendules sont remises à l’heure. Du moins seulement pour Sacha Theocharis. Le Français ouvre trop ses skis à la réception de son saut et se fait pénaliser direct. Avant-dernière place pour lui. Mais le flegme français a ses limites. Car pour Benjamin Cavet, la donne est totalement différente. Le bougre se qualifie pour le Top 6 en se hissant quatrième. La bonne nouvelle, c’est que les chances de premières médailles FFL n’ont jamais été aussi proches depuis le début de ces olympiades.

 

Le problème avec le ski de bosses, c’est qu’on y pipe pas grand chose. Et alors qu’on pense que le run de Benjamin Cavet est du même niveau que les autres, il prend la première place provisoire. La claque.

Mais très vite deux concurrents passent devant le Français qui se retrouve 3e sans avoir eu le temps de savourer sa performance. Il reste alors un dernier candidat : Walter Wallberg. 

Tous nos espoirs reposent sur le Suédois. Et le Scandinave ne se limite pas seulement à éjecter du podium Benjamin Cavet, mais devient champion olympique par la même occasion. Notre première médaille en chocolat. Toujours croire en ses rêves !

Antoine