IndyCar | Romain Grosjean, Mister abandon a encore cogné


Romain Grosjean

Arrivé en 2021 en IndyCar, Romain Grosjean souhaitait profiter de son expérience en Formule 1 pour s’adapter du mieux que possible à la catégorie américaine. Et il faut dire que Romain a rempli sa mission haut la main. Abandons, courses rageantes et gueulantes dans la radio ; l’Indycar n’a pas vraiment dépaysé le Français.

À lire aussi :   GP Australie 2019 | Romain Grosjean l'a dans le Haas

Abandon I – St Petersburg

Dès la première course de la saison à St Petersburg, on se rend compte que quelque chose a changé chez Romain. Entre décontraction et large smile, le Français parvient à nous déstabiliser. Et ce n’est pas sa pole position qui va nous rassurer. A ce moment-là de la saison, il est grand temps de rappeler que Grosjean est né à Genève et qu’il n’a jamais été autant suisse.

Publicité

À lire aussi :   IndyCar | La presqu'victoire rageante de Romain Grosjean

Mais très vite, tout rentre dans l’ordre. Alors qu’il filait vers la victoire, Grosjean fait la rencontre du mur (bien aidé par Scott McLaughlin au passage).

Il ne s’agit que de la première course de la saison, et pourtant on comprend que cette dernière va être de toute beauté.

Publicité

Abandon II – Texas

Premier ovale de l’année, 250 tours au menu. Parti en 3e position, Grosjean fait à nouveau suer la FFL. Et que dire de son move à 30 tours de l’arrivée qui lui permet de prendre les commandes de la course ?! Mais en termes de panache, rien ne vaut celui réalisé au 249e et avant-dernier tour. Grosjean dit hello au mur et termine sa course ici.

“À un tour près, ça pouvait passer” R. Grosjean

À lire aussi :   IndyCar | Romain Grosjean, la ligne d'arrivée à un tour près

Abandon III – 500 Miles d’Indianapolis

LA course de l’année en IndyCar. L’un des circuits les plus mythiques de la planète qui accueille un pilote qui l’est tout autant. Le mélange ne pouvait être qu’explosif. Déjà victime d’un abandon l’année précédente à Indianapolis, Grosjean remet ça cette année. Alors qu’il ne reste plus que 50 tours à parcourir, l’ancien pilote Haas fracasse sa monoplace… au même virage que lors de l’édition 2022. Toujours apprendre de ses erreurs.

Abandon IV – Detroit

Romain Grosjean est un rigoriste dans l’âme, et se plaît à emprunter toujours les mêmes schémas. A Detroit, Grosjean fait exploser la jauge d’espoir au sein de son équipe. En effet, le Français claque le 3e temps en qualifs, de bon augure pour la course se dit-on chez Andretti. Mais la vie est un éternel recommencement pour le natif de Genève.

Freinage manqué, voiture dans le mur, coup de poing de frustration dans le volant. Ce refrain est connu et reconnu.

À lire aussi :   IndyCar Detroit | Romain Grosjean joue au pompier de service

Abandon V – Toronto

Le dernier abandon en date de Romain. Déjà la saison passée, Grosjean avait mis les petits plats dans les grands à Toronto. Mais cette saison, le level est encore au-dessus. Parti en 9e position, le pilote Andretti ne peut pas s’empêcher de taper la causette avec les murs de l’autre côté de l’Atlantique (et du reste du monde d’ailleurs). Grosjean s’agace, et ses dirigeants grimacent.

“J’ai de nouveau perdu le volant de mes mains. Je ne sais pas ce qui se passe. Encore ! … Je suis désolé, les gars” R. Grosjean

À lire aussi :   IndyCar Toronto | Le week-end parfait de Romain Grosjean

Bonus – Road America

La huitième course de la saison ne s’est pas terminée sur un abandon pour Grosjean. Mais c’est tout comme. Dès le début de course, le Français part tout seul en tête-à-queue après avoir mordu l’herbe, et termine la course à la 25e position. Rien que pour la beauté de la figure, nous étions obligés de vous en parler.

Le 30 juillet prochain, Grosjean fêtera un anniversaire. Non pas de sa naissance, mais de sa dernière victoire sur un circuit automobile (2011).

Joyeuses noces de soie Romain !

À lire aussi :   Grand Prix d'Emilie Romagne | Pluie d'hommages pour Romain Grosjean
Tom