FFL d’Or 2022 #2 : Le Paris Saint-Germain, les innovateurs perpétuels de la lose


Donnarumma Benzema PSG Madrid
(Photo by Anthony Bibard/FEP/Icon Sport) - Photo by Icon sport

La remontada du Barça en 2017 n’a pas suffi au PSG. On pensait les Parisiens sur leurs gardes, ils sont parvenus à nous surprendre une nouvelle fois. L’expression “un homme averti en vaut deux” n’a visiblement jamais franchi les frontières de la capitale.

En 1998 déjà, le PSG goûtait à la fraîcheur d’Israël, et une élimination à la dernière seconde face au Maccabi Haïfa lors du 1er tour de la Coupe des Coupes. Un coup de force renouvelé trois ans plus tard, avec une première remontada à l’accent espagnol en Ligue des Champions face à La Corogne. Passer de 3-0 à 3-4 en l’espace de 25 minutes seulement, ça force le respect. Mais il ne faudrait pas non plus négliger les déliquescences plus récentes. À l’instar du but du tibia de Demba Ba sur la dernière action, ou bien de cette fameuse remontée catalane qui sublime encore nos plus beaux rêves. Bref, vous en avez pour tous les goûts.

Publicité

À lire aussi :   PSG - Macabi Haïfa 1998 | L'acte final de la trilogie de la Lose

L’opposition entre le PSG et le Real Madrid en huitièmes de finale de la Ligue des Champions tombe à point nommé en février dernier. En fin de contrat à l’issue de la saison, Kylian Mbappé attise les convoitises de l’Europe entière. Mais s’il y a bien un club qui veut se l’arracher, c’est bien entendu le Real Madrid. C’est pour cette raison que cette double rencontre est plus qu’un huitième de finale de C1. Le PSG doit impérativement remporter ce duel s’il veut espérer une chance de conserver Mbappé. Pensait-on naïvement.

À lire aussi :   Panthéon de la Lose | Chelsea - PSG, le premier chef-d'œuvre de QSI

PSG 1 – 0 Real Madrid, et l’espoir parisien vit le jour

Comme très souvent, les matchs allers de Ligue des Champions sourient au PSG, mais pas à la FFL. Face aux Merengues, les Parisiens marchent sur leurs adversaires, et écrasent ce derby des capitales. Les chiffres sont vertigineux : 57% de possession, 21 tirs à 3, 17 centres à 5, 8 arrêts de Courtois contre aucun pour Donnarumma, et 8 tirs cadrés à 0. Si les sept premiers n’ont pas trompé la vigilance de Courtois, le huitième est lui fatal. Qui plus est à la 90+4e minute, de ce diable de Kylian Mbappé. Un slalom dans la défense espagnole qui donne des idées à Clément Noël, champion olympique le lendemain de la rencontre sur cette discipline. Décidément, le sort s’acharne sur nous.

La seule bonne nouvelle de la soirée nous vient de Paris. Avec cette victoire arrachée dans les dernières secondes, le PSG croit plus que jamais à cette qualification en huitièmes. La grosse confiance injectée en intraveineuse, et un match retour chez un cador espagnol. Nous voici projetés cinq ans en arrière, après le match aller contre le Barça (4-0). Au jeu des 7 différences, vous n’en trouverez jamais sept.

À lire aussi :   Barça - PSG 2017 : La remontada du siècle

Trois semaines s’écoulent entre le match aller et retour. Trois semaines durant lesquelles les Parisiens tentent déjà de deviner quel club sera leur prochain adversaire en quart de finale. Et vous connaissez notre avis sur l’espoir. La veille du match est marquée par un épisode apocalyptique : la semelle subie par Mbappé à l’entraînement. Avec ce geste, Idrissa Gueye vient de planter le premier germe d’un match retour d’anthologie.

Publicité

Cette pseudo-absence de Mbappé est alimentée jusque dans les dernières minutes avant la rencontre. Ensevelis sous un flot de rumeurs abracadabrantesques, nous avons essayé de trouver le chemin nous menant vers la vérité absolue.

À lire aussi :   Real Madrid | Les stats qui envoient le PSG en phases de poules 2022-2023.

Mbappé et le triplé à blanc

8 mars 2017, 9 mars 2022. Un presqu’alignement des planètes, mais deux shots d’adrénaline pour la FFL. Pourtant, tout commence (très) mal pour nous. Dès la 34e minute, Mbappé climatise ses presqu’futurs supporters. Sur une remise en retrait de Nuno Mendes, le natif de Bondy trouve le poteau rentrant. Mais c’était sans compter l’épaule gauche hors-jeu de Mendes au départ de l’action. Le premier signe annonciateur d’une grande soirée.

Cinq minutes plus tard, Kiki récidive, et met cette fois la défense du Real et notre fédé à terre. Le un contre un avec Alaba se transforme rapidement en un contre zéro. Mbappé trouve la main molle de Courtois au premier poteau. Cette ouverture du score fait sortir le monstre côté parisien : l’Espoir. Le PSG mène, et Madrid doit désormais marquer à deux reprises pour arracher les prolongations. Mais ce mirage va être rapidement écourté par notre bourreau de la soirée en personne.

Servi par Neymar dans la surface de réparation, Kylian voit Courtois sortir de ses cages telle une fusée. Si le commun des mortels tirerait le plus rapidement possible, Mbappé prend le temps de mystifier le Belge. Un passement de jambes dans le vide qui élimine Courtois sans même toucher le ballon. Kylian inscrit son troisième but de la soirée, son deuxième entaché d’un hors-jeu. Le natif de Bondy souffre intérieurement, mais pas autant que les reins de Courtois qui gisent sur la pelouse.

À lire aussi :   Real Madrid - Paris Saint-Germain | Les notes de la Remonzema.

Benzema, le fossoyeur du PSG

Vainqueur 1-0 au match aller, le PSG mène sur le même score jusqu’à la 60e minute. Les Madrilènes n’ont plus aucun espoir, alors comme toujours dans ces cas-là, c’est le PSG en personne qui remet en selle son adversaire. Sur une passe en retrait totalement anodine vers Gianluigi Donnarumma, le gardien italien réalise l’impensable. Un contrôle mouligasse, une tentative de crochet sur Benzema et une passe contrée qui arrive dans les pieds de Vinicius dans la surface. Sensas. Benzou n’a plus qu’à ajuster son plat du pied pour remettre les deux équipes à égalité. On dit souvent que les grands joueurs peuvent décider du cours d’un match. Donnarumma en est la preuve vivante.

Vous l’avez compris, ce but de Benzema n’est que le premier d’une longue série. Un quart d’heure plus tard, Karim inscrit un deuxième but, synonyme de prolongations. Mais aussi de déliquescence parisienne.

À lire aussi :   Real Madrid - PSG | Oubliez la remontada, place à la REMONZEMA.

Il est difficile de trouver les mots justes dans ce genre de situations, mais ce qui suit va nous les faire perdre à tout jamais. Dès le coup d’envoi, le PSG perd le ballon sur la première passe, Marquinhos se retrouve au duel avec Vinicius dans la surface. Auteur d’une performance Thiago Silvesque durant toute la partie, Marqui remet dans l’axe sur Benzema qui n’a plus qu’à tromper Donnarumma (pas très difficile ce soir-là). Vous ne rêvez pas, le but de l’élimination du PSG est bien survenu 10 secondes chrono après la remise en jeu.

À lire aussi :   Vu des tribunes : La partition du PSG sur le 3e but de Benzema.

Paris, la Ville Lumière s’éteint

Quand Mauricio Pochettino a quitté Tottenham, nul ne pensait que ce serait Maurice Pochettin qui viendrait s’asseoir sur le banc du PSG. Si Pep Guardiola a inventé le tiki-taka, Maurice le supplante avec son pipi-caca-culotte ingénu.

À lire aussi :   Ligue des Champions - City PSG | Pochettino, maître du tiki-caca.

Bien évidemment, il était inconcevable de quitter Madrid sans lâcher cette phrase qui colle à la langue de tous les losers d’exception.

“On a clairement été la meilleure équipe sur l’ensemble des deux matchs” M. Pochettino

À lire aussi :   Pourquoi Pochettino doit impérativement rester au PSG

Qualifié durant 166 minutes sur 180, le PSG a réalisé une nouvelle prouesse grâce à sa recherche insatiable de la lose inconnue.

Les Parisiens possèdent désormais l’un des plus beaux presqu’palmarès du continent européen. De quoi nous permettre d’imaginer le cycle de la vie du PSG.

Le monde entier connaissait l’art de vivre à la parisienne, il doit désormais faire la connaissance avec l’art de la défaite à la parisienne.

À lire aussi :   Ode au Paris Saint-Germain