Équipe de France Espoirs | Les Bleuets montent en puissance


France Espoirs - Iles Féroé

Dans le fabuleux été que connait l’équipe de France Espoirs un nouveau chapitre s’est écrit hier soir. Après le hold-up de l’Euro, après la formidable épopée aux Jeux olympiques, les Bleuets gardent le rythme avec un inimaginable match nul contre les Îles Féroé (1-1). Eh oui, contre la France, il n’y a pas de petite équipe.

Ce ne sont plus les mêmes joueurs mais heureusement qu’il existe un coach pour les gouverner tous. Un coach pour les trouver. Un coach pour les amener tous et dans la lose les lier : Sylvain Ripoll. Les visages passent, le sien reste. Inexorablement. Les chiffres parlent pour lui il faut dire.

Publicité

Petit Poucet deviendra grand

Ce match comptant pour les éliminatoires de l’Euro U23 avait tout d’un 128e de finale de Coupe de France. Un stade perdu dans la campagne, une bonne pluie glaciale et surtout une affiche déséquilibrée entre un petit Poucet et un gros (après, qui est l’un, qui est l’autre ? Nous vous laissons juger). Ne manquait que le champ de patate pour faire office de terrain (le match s’est déroulé sur un synthétique).

Dans le même genre de Lose :   Suède France Espoirs 2014 | Le karma de Kurzawa

Tout a malheureusement bien commencé pour les Français qui ont très vite ouvert la marque sur une action d’Amine Gouiri. Action d’ailleurs très bien construite côté féroïen : perte de balle sur un mauvais contrôle, glissade de Nielsen qui se retrouve à défendre sur le popotin et un presqu’arrêt du gardien. 8e minute et déjà 1-0. Plaisir d’offrir ET joie de recevoir.

Publicité

Mais c’était trop pour les Français. Polis, les joueurs de Sylvain Ripoll ne peuvent s’empêcher de faire un cadeau en retour. Début de seconde période, les locaux ne font rien d’autre que défendre et renvoyer la balle loin devant. Time to shine pour Ilan Meslier. Le gardien de Leeds sort à 40 m de son but et « claque » une passe vers son capitaine Badiashile. L’attaquant féroïen, Løkin, en bon renard des surfaces de la moitié de terrain adverse, intercepte et décoche une frappe molle comme les mains de son portier.

Roule, roule petite galette

Une course endiablée se lance alors entre Loïc Badé et le cuir. Dans nos têtes, on a la musique des Chariots de feu qui nous fait monter la larme à l’oeil. Le défenseur rennais se rapproche mais la gonfle roule, roule, roule jusqu’à la ligne de but et vient transpercer (non) les filets.

Score final : 1-1. Encore un joli coup de notre Fédération tandis que Sylvain Ripoll continue de se poser des questions. #jegomprendspas

Je me demande encore comment on a fait pour ne pas le gagner.

La question est vite répondue : la FFL sait aussi se montrer discrète. Nous agissons dans l’ombre pour servir la lumière.