Coupe de France | Vabres-L’Abbaye | « C’est clairement un match référence »


Coupe de France, Vabres-L'Abbaye
Le moment-clé de ce 5e tour de Coupe de France
La bible de la Lose du sport français

La magie de la Coupe de France nous surprendra toujours. Samedi, le petit club de Vabres-L’Abbaye (D2 Aveyron) s’est qualifié pour le 5e tour de la compétition (une première dans son histoire) en remportant un match déséquilibré sur le papier contre Tarbes (R1) mais au score final sans appel : 3-0. Comment ont-ils fait ? Quasiment rien. Ce sont les Tarbais qui se sont trompés de ville et sont arrivés trop tard pour disputer la rencontre.

La lose c’est le S

Pour une fois, nous allons plus parler d’un vainqueur. Mais dites-vous bien que dans cette histoire, il n’y a aucun perdant. Le Tarbes Pyrénées Football est entré directement dans nos coeurs en se gourrant de bled samedi en Coupe de France. Au lieu de se rendre à Vabres, le car s’est dirigé vers Vabre. Sans le « s ». Charmante bourgade certes, mais située à 70 km de là où devait se jouer le match. Résultat : les visiteurs sont arrivés à 18h50 sur le bon stade (pour un match à 18h). Trop tard pour l’arbitre qui a décrété la victoire sur tapis-vert en faveur des locaux.

Publicité

Une situation qui nous a permis de faire connaissance avec l’AS Vabres-L’Abbaye et son président Alexandre Cambon qui définit son club ainsi :

C’est un club très familial, il y a encore un peu de compétition mais on est plus dans les 3e mi-temps. Rien à voir avec le niveau national ou régional. L’idée, c’est plus de se retrouver, de s’entraîner et d’entretenir une convivialité.

Le football qu’on aime quoi ! Du coup, on a discuté avec le bonhomme, qui est aussi joueur de l’équipe fanion, et il nous a fait le récit de cette journée croquignolesque.

L’interview d’Alexandre Cambon

« Salut Alexandre, peux-tu nous dire dans quel état d’esprit était ton équipe avant toute cette histoire ?

Publicité

C’était le bonheur et la fierté d’être au 4tour. C’est une première dans l’histoire du club. Donc on était tous excités et bouillants à l’idée de jouer une R1, avec les maillots de la Coupe de France. On avait réussi à attirer les foules sur le terrain. Tous les ingrédients étaient réunis pour qu’on passe une bonne soirée. Après on ne sait pas ce que ça aurait donné. Très certainement qu’on se serait fait sortir. Mais bon, on avait à cœur de jouer devant notre village et nos supporters.

Tu envisageais une lose plutôt qu’une victoire…

Oui, il y avait peu de chance de se qualifier. En plus, on n’avait pas récupéré l’ensemble de notre équipe. L’idée c’était d’être des guerriers sur le terrain tout en sachant que ce serait dur pendant 90 minutes.

Dans le même genre de Lose :   Coupe de France 2008 – Carquefou | L'OM, ce petit poucet si proche de l'exploit !

Comment s’est passé l’échauffement ?

Les arbitres ont reçu un appel de la Ligue Occitanie prévenant du retard des adversaires. Ensuite, on nous a un petit peu dit tout et n’importe quoi à la fois. Un coup ils devaient arriver à 18h, un coup à 18h15, un coup à 18h30. Ça nous a un peu perturbé parce qu’on arrêtait l’échauffement, on reprenait, on arrêtait… Comme ça jusqu’à 18h30. Et l’arbitre a décidé que le délai était dépassé. Eux sont arrivés à 18h50, l’arbitre était déjà douché.

Selon toi, c’est une qualification méritée ? Peut-on parler d’un match référence ?

Ah je pense que oui ! On a tout fait ! On les avait prévenus en disant qu’ils auraient du mal à trouver le chemin du stade. Ils n’ont pas pris au sérieux l’avertissement. Et c’est clairement un match référence parce qu’on gagne 3-0. Zéro but encaissé quand même ! Et on va attribuer les 3 buts à Aurélien Tavares, notre joueur-gendarme réputé pour être ‘‘enceinte’’, notre défenseur avec un joli gros ventre.

Tradition oblige, on imagine que vous avez fait une haie d’honneur à la sortie du terrain.

Non on n’a pas osé la faire mais on a quand même été remercier nos supporters venus nombreux. Et on a été fêter ça dans la discothèque « Le Plo » à Saint-Affrique.

Avant la rencontre, tu avais dit dans une interview, sur le ton de l’humour, « Nous pouvons espérer qu’ils ne trouvent pas le chemin du stade ». Tu as contacté un marabout entre temps ?

Je crois qu’on peut le dire maintenant. On a été voir un chaman et on a fait en sorte que Tarbes ne se déplace pas. On a mis en place une course cycliste (le bus des Tarbais a été bloqué sur le trajet par une course, N.D.L.R) et la Ligue nous a un peu aidé aussi. Sur le site, ils ont écrit Vabre, sans le « s », ce qui a peut-être perdu les Tarbais…

Ne penses-tu pas avoir utilisé ta botte secrète un peu trop tôt dans cette Coupe de France ?

Non on a la capacité de s’adapter. On va trouver une nouvelle astuce pour le prochain tour. Mais on ne la dévoile pas encore. On sait qu’il y a la chatte à Dédé. Il y a la chatte à Cambon aussi !

Le club va-t-il envoyer les recettes du match au club de Vabre ?

Oui tout à fait. Parce que c’est quand même grâce à eux aussi. Ils méritent aussi leur part du gâteau. »