CAN Maroc | Le pénalty déjà légendaire de Hakimi


Achraf Hakimi

Après l’Algérie, le Ghana, le Cameroun, l’Egypte et le Sénégal, un autre cador vient de tomber dans cette CAN ; le Maroc. Et l’un des grands artisans de cette élimination n’est autre que le joueur star des Lions de l’Atlas : Achraf Hakimi.

À lire aussi :   Maroc | La sublime transformation d'Achraf Hakimi

Achraf Hakimi, le presqu’sauveur du Maroc

Quand la 13e nation au classement FIFA affronte la 66e, on peut se laisser dire que la rencontre ne va pas être totalement équilibrée. Et c’est ce qu’il s’est passé, mais pas dans le sens attendu. Après l’ouverture du score de Magkopa au retour des vestiaires, les Marocains poussent fort, très fort sur la pelouse pour refaire leur retard. A tel point qu’ils obtiennent un pénalty suite à une main dans la surface à 10 minutes du terme. Dès lors, le héros de la soirée est tout trouvé ; Achraf Hakimi.

Publicité

Le joueur du PSG n’a qu’une seule envie : envoyer une praline dans les cages sud-africaines. Oubliez sa panenka pour éliminer l’Espagne lors de la dernière Coupe du monde, c’est une patate de forain prandiesque qui fracasse la barre transversale. Le ballon flotte dans les airs du Stade Laurent-Pokou, quand Hakimi s’écroule par terre. Le latéral du PSG a encore frappé. La seule explication qui trouve du sens est qu’il ait tenté une pénalité en pensant qu’il affrontait les Boks.

Entraîneur de l’Inter Milan à l’époque, il faut dire qu’Antonio Conte avait eu le nez.

Publicité

“L’important c’est qu’Hakimi ne tire pas les penalties. Il faudrait que tout le monde meure pour que je le laisse tirer parce que c’est vraiment une pipe” Antonio Conte

Grâce à ce pénalty totalement foiré, et un coup franc sud-africain en pleine lunette juste derrière, le Maroc sort lui aussi de la CAN. Si les demi-finalistes de la dernière Coupe du monde pensaient aller au bout, ils ont sous-estimé la nation la plus clinique tous sports confondus sur ces 6 derniers mois ; l’Afrique du Sud.

En même temps, on peut comprendre Hakimi, il ne voulait rater pour rien au monde le déplacement à Strasbourg ce week-end.

À lire aussi :   CAN | Le CSC fa-bu-leux du Burkina Faso
Tom