CAN | Le finish guignolesque du Ghana


André Ayew

Quelques heures avant le match du Ghana, nous pensions que la Côte d’Ivoire serait indétrônable dans le classement des plus beaux chokes de cette 34e édition de la Coupe d’Afrique des nations. Mais il a fallu attendre le soir même pour se rendre compte qu’un autre pays africain avait la même ambition que les Éléphants : les Black Stars.

À lire aussi :   CAN | L'humiliation pleine de panache de la Côte d'Ivoire

Le Ghana qualifié durant 90 minutes

Le destin du Ghana était entièrement lié avec celui de l’Egypte. Au classement, les Pharaons étaient deuxièmes avec 2 points, quand les Black Stars occupaient la 3e place avec 1 point. Les coéquipiers de Jordan Ayew devaient donc faire un meilleur résultat que les Egyptiens. Et tout commence très bien avec l’ouverture du score de l’ancien joueur de l’OM, quand le Cap-Vert ouvre également la marque dans le temps additionnel de la première mi-temps contre les protégés de Mo Salah. Nous sommes à la pause, et le Ghana est virtuellement qualifié pour les huitièmes de finale de la CAN.

Publicité

Par l’intermédiaire de Trézéguet, l’Egypte reprend espoir en égalisant à la 50e minute (1-1), mais cela ne décontenance pas les Ghanéens, bien au contraire. Jordan Ayew transforme un second pénalty (2-0) et pense plier le match face au Mozambique. Lol. Les deux scores de la soirée tiennent jusqu’à la 90e minute. Jusqu’à cette fameuse 90e minute, le Ghana est donc qualifié. La suite déroge à tout entendement. Nous jouons la 90+1e minute, et Catamo réduit le score pour le Mozambique… sur pénalty lui aussi. Décidément. Ce but est sans conséquence, mais il va ouvrir la boîte de Pandor.

Dans le même temps, la soirée entre dans la postérité grâce à un joueur de Liguain. La preuve, s’il en fallait une, que cette soirée est paranormale. Mostafa Mohamed lobe le gardien cap-verdien et offre le but de la victoire à l’Egypte. Les Pharaons sont à nouveau qualifiés, au détriment du Ghana. Puis comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, les Black Stars se font rejoindre au score, et de quelle manière s’il vous plaît. Alors que le gardien et capitaine Richard Ofori a seulement besoin de laisser filer le ballon en sortie de but, une inspiration de zinzin le traverse ; effleurer ledit ballon pour offrir un corner aux Mozambicains. Reinildo égalise dans la foulée. Il faut se pincer pour y croire.

Un but sans importance me direz-vous ? Oui et non, car à la 90+9e minute, Teixeira égalise pour le Cap-Vert contre l’Egypte. Sans cette inspiration géniale de Richard Ofori, le Ghana serait donc qualifié. Hilarant.

Publicité

Un grand merci à Richard Ofori

On ne veut rien savoir, il s’agit du plus beau caca-culotte de cette CAN avec celui de la Côte d’Ivoire. Être qualifié au début du temps additionnel, pour finalement se manger deux buts, dont un casquette, et assurer quasi définitivement son élimination, c’est du grand art. Et permettre à l’Egypte de se qualifier avec seulement 3 points, c’est du haut niveau également.

Si certains y voient un amateurisme confondant, nous y voyons surtout une profonde bienveillance. Avec leur match nul arraché contre le Mozambique, les Ghanéens ont tout simplement qualifié pas moins de six nations pour les huitièmes de finale ; le Mali, la Guinée, le Burkina Faso, le Maroc, l’Egypte et l’Angola peuvent leur dire merci. Le Ghana a donc qualifié l’Afrique tout entière, sauf lui-même. On ne se rend pas compte de la dinguerie provoquée par les Black Stars. Vraiment pas.

Il faudrait un retournement de situation XXL pour voir les Ghanéens passer en huitièmes de finale. Mais on disait pareil pour les Ivoiriens. Alors on va attendre patiemment, car cette CAN est tout simplement dé-li-rante.

À lire aussi :   CAN | Arrêtez tout, le but gag de l'année nous vient du Congo
Tom