Tour d’Europe de la Lose | Ils ont dit adieu à la C1


La bible de la Lose du sport français

La Ligue 1, la Premier League et la Serie A devaient encore distribuer des billets pour la Ligue des Champions ce week-end. On a forcément eu droit à notre lot de déconvenues dans chaque championnat. Mais motif de satisfaction non négligeable : chacun y a mis du sien pour se rater. Petit tour d’Europe des non-qualifiés pour la C1.

Lyon, le baroud d’honneur du sergent Garcia

Pour sa dernière sur le banc lyonnais, Rudi Garcia nous a offert sa spéciale. Une mi-temps au top et une mi-temps catastrophe. Quand on a vu l’OL réussir sa première période, on salivait de voir la seconde. Devinez quoi ? Ça n’a pas loupé ! 2-1 à la pause, à cet instant, Lyon est qualifié en Ligue des Champions. Le moment parfait donc pour laisser Nice revenir. D’abord grâce à une subtile faute de main de Lopes. Puis en laissant faire le karma. Coup-franc de Gouiri (pur produit de formation lyonnais) pour une tête de Saliba (formé à Saint-Etienne). Défaite 3-2 ou comment gâcher les efforts des Lensois qui ont obtenu (pour rien) le nul contre Monaco.

Publicité

Clap de fin pour Rudi Garcia dans le Rhône. Avec ce genre de performance, nul doute qu’on te reverra bientôt dans notre Farmer’s League Rudi.

Du côté du club, l’addition est salée. Très salée.

Publicité

Dans le même genre de Lose :   Ligue 1 | Le résumé FFL du multiplex de cette 38e journée

Leicester, tout seul comme un grand

C’est un joli back-to-back que vient de réaliser Leicester. Manquer la qualif’ en Ligue des Champions lors de l’ultime journée deux années de suite : on admire. La saison passée, c’était Manchester United (2-0) qui avait privé les Foxes de terminer 4e. Mais cette année, hors de question pour les Foxes de laisser un adversaire entraver leur chemin vers la LDC. Non, cette fois Leicester n’a eu besoin de personne et s’est sabordé tout seul.

Avec la défaite de Chelsea, Leicester devait gagner contre Tottenham pour passer devant. Et on a bien cru que Jamie Vardy allait envoyer les siens en C1 avec deux penaltys inscrits. Mais c’était sans compter sur Kasper Schmeichel. Le portier a illuminé le King Power Stadium de sa classe lors des deux égalisations. Sur la première, il ne repousse pas la reprise d’Harry Kane qui filait pourtant droit sur lui. Sur la seconde, il se troue dans les règles de l’art avec une sortie dans les airs dignes des plus grands. On ne sait toujours pas si le Danois a voulu boxer le ballon ou la tête de Davidson Sanchez… En revanche, on est à peu près sûrs qu’il s’est manqué dans les deux cas.

Score final : 2-4. Leicester finit 5e après avoir passé la majeure partie de la saison sur le podium. À force de faire le malin, les Foxes sont tombés dans le ravin. Enfin, en Europa League… C’est peut-être pire.

Naples, la surprise du chef

Comme Leicester, Naples pouvait profiter de la contre-performance d’un concurrent direct (Atalanta qui perd contre l’AC Milan). Et là aussi, de manière plutôt cordiale, les Napolitains ont cédé leur place à la Juventus et à Bergame.

La recette : offrez une première mi-temps sans saveur et laissez votre adversaire (l’Hellas Vérone, qui n’a plus rien à jouer) prendre confiance. Puis, réveillez-vous en seconde période. Profitez d’un corner et d’un cafouillage pour ouvrir la marque. Rendormez-vous dans la foulée pour laisser votre vis-à-vis égaliser sur un contre et cadenasser la rencontre jusqu’au bout. Cerise sur le gâteau : virez votre entraîneur en l’annonçant sur Twitter quelques minutes après la rencontre. En 90 minutes chrono, c’est prêt ! Et vous en avez pour une saison entière sans Ligue des Champions.

« Cher Rino, je suis heureux d’avoir traversé avec toi presque deux saisons. En te remerciant pour ton travail, je te souhaite du succès partout où tu iras. Embrasse ta femme et tes enfants. Aurelio De Laurentiis »