Olympique Lyonnais | Le syndrome des 45 minutes a encore frappé


Jusqu'à son dernier match, Rudi Garcia aura été fidèle à son principe de jeu
La bible de la Lose du sport français

Ils avaient l’occasion de passer Monaco et de décrocher le dernier ticket pour la Ligue des Champions. L’Olympique Lyonnais a respectueusement décliné l’offre que leur faisaient les Monégasques accrochés à Lens. Un sens du fair-play bien à part dans ce monde du football. Peu le comprennent. À la FFL, nous le chérissons.

Un jour, il faudra peut-être expliquer aux Lyonnais qu’un match se joue durant 90 minutes. Et non pas 45. Mais ne nous hâtons pas. Tant que cette incapacité à jouer un match entier perdurera et donnera lieu à ce genre de dénouement, nous saurons nous en satisfaire.

Publicité

Dans le même genre de Lose :   Tour d'Europe de la Lose | Ils ont dit adieu à la C1

L’Olympique Lyonnais a ce petit quelque chose qui nous attendri. Ce supplément d’âme à tendre le bâton pour se faire frapper. Hier soir, face à Nice, on n’a jamais été trop inquiet. Avec le Lyon de Rudi Garcia, on sait comment ça se passe (spoiler : mal). 45 minutes de qualité et 45 minutes de ténèbres. La seule incertitude réside dans la succession des deux périodes. Quand on a vu les Lyonnais mener à la pause (2-1), on savait donc que la seconde période allait être grandiose.

Monaco a tout tenté mais l’Olympique Lyonnais était trop fort

Les planètes étaient alignées il faut dire. Monaco a tout fait pour que Lyon lui passe devant. Un but de Badiashile refusé en 1re mi-temps, une attaque en berne, une fin de match sans envie. Pour vous dire, Ben Yedder a même été jusqu’à manquer son face-à-face piqué devant Leca ! Du jamais vu cette saison !

Mais plus l’opportunité est grande, plus Lyon nous régale à la vendanger. Il faut savoir reconnaître les qualités quand elles sont là.

Publicité

Avec ce score à la mi-temps au Groupama Stadium, le contrat n’était pas rempli. Il était temps de ressortir la machine à se saborder. Très vite, elle se montrait efficace (elle s’est rarement enrayée ces derniers temps de toute façon) avec une frappe de Kamara que Lopes laissait habilement filer entre ses doigts (2-2).

Gouiri – Saliba : allégorie du karma

Puis, une fois bien chauffée, la machine a donné sa pleine mesure. Face à Nice, il y avait moyen de faire les choses en grand. Avec un Gouiri (formé à Lyon, vendu à Nice cette saison) et un Saliba (formé à Saint-Etienne) dans les rangs des Aiglons, les cibles étaient connues. Ça n’a pas loupé ! Coup-franc du premier pour une tête du second. Défaite 3-2 des Lyonnais. Chapeau messieurs !

Conséquences du match : Lyon n’ira pas en Champion’s League et Nice reste au même niveau. Celui où il n’y a rien à jouer.

Le plus beau dans cette histoire, c’est peut-être bien l’altruisme des Lyonnais. Grâce à ce résultat, les Monégasques peuvent remercier les Niçois. Ils sont peu à avoir réussi cet exploit. C’est beau le football quand même…