Tennis | Les plus grosses gifles françaises face à un numéro 1 mondial (Big Four)


Lucas Pouille

Opposé au futur ex-numéro 1 mondial Daniil Medvedev lors du 3e tour d’Indian Wells, Gaël Monfils devient le 7e français dans l’histoire à réaliser cette contre-perf. Mais quelles sont les plus grosses gifles du coup droit reçues par un Mousquetaire face à un membre du Big Four au sommet du classement ATP ?

Gaël, un être parti beaucoup trop tôt. Alors qu’il nous avait habitué les saisons précédentes à laisser la place à ses camarades très tôt dans les tournois, ne faisant pas mieux qu’un 16e de finale en Grand Chelem l’année dernière et peinant à faire passer la petite balle jaune au-dessus du filet, Gaël est transfiguré en cette nouvelle année 2022. Quart de finaliste à l’Open d’Australie et vainqueur du tournoi d’Adélaïde, Monfils a décidé de nous renvoyer le karma en pleine face.

Publicité

Et la tournée nord-américaine ne transige pas à la règle. Une victoire en trois sets sur le numéro 1 mondial Daniil Medevedev, et c’est une nouvelle fois la FFL qui est meurtrie dans sa propre chair.

Publicité

On ne te pardonnera pas de si tôt ce revers croisé sur la ligne, Gaël. Mais la véritable info tennistique réside certainement dans la chute du numéro 1 mondial Medvedev qui aura occupé ce poste 3 semaines, soit la même durée de vie d’un entraîneur des Girondins de Bordeaux. Alors pour se remonter le moral on a eu l’idée de vous faire partager des anecdotes qui proposent une plus belle fin. Et pour ça, quoi de mieux que de se remémorer les plus grosses déculottées françaises face à un numéro 1 mondial membre du Big Four.

À lire aussi :   ATP Dubaï | Monfils-Djokovic : le retour triomphant de la presque-victoire

Federer – Santoro : 6-1 / 6-2 / 6-0

L’Open d’Australie est pour beaucoup le premier gros rendez-vous de la saison, et l’occasion également de jauger si son travail physique réalisé l’hiver porte ses fruits. En ce qui concerne la préparation du “Magicien” Santoro, tout n’était pas parfait à en croire l’édition 2008 de l’Open d’Australie et son opposition face à Roger Federer. Ou bien peut-être que le problème venait tout simplement d’ailleurs.

Déjà trois ans auparavant, le natif de Tahiti avait dû affronter le numéro 1 mondial à Melbourne au premier tour, pour un score sans appel : 6-1, 6-1, 6-2. Aucun set n’a été surjoué pour Fabrice, le rythme de croisière est bel et bien son véritable point fort. Mais l’homme au coup droit à deux mains n’avait visiblement pas dit son dernier mot. Alors au 2e tour de l’Open d’Australie 2008, quand il croise à nouveau la route de Federer, c’est avec la raquette entre les dents qu’il rentre sur le court.

S’il perd le premier set 6-1, il fait mieux au second en grappillant deux jeux. Mais la troisième manche est visiblement celle de trop : 6-0. Il faut laisser les grands jouer ensemble Fabrice.

Nadal – Santoro : 6-0 / 6-1

Décidément Fabrice est toujours dans les bons coups. Lors du tournoi de Doha en 2009, Santoro n’est plus très loin de la retraite sportive, qu’il prendra l’année suivante. Alors ces derniers mois passés sur les courts sont un méga kiff pour le Tahitien. Plus aucune pression liée aux résultats sportifs, juste le fun des gifles reçues face aux numéros 1 mondiaux aux quatre coins du monde. La vie que tout amateur de sport rêverait de mener.

Alors quand il s’agit d’aller au charbon face à Rafael Nadal, jeune numéro 1 mondial, c’est tout naturellement que Fabrice passe son tour. Alors que l’Espagnol pense signer une double bulles, le Français parvient à lui prendre un jeu sur un sursaut d’orgueil. Toujours le même panache qui coule dans ses veines le Fabrice.

Murray – Pouille : 6-3 / 6-0

Andy Murray est peut-être le plus discret des membres du Big Four d’un point de vue palmarès, mais certainement le plus bruyant sur un court de tennis. Alors quand l’Ecossais affronte Lucas Pouille en huitièmes de finale du tournoi de Paris-Bercy en 2016, ça ne pouvait faire que des étincelles.

A domicile, le Français résiste plutôt bien dans le premier set avant de le perdre 6-3. Mais la deuxième manche va davantage ressembler à une mise à mort qu’un duel. Murray fait voir du pays à Lucas Pouille sur ses propres terres et le balade sur les quatre coins du court. Alors pour éviter de souffrir en fond de ligne, Lucas tente une montée au filet. Mauvaise idée également.

Il n’y avait qu’une bulle pour terminer en beauté ce match face au néo-numéro 1 mondial.

Djokovic – Pouille : 6-0 / 6-2 / 6-2

L’Open d’Australie 2019 est sans doute le tournoi le mieux maîtrisé de la carrière de Lucas Pouille. Après ses victoires sur Borna Coric et Milos Raonic, un autre ic se présente à lui : Novak Djokovic. Lucas pourrait devenir le premier joueur français à se hisser en finale de l’Open d’Australie depuis Tsonga en 2008. Mais cela ne faisait visiblement pas partie des plans de Novak.

À lire aussi :   FFL d'Or 2021 #4 - Le tennis français, l'année de tous les records

Avec seulement 26% de points gagnés derrière son deuxième service, le Français ne pouvait pas espérer mieux qu’une défaite en trois petits sets. En 1h23, le match est déjà plié, de quoi mettre en colère les spectateurs qui ont payé à prix d’or la place. Mais le Serbe était assez pressé de mettre un terme le plus rapidement possible à son entraînement avant d’affronter Nadal en finale et remporter son septième Grand Chelem australien.

“Ma stratégie ? Je n’ai pas eu le temps pour ça” L. Pouille

Ressasser le passé, la meilleure thérapie pour vaincre les chagrins actuels.

Tom