FFL d’Or 2021 #4 – Le tennis français, l’année de tous les records


Il faut le dire, sportivement, l’année 2021 n’aura pas été le meilleur millésime de la FFL. La faute, peut-être, à un relâchement trop précoce de notre institution suite à la performance de l’Euro de football. Cyclisme, escrime, handball, moto, certains filous en ont donc profité pour gagner pendant que la FFL était encore en train de décuver de son 28 juin.

Mais heureusement, dans cet élan de révolte honteux des sports français, un fidèle soldat a encore une fois prouvé sa fidélité à la FFL. Mesdames et messieurs, le tennis français !

Publicité

5 jours à Roland

« Il n’y a plus de Français en deuxième semaine à Roland Garros. » Pour beaucoup de Français, cet adage populaire s’est mué en un point de repère temporel infaillible qui annonce l’entame du mois de juin et l’arrivée des beaux jours.
Mais en 2021, pour la première fois depuis 1968, le tennis français a innové. Fini la sortie cruelle en deuxième semaine. Oubliés les 1/4 finales frustrants contre un top 5. Bousculées nos horloges biologiques. En 2021, le tennis français s’est permis un luxe : assister au premier week-end de Roland Garros en gradins. Premier record.

Le grand chelem doré

Au niveau classement, la France fait mieux que jamais : 25 et 42. Ce sont les positions respectives d’Ugo Humbert et Alizé Cornet, les deux tricolores les mieux classés à la race.

Si l’on met de côté la paire Mahut-Herbet qui s’amuse à bafouer la FFL de son côté en réalisant une de ses meilleures saisons en double (notre ligne éditoriale nous interdit de passer ce palmarès de winners en revue), 2021 fut tout simplement exceptionnel sur le plan individuel : 3 matchs gagnés avant le mois de Juillet pour Monfils, 17 défaites sur ses 19 premiers matchs pour Paire, et des sorties de top 100 à la pelle. Mais l’essentiel est ailleurs.

0. C’est le nombre de match disputé par un(e) français(e) en deuxième semaine de Grand Chelem en 2021. Une première depuis 1890. Deuxième record.

Publicité


En 2020, le bilan était quasiment similaire mais un petit Toulousain du nom de Gaston était venu gâcher la fête. En 2021, pas d’arbre pour cacher la forêt plantée par la FFL. Mais ne soyons pas dupes et savourons. Ce ne sera plus possible de faire mieux.