Snooker | Mark Selby, le Peaky Blinder de la lose.


Mark Selby - Welsh Open 2022.

Professionnel du billard ou joueur claqué du samedi soir qui raye le tapis à chaque coup tenté, tout le monde connait au moins une seule règle sur le tapis vert : ne jamais envoyer la boule blanche dans le trou. Un détail significatif qui a toutefois échappé à Mark Selby, numéro 1 mondial. Yes Sir.

Inutile de vous sentir seul et humilié après cette intro, nous faisons également partie de la deuxième catégorie. Si vous aussi vous ne connaissez pas la différence entre le billard et le snooker, alors nous parlons le même langage.

Publicité

Mais quand le billard vous permet d’en vivre, et que vous remportez les plus grands trophées de la planète à l’instar de l’Anglais Mark Selby, actuel numéro 1 mondial, vous vous devez de connaître les bases de votre sport. Pensait-on. Quadruple champion du monde de snooker, le natif de Leicester nous a offert un coup merveilleusement inexplicable.

À lire aussi :   JO 2010 – Patinage | Champion olympique sans médaille d'or, l'idée ingénieuse de Sven Kramer.

Confondre le noir et le blanc, Selby le daltonien

Tout juste entré en lice au Welsh Open, Mark Selby n’a pas tardé à faire la loi sur les tapis du Pays de Galles. Sa première cible ? Le Chinois Chen Zifan, 116e joueur mondial. Il faut savoir qu’un duel de snooker se joue ici sur le meilleur des sept manches. Le premier qui en remporte quatre vainc son adversaire. Et lors des trois premières manches, la hiérarchie est parfaitement respectée. Selby remporte les trois sur des scores pas hyper étriqués : 69-4, 67-14, 76-13. Une promenade de santé qui va prendre le chemin d’une action d’anthologie.

Tandis que la quatrième manche est plutôt serrée, l’Anglais ne menant que 57-52, les deux derniers coups du natif de Leicester vont rester à jamais gravés dans ce sport. Alors qu’il ne reste plus que trois boules, à savoir la rose, la blanche et la noire, Selby parvient à faire tomber la première dans le trou. Jusque-là rien d’anormal vous me direz. Sauf que le numéro 1 mondial n’avait sans doute pas anticipé que la boule blanche heurte à deux reprises les coins et vienne cogner légèrement son homologue noire. Juste ce qu’il faut pour qu’elles se retrouvent collées l’une à l’autre. Ou l’art de se mettre dans la sauce tout seul.

À lire aussi :   Tennis – Acapulco | L'exceptionnel abandon artistique de John Millman.

Aux grands maux les grands remèdes se dit l’Anglais. Alors qu’il n’a plus qu’à tenter de faire entrer la boule noire dans le trou, Selby nous prend tous de cour, y compris les commentateurs. Mark envoie sans pression la boule blanche dans le trou. Tout le monde est sur le cul, même lui ne comprend pas ce qu’il vient de faire. Fasciné par ce qu’il vient de voir, Chen Zifan ne semble pas avoir les mots non plus.

Publicité

Pour la petite histoire, l’Anglais remporte la manche suivante 77-37 et se qualifie pour le tour suivant. Mais tout le monde se rappellera durant de longues années son coup de génie. Histoire de (re)mettre les pendules à l’heure.

I’m Mark f*cking Selby.