Roland-Garros 1968 | Daniel Contet, la première triple roue de vélo.


Daniel Contet

Mai 68′ a une résonance particulière dans l’Hexagone. En effet, la révolte de la jeunesse française a eu un écho dans le monde entier. Un peu comme Daniel Contet à Roland-Garros cette année-là, jeune joueur français qui n’a pas hésité à révolutionner le tennis mondial.

Dans l’imaginaire collectif français, la saison 1993 est marquée par le sacre européen de l’Olympique de Marseille en finale de C1. Autrement dit une année tabou pour la FFL. Mais détrompez-vous, un autre événement a contrebalancé la trahison marseillaise. Et ce dès le lendemain du coup de boule de Basile Boli. Le 27 mai 1993, la Porte d’Auteuil nous a réservé un moment gravé à jamais dans nos mémoires.

Publicité

Si on vous dit triple roue de vélo à Roland-Garros, votre esprit se tourne illico presto vers Thierry Champion. Et c’est tout à fait normal. Le bougre a réussi le Graal pour un Mousquetaire ; se manger un 6-0, 6-0, 6-0 contre Sergi Bruguera sur la terre battue parisienne. En seulement 1h de jeu, et 28 points marqués.

« À la fin je ne voyais même plus comment gagner un jeu. Il a essayé de m’en donner un, je n’ai même pas réussi à le gagner » T. Champion

À lire aussi :   Top 10 des désillusions françaises à Roland-Garros

Mais l’alignement des planètes ne s’arrête pas là. Si on vous dit que 25 ans plus tôt, jour pour jour, un autre Français avait réussi ce tour de force ? Il faut pour cela faire un bond d’un quart de siècle en arrière, un certain 27 mai 1968.

Contet, le spécialiste du double voit triple

Joueur précoce à son époque, aujourd’hui on dirait que Daniel Contet n’a pas le time. Dès l’âge de 17 ans, le voici membre de l’équipe de France de Coupe Davis. Spécialiste du double, il remporte le tournoi de Monte-Carlo en 1972 et atteint les demi-finales de Roland-Garros deux ans plus tard. Mais c’est surtout sa carrière en simple qui nous intéresse particulièrement ici. Car le 27 mai 1968, le sympathique Daniel Contet va devenir grand, très grand.

Avant même les premières balles échangées, l’édition 1968 de Roland-Garros est un événement historique. Il s’agit tout simplement du premier tournoi de l’ère Open. Alors pour marquer le coup, notre ami Daniel Contet ne va pas faire les choses à moitié.

Publicité

Originaire de la Seine-Saint-Denis, Daniel joue devant toute sa famille et ses amis. Alors face au Yougoslave Nikola Špear, le Français veut faire le show lors du premier tour des Internationaux de France. Mais Špear ne l’entend pas vraiment de cette oreille, et souhaite lui aussi amuser la galerie. À sa manière.

À lire aussi :   Finale Roland Garros 1988 | La lose express de Zvereva face à Graf

Le résumé du match

Comme tous les petits Français, on a appris à l’école, ou vécu – pour les plus résistants d’entre nous – que mai 68 avait été une véritable poudrière dans Paris. Parpaings envoyés à l’emporte-pièce suivis d’une forte répression. Le parallèle est tout tracé pour le matche entre Contet et Špear.

Et encore, le terme match est un bien grand mot. À l’instar des étudiants entassés dans les rues de la capitale, Daniel envoie des parpaings à tous les endroits du court. Ce à quoi Nikola répond par une forte répression : 6-0, 6-0, 6-0. Trois bulles pour passer au tour suivant. Daniel Contet devient ainsi le premier tennisman à subir une triple roue de vélo lors d’un Grand Chelem depuis l’ère Open. En même temps, il s’agissait du premier tour du premier tournoi.

Le timing était soigneusement préparé.

À lire aussi :   Roland Garros | Le retour fracassant de Melson Moinfort