PSG-Atalanta | Choupo m’a tué


Choupo PSG Atalanta - FFL

Adversaire novice, aucun match retour, ce soir pour les 1/4 de finales de C1 face à l’Atalanta, Paris s’avançait comme l’ultra favori et pouvait donc parachever son oeuvre européenne avec une lose historique. La FFL y a cru. Puis Choupo nous a crucifié. 

« Ils vont rester, c’est sûr »

Les mots de Nasser au sujet de Neymar et ses autres joueurs. C’est aussi le cas des séquelles de la FFL après cette rupture brutale avec le PSG que l’on croyait connaître. Après le tibia de Demba, le 3-5-2 de Laurent Blanc, la Remontada et le Comeback, il n’y aura donc pas d’Atalantada. Paris pouvait commencer son deuxième demi-siècle d’existence dans le panthéon de la Lose. Ce sera dans le Stade de la Luz, avec une qualification en demi-finale de Ligue des Champions.

Publicité

Le match

À peine le temps de s’installer qu’après 2’20, Papu Gomez se retrouvait en position d’ouvrir le score face à Navas. Plein d’espoir, on se disait alors que le PSG était en phase de réaliser un début de match crucial dont il a le secret, à base de mouillage de culotte. L’éclair de génie de Neymar Germain Junior nous y fit croire dur comme fer.

Publicité

On joue toujours la première période. C’est simple, que ce soit les défenseurs italiens ou les ramasseurs de balles, Neymar donne le tournis à tout le monde. Il fait le match.

De l’autre côté, l’Atalanta opte pour la tactique inverse : ne pas dribbler mais réussir un plat du pied. C’est simple et ça fait 1-0.

 

Une 2ème mi-temps classique, et puis…

La deuxième mi-temps se déroulera comme attendu. L’Atalanta attend les ratés parisiens et joue les contres, jusqu’à que Paris regagne le ballon et appuie sur repeat. Les occasions se multiplient et l’incapacité de conclure du PSG redonne vie aux vieux démons européens du club. On ressent alors ce sentiment étrange de déjà-vu, ce sentiment qu’on croit ressentir pour la dernière fois à chaque élimination du PSG. Blessure de Navas, entrée de Choup-Moting, le PSG porte tous les signes d’une équipe en difficulté.

Dans le même genre de Lose :   FFL D'Or 2019 - #2 - Paris Saint Germain

De notre côté, faute d’habitude, on commence déjà à sortir les bouteilles de champagnes du frigo. Grosse erreur.

La Choupotada

Puis Paris a marqué un but. Un énième centre parisien dans les 6 mètres et le ballon finit au fond des filets de l’Atalanta. Stupeur à la FFL. On ne comprend plus rien. Au moment où il était supposé vendanger son ultime occasion, le PSG se métamorphose.

Pire, à 1-1, on pense ne prendre qu’une simple clim. Ce qui nous arrivera dessus est en fait un blizzard.

D’une passe décisive, la machine Choupo s’enclenche et ne s’arrêtera plus jusqu’au trépas de la FFL. Si Neymar avait de la peine avec la finition en première mi-temps, en 10 minutes, Choupo-Moting montrera qu’il suffit d’un éclair de lucidité par carrière pour qualifier le Paris Saint Germain en demi-finales de Ligue des Champions. C’était le moment et l’endroit.

S’il fallait subir une qualification du PSG, on l’aurait souhaitée ainsi

Devoir la plus grande qualification de son histoire récente à un joueur moqué, décrié au fil des années, qui ne devait plus rejouer pour le club, plutôt qu’à une de ses stars planétaires capricieuses recrutées à coups de millions, c’était peut-être de ce genre de Lose dont le PSG avait besoin. Une belle histoire que même des inconditionnels de la Lose pourront apprécier. 50 ans est décidément un âge pour se renouveler.

Dans le même genre de Lose :   C1 | Varane, le 12ème homme qu'il manquait à Manchester City