Preview Ligue 1 2020/2021 | Montpellier HSC


Montpellier HSC - FFL

Champion de France en 2012, le Montpellier HSC a connu quelques hauts traumatisants pour toute une génération de montpelliérains. Depuis ? Walou. Description de la Paillade comme vous ne l’avez jamais vu.

L’historique…

Tout juste un mois après le « cauchemar 98 », et un cuisant titre de champion du monde, le foot français devait se reprendre. Et de quelle manière. Alors que la saison reprenait à peine, Montpellier décide de se ruer au chevet de la FFL en réalisant le plus grand exploit du championnat de France de ce XXIe siècle. A l’occasion de la 3e journée, marseillais et montpelliérains s’affrontent. Et après une première mi-temps plutôt maîtrisée par les héraultais (0-4), ces derniers livrent une gigantesque masterclass à la reprise.

Publicité

Après avoir martelé durant la pause à ses joueurs de ne pas se relâcher, le coach du Montpellier HSC Jean-Louis Gasset voit son équipe encaisser trois buts et deux coups de boule de Dugarry en dix minutes. Il n’y a pas à dire, Gasset a su trouver les mots justes. Revenu à 4-4, il ne reste plus que quelques secondes à l’Olympique de Marseille pour s’imposer. Et c’est finalement Cyril Serredszum qui trouve l’ouverture. Le défenseur montpelliérain réalise en effet une intervention chirurgicale dans la surface, en écrasant la cheville de Robert Pirès au passage. Pénalty pour l’OM. 5-4. Une remontada dans le même match. De quoi rendre envieux Unaï Emery. Le MHSC des grands soirs indiscutablement.

Depuis, Montpellier la joue petit bras. Les héraultais mettent un point d’honneur à ne pas atteindre la sixième position, car très souvent la dernière place qualificative pour l’Europa League. Excepté en 2019, où après avoir joués avec le feu et terminés sixièmes, ils sont sauvés in extremis par l’ami rennais. Vainqueur du PSG en Coupe de France, celui-ci s’envolera pour des fessées européennes à leur place. Solidaire.

Dans le même genre de Lose :   Ligue Europa 2010 | Gyor enflamme la Paillade

La saison dernière

A seulement dix points de la troisième place acquise par les rennais (encore eux), les montpelliérains ont failli remporter une énième fois le titre de « Presque qualifié en coupe d’Europe ». C’était sans compter la performance majuscule de l’Olympique Lyonnais cette saison. La faute à ce satané arrêt de championnat. La faute aussi à ces dix petites défaites en 28 journées. Rageant.

Publicité

En cette pré-saison post Covid-19, le Montpellier HSC prépare de la meilleure des manières la nouvelle année. Un premier match maîtrisé de bout en bout et conclu par une défaite 2 à 1 contre Strasbourg. Suivi quelques jours plus tard par un nul 2-2 contre Bastia, club fraîchement promu en National. L’Europe n’a jamais été aussi loin, la Ligue 2 aussi proche.

Le joueur à suivre

Promis à un brillant avenir, la nouvelle pépite du football brésilien se nomme Vitorino Hilton. Retenez bien ce nom. Après neuf saisons passées au MHSC, le quadragénaire a prolongé d’une année supplémentaire son bail à la Paillade. Parallèlement engagé auprès de Jean Castex pour élaborer la nouvelle réforme des retraites, Vitorino va sans doute connaître une énième saison sans trophée depuis 2012. Et ce en étant une nouvelle fois le commandant de bord du 3-5-2 de Montpellier. Dispositif se transformant en 5-3-2 dès la deuxième minute de jeu. Attendant avec impatience que ses hanches ne le trahissent sur un terrain synthétique gelé à la con comme on les aime en Ligue 1, le Capitão héraultais annoncera ainsi la fin d’une carrière express. Parti trop tôt.

Il va nous manquer

Intolérant aux titularisations de début de match, Souleymane Camara a pourtant décidé de siffler la fin de sa propre carrière. Avec un ratio de 0,17 but par match depuis son arrivée à Montpellier, les trois buts par saison du sénégalais (soit 50% des buts du MHSC en championnat depuis l’arrivée de Der Zakarian) vont cruellement manquer.

Camara se dirige vers une issue que ne comprend toujours pas son capitaine Hilton. De quoi donner des idées à son aîné ?

Notre pronostic rêvé

Dans le sport de haut niveau, le plus difficile est de rééditer l’exploit année après année. Le Montpellier HSC se présentera donc comme dernier qualifié pour l’Europe avant la 38e journée. Fort heureusement les héraultais perdront finalement le dernier match à la Beaujoire, face à une équipe du FC Nantes pourtant spécialiste des sprints finaux. Une confortable septième place viendra récompenser les dix-sept matchs nuls du bus montpelliérain garé dans les cages.