Ligue Europa 2010 | Gyor enflamme la Paillade


Ligue Europa (2010) | Gyor enflamme la Paillade

Il y a dix ans, le 5 août 2010, Montpellier retrouve la Coupe d’Europe pour la première fois depuis 1999. Loin de son épopée nationale de 2012, qui reste comme un des plus beaux exemples de ce qu’il ne faut pas faire, la troupe de René Girard n’était pas encore passée dans les rangs des dissidents de la FFL.

C’est toujours avec une pointe de nostalgie que l’on se souvient de ce vrai MHSC. Celui qui incarnait le réel esprit de la Paillade, cher à « Loulou » Nicollin. Un tour préliminaire de Ligue Europa face aux Hongrois de Gyor. Une victoire 1-0 à l’aller à l’extérieur après un but exceptionnel d’Olivier Giroud (voir au bas de l’article)… Tout était réuni pour une belle lose du cœur d’été. Celles – pas si fréquentes et d’autant plus savoureuses – qui rafraîchissent nos corps insolés sur les plages.

Publicité

Mapou Yanga-Mbiwa, Emir Spahic, Souleymane Camara et autres Geoffrey Jourdren (tous titulaires, sauf Souleymane Camara évidemment) n’étaient pas encore pervertis par l’affreux parfum de la gagne. Surtout pas ce dernier. Il rate sa sortie aérienne dans les grandes largeurs à la 40e minute, après s’être déjà bien échauffé un peu plus tôt (34e). Du bon Jourdren comme on l’aimait tant… Valentin Babic s’en pourlèche et pousse tranquillement au fond des filets.

Gasset n’aurait manqué ça pour rien au monde

Montpellier joue en supériorité numérique durant plus de 45 minutes, après l’expulsion de Stanisic quasiment dans la foulée, en fin de première période (45e). Et même pendant une heure et quart, prolongation oblige. Rien n’y fait, c’est un soir de grâce et les Héraultais arrivent à peine à tirer de loin.

Parmi les 9 218 spectateurs en délire, on ne sait toujours pas ce que Michel Platini foutait là. Mais c’est aussi à ça qu’on reconnaît les grands présidents, puisqu’il l’était alors à l’UEFA : savoir choisir ses matchs. Jean-Louis Gasset, adjoint de Laurent Blanc en équipe de France, se trouvait également en tribunes. Mais c’est un peu moins anormal. L’enfant de la maison, lui non plus, n’aurait manqué ça pour rien au monde. Perdre à domicile, éliminé aux tirs au but par l’équipe de Kiss et Nicorec, entraînée par un Attila de surcroît (Pinter de son nom), ça n’arrive qu’une fois dans une vie. Souleymane Camara rate son tir au but. Jourdren redonne l’espoir à tout un peuple, mais c’est finalement l’infortuné Marco Estrada qui, à son tour, voit son tir dévié sur la transversale.

Dans le même genre de Lose :   Euro 1960 | France Yougoslavie - les 4 minutes de gloire

Giroud : « J’aurais tellement voulu vivre une vraie aventure »

Olivier Giroud a encore reparlé de ce match pas plus tard qu’au mois de juin dernier, pour France Bleu (qu’on remercie d’avoir abordé le sujet, il fallait y penser) : « J’aurais tellement voulu aller plus loin, j’aurais voulu vivre une vraie aventure européenne avec Montpellier. » Pauvre Louis Nicollin aussi, paix à son âme. Il n’avait pas manqué l’occasion avant le match aller, non diffusé en France : « Tout le monde s’en fout de Montpellier et de Gyor ? Eh bien, qu’ils diffusent Sochaux contre Lens, ou je ne sais pas quoi d’autre ! Canal+ retransmettra quand-même le match retour, s’il n’y avait que moi, je les aurais envoyés chier. » C’est aussi ce qu’a dû se dire Jourdren à la 40e minute…

Publicité

Rendez-vous directement à 0:35 pour 40 secondes de pur bonheur : MONSIEUR Jourdren !

Un club hongrois n’avait plus éliminé une équipe française depuis 26 ans. Alors forcément, après la cinquième place de la saison passée, ça reste un peu en travers de la Gyorge. « On s’est battus, on s’est accrochés, assure pourtant René Girard après la rencontre. Ils sont venus une fois dans notre camp, ils ont marqué. C’est une réelle déception, il y avait la place pour passer. On n’est pas là pour se lamenter, c’est malgré tout une défaite qui doit nous faire grandir et apprendre. »

Et si Gyor était le déclencheur de tout ? Le facteur X insoupçonné de la terrible aventure montpelliéraine vers le titre de champion de France ? Même pas… Montpellier ne finira que quatorzième de Ligue 1 cette saison-là, avant de dérailler complètement en 2011-2012.

Premier match avec Montpellier… Et déjà improbable.